Israël: comment le recyclage de bouteilles plastiques devient un moyen d'enrichir la mafia ?

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Adjami à Jaffa

Les criminels bédouins du sud ont adopté une méthode du parrain de la pègre israélienne Alperon*. La méthode Alperon.

C'est devenue l'une des méthodes les plus faciles appliquées par des organisations criminelles israéliennes dans le centre du pays, c'est devenu également la méthode des Bédouins dans le sud du pays.

Les Bédouins ont découvert la méthode Alperon dans laquelle les criminels israéliens étaient devenus des spécialistes pour le blanchiment d'argent..

Ils ont commencé à menacer, à faire chanter les propriétaires des petits kiosques de la région et les obligent à mettre en place des installations de récupération de bouteilles plastiques pour  le recyclage  ; les entreprises de recyclage "rachètent" alors ces bouteilles aux propriétaires des kiosques. Cet argent est reversé à la mafia israélienne et dans ce cas bédouine.

"Nous prenons le phénomène très au sérieux et prenons toutes les mesures possibles pour lutter contre ces criminels », a déclaré la police.

«Il y a quelques semaines, un jeune Bédouin est venu me voir et a exigé que nous installions un box de bouteilles pour le recyclage à l'entrée de mon kiosque afin qu'ils puissent récupérer l'argent en fin de journée par mes soins », raconte Avi, qui possède un kiosque à Be'er Sheva.

«Bien sûr, j'ai refusé avec véhémence et leur ai bien expliqué que je n'étais pas leur employé. À ce moment-là, ils m'ont approché de manière menaçante et ont dit que si je refusais, ils brûleraient mon kiosque et voleraient tout à l'intérieur. J'ai des caméras, mais qu'est-ce que cela m'aidera? Finalement, j'ai accepté. Je n'avais pas choix".

Cette méthode est surnommée la «méthode Alperon*, il y a beaucoup d'autres propriétaires de kiosques dans la région sud qui ont accepté les conditions des criminels bédouins et ont mis des installations de récupération de bouteilles improvisées devant leur kiosque.

L'entreprise de recyclage de bouteilles en Israël génère plusieurs centaines de millions de shekels chaque année, et ce sont des criminels vivant dans le centre du pays qui ont adopté cette méthode d'extorsion pour devenir riche, qui a été dirigée par des membres de la famille Alperon.*

Il est maintenant clair que les organisations criminelles bédouines du Néguev se sont rendu compte qu’il s’agit d’un excellent créneau aux bénéfices faciles, rapides et élevés, et elles s’emparent lentement de la région de Beer Sheva et des colonies du Néguev.

"Les criminels les plus lourds du Néguev et du sud sont incarcérés, Nivi Zaguri, Moshe Rubin, Shalom Domrani et autres, ainsi les criminels bédouins profitent de leur absence, du vide créé pour entrer et s'emparer d'une grande partie de ce marché juteux et de leurs territoires", explique un ancien officier du renseignement de la police, familier de la criminalité dans le sud.

"Ces criminels blanchissent l'argent de la contrebande de drogue et de la protection qu'ils gagnent avec cette méthode et achètent des entreprises et des appartements à Be'er Sheva et terrorisent les habitants de la région. La police fait ce qu'elle peut pour faire face au phénomène, mais comme pour toute question similaire en fin de compte, tout est une question de ressources humaine" a-t-il ajouté.

Des appels similaires par des criminels ont également été lancés aux propriétaires de clubs et de pubs à Be'er Sheva et au-delà, et la plupart, malgré les menaces, ont refusé de garder les bouteilles vides pour les criminels bédouins, même si certains craignaient qu'ils ne mettent le feu à leur kiosque.

«J'ai deux gardes avec des fusils qui gardent mon club avec quelques chiens d'attaques. Voyons maintenant qui osera s'approcher », explique un propriétaire d'entreprise de la ville qui a préféré garder l'anonymat.

Selon les informations reçues de la police, au cours de l'année écoulée, des policiers israéliens dans le sud ont arrêté des centaines de criminels bédouins impliqués dans le trafic de drogue, collectant des frais de parrainage et des armes, puis ont découvert le problème de la protection des bouteilles.

"La vérité est que nous avons été surpris d'apprendre qu'ils avaient été soumis à un tel chantage et lorsque nous avons reçu les plaintes, nous les avons traités immédiatement et avons commencé à procéder à des arrestations", a déclaré la police du Néguev.

Dans un cas, par exemple, survenu il y a environ trois semaines, deux suspects sont arrivés au milieu de la nuit dans un kiosque, y sont entrés par effraction, ont volé ce qu'il y avait à  et ont mis le feu. Plus tard, ils sont également entrés par effraction dans un club voisin et ont volé des cigarettes, des bonbons et en causant d'importants dégâts.

Après l'ouverture d'une enquête sur l'affaire, des détectives de l'Unité anti-criminalité (HILP) du poste de police de Be'er Sheva ont arrêté les deux suspects en flagrant délit, des résidents d'une des communautés bédouines du Néguev, âgés de 19 et 26 ans, et tous deux nient toute implication dans l'incendie et les dommages au club et du kiosque.

"Nous prenons le phénomène très au sérieux et prenons toutes les mesures à notre disposition pour lutter contre les criminels qui menacent et extorquent les propriétaires d'entreprises pour les traduire en justice", a déclaré la police.

La mafia arabe commence  à s’imposer aussi dans leurs quartiers, Adjami à Jaffa par exemple qui a d’ailleurs fait l’objet d’un film éponyme réaliste et violent.  Elle était aussi grands pourvoyeurs de prostituées en provenance de l’Est qui étaient acheminées, avec la complicité des bédouins du Sinaï, à travers la frontière égyptienne dans des conditions d’inhumanité dramatiques. La barrière de sécurité érigée contre les terroristes islamistes et les clandestins africains risque de tarir la source de l’Est.

*Nissim Alperon, est le chef de l’une des familles du crime organisé israélien, qui a réussi à s’extraire à temps d'un véhicule et à disparaître avant l’arrivée de la police.
C'est le neuvième attentat auquel il réchappe. Son frère Yaacov a eu moins de chance puisqu’il a été tué le 17 novembre 2008 dans sa voiture piégée en plein centre de Tel-Aviv. Ses funérailles, le 18 novembre 2008 à Raanana au nord de Tel-Aviv, avaient été suivies par des milliers de personnes, dont plusieurs membres connus de la pègre israélienne, dans une mise en scène rappelant le Parrain.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi