Israël: Clean Beach des bénévoles de Bat-Yam au service de leur littoral

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Clean Beach la propreté sur les plages de Bat Yam

Clean Beach, un groupe de bénévoles résidents à Bat-Yam qui a pris l'initiative de se mettre au service de leur littoral.

Samuel Guelem est un jeune olé hadash francophone installé à Bat Yam avec sa famille. Originaire de Bordeaux, il est un habitué des plages océanes de sa région natale.

Partant du constat que les plages d’Israël sont anormalement polluées, il décide rapidement de s’investir dans la collecte des déchets de sa ville, en prenant l’initiative de créer sur facebook un groupe de bénévoles habitants Bat-Yam intitulé « Clean Beach ».

L’objectif de ce groupe est de mener des actions de prévention ainsi que de la récolte et tri des déchets sur les plages de Bat Yam.
Ces actions doivent contribuer à améliorer le bien-être des résidents de Bat-Yam, à limiter les risques sanitaires et l’érosion des plages ainsi qu’à limiter les dégâts sur la chaîne alimentaire, entraînant de lourdes pertes financières pour le secteur touristique et les activités liées à la mer.

Dès le premier jour, de nombreux francophones ont rejoint le groupe. Il faut dire qu’en France, la collecte des déchets a plus que jamais la cote avec de nouvelles pratiques comme le « plogging » qui consiste à collecter des déchets traînant sur son passage durant son jogging, ou les « selfie déchets » en se prenant en photo avec des détritus collectés sur son chemin.

Quant aux plages de France, elles sont surtout fréquentées durant la période estivale.
En Israël, l’été dure 8 mois !

Plus de 70 % de la population vit près de la côte et la plage est le principal lieu de détente des israéliens et touristes.

Malgré les nombreux efforts du gouvernement, des municipalités et d’ONG israéliennes, les côtes israéliennes sont parmi les plus polluées par le plastique de la Méditerranée, selon un récent rapport de WWF.

Le recyclage des déchets est aussi problématique. Israël produit 5,3 tonnes de déchets par an, seuls 21 % des déchets sont recyclés.

Face à ce véritable fléau, deux villes Herzliya et Eilat vont bientôt adopter un arrêté municipal pour interdire l’usage des articles en plastique sur les plages, sous peine d’amende.

« La prise de conscience ne doit pas qu’être politique » selon Samuel, « chaque citoyen israélien doit être éco-responsable. »

« Les plages de notre terre sacrée sont souillées par notre négligence. Quel héritage souhaitons-nous laisser à nos enfants ? »

Le groupe de bénévoles Clean Beach projette d’organiser prochainement des opérations « plages propres » à Bat Yam et compte sur la mobilisation de toutes associations et personnes sensibles à la protection de l’environnement.

La Mairie de Bat Yam s’est d’ailleurs engagée à leur fournir le matériel nécessaire, grâce à l’intervention d’Odely Cohen, représentante des francophones et membre du groupe.

Rappelons que la municipalité a lancé récemment un projet, avec un certain nombre de cafés et restaurants en front de mer, visant à sensibiliser le public au fait de jeter des mégots de cigarettes sur la plage. Le drapeau bleu (*) pourrait bientôt flotter sur les plages de Bat Yam... (*)

Le drapeau bleu est l’un des labels environnementaux les plus reconnus au monde, attribué notamment aux plages. Depuis 2019, il est érigé sur 46 plages israéliennes à Ashdod, Haïfa, Netanya, Herzliya, Tel-Aviv, Rishon LeZion, Ashkelon et Eilat.

Vous aussi vous vous sentez concerné par la propreté de votre ville et de vos plages
venez nous rejoindre en vous inscrivant sur notre groupe Facebook 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi