Israël nommé 20ème pays plus compétitif au monde

Actualités, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël nommé 20ème pays plus compétitif au monde

Israël a la vingtième économie la plus compétitive et l’attitude la plus positive envers le risque entrepreneurial dans le monde, selon l’étude annuelle du Forum économique mondial sur l’économie mondiale publiée mercredi.

Le rapport mondial sur la compétitivité du WEF dresse le panorama de la compétitivité de 140 économies sur la base de 12 piliers clés: institutions, infrastructures, adoption des TIC, stabilité macroéconomique, dynamisme des entreprises et capacité d'innovation.

Alors que le rapport constate une faiblesse relative dans de nombreux pays occidentaux en ce qui concerne la maîtrise du processus d’innovation, Israël est réputé posséder l’attitude la plus positive face au risque entrepreneurial dans le monde.

Le rapport de cette année s’appuyait sur une nouvelle méthodologie permettant de mieux comprendre la préparation d’une économie pour l’avenir, alors que nous entrons dans la quatrième révolution industrielle (4IR), en tenant compte de facteurs tels que la génération d’idées, la culture entrepreneuriale, l’ouverture et l’agilité. Chaque pays a reçu un score de compétitivité global allant de zéro à 100.

Selon le rapport, les États-Unis sont l'économie la plus proche de l'état idéal - dans lequel un pays obtiendrait le score parfait pour chaque composante de l'indice - recevant un score de compétitivité de 85,6. Suivent Singapour (83,5) et l'Allemagne (82,8).

Classé à la 20e place pour la deuxième année consécutive, Israël a obtenu un score de compétitivité de 76,6 - une légère augmentation par rapport à 2017 - et est en tête du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Après Israël, les Émirats arabes unis se classent au 27ème rang mondial avec un score de 73,4. Le score moyen global est de 60.

"Le pays a grandi pour devenir l’un des pôles d’innovation du monde, grâce à un écosystème d’innovation très puissant", indique le rapport.

Le WEF souligne qu'Israël consacre la majeure partie de ses ressources à la recherche et au développement (4,3% du PIB), et constitue "l'endroit où l'échec entrepreneurial est le plus accepté et les entreprises innovantes se développent le plus rapidement".

Israël a la vingtième économie la plus compétitive

Israël a la vingtième économie la plus compétitive

Le rapport souligne également le rôle de la main-d’œuvre israélienne «extrêmement instruite» (8e au niveau mondial), où les personnes acquièrent les compétences que les employeurs recherchent (2e au niveau mondial), en plus d’une participation presque égale des femmes (6e au monde), gestion professionnelle (19e rang mondial) et secteur financier bien développé avec la deuxième meilleure disponibilité de capital-risque au monde.

Il prévient toutefois que la domination de quelques grandes entreprises (51ème au niveau mondial) pourrait entraver le dynamisme des marchés nationaux, bien que la concurrence reste vive dans le secteur des services (31ème au niveau mondial), en particulier dans les services professionnels.

"Israël est un pays très polarisé, économiquement et en termes d'outils, de sorte que si nous pouvons être à la 20ème place, cela montre à quel point le haut de gamme est bon", a déclaré le professeur Dan Ben-David, le président de l'institut Shoresh pour la recherche socio-économique et  professeur de politique publique à l'université de Tel-Aviv, au Jerusalem Post.

«C’est le secteur de la haute technologie; Il est dirigé par des universités parmi les meilleures au monde. Cependant, en termes de productivité du travail, nous sommes de plus en plus en retard sur le G7 depuis les années 1970. Une grande partie de la société ne reçoit pas les outils et les conditions nécessaires pour travailler dans une économie moderne », a-t-il déclaré.

«Nous sommes des leaders en matière de brevets par rapport à la taille du pays - nous avons une longueur d'avance sur le G7. Si vous examinez les investissements en capital-risque en Israël, qui prouvent que nous avons beaucoup d’idées, Israël et les États-Unis ont encore beaucoup à faire. Nous avons ce moteur, il a tous les cylindres - mais nous n'en utilisons que quelques-uns. Ce n'est pas suffisant », a déclaré Ben-David.

"Nous avons besoin de plus de personnes dotées de capacités de pointe. Sinon, seul le ciel est la limite. "

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi