Israël : de faux billets de 100 shekel sont déjà en circulation

Actualités, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : de faux billets de 100 shekel sont déjà en circulation

Des faussaires opérant dans le sud d’Israël et dans les territoires palestiniens ont d’ores et déjà distribué plusieurs milliers d'exemplaires contrefaits du nouveau billet de 100 NIS lors de transactions effectuées à Eilat, Beer Sheva, Ashkelon, Ashdod, Ramle et Lod. On estime que  les faux billets se dirigeront vers le nord du pays dans les jours qui viennent.

La police soupçonne que les billets de banque contrefaits ont été imprimés dans des presses dans le sud de Har Hevron, à Beer Sheva et à Ashdod, et ont été distribués sur le marché lors de paiements effectués à des chauffeurs de taxi et dans de petites entreprises.

"J'ai fait mes courses au marché. J’ai payé avec un billet de 200 NIS et j’ai reçu avec ma monnaie un nouveau billet de 100 NIS. Je n’ai pas imaginé qu’il pouvait être faux. Qui a le temps de vérifier dans le stress des courses de vendredi ? Lorsque je suis allé acheter mes halot à la boulangerie, l’employé m’a dit que mon billet était faux. J’étais sidéré", a déclaré Danny, un résident de Beer Sheva.

Et il n'est pas le seul. Des clients ont également essayé de payer avec de faux billets de 100 NIS dans plusieurs autres entreprises de la ville.

Les tout derniers billets émis par la Banque d'Israël

Les tout derniers billets émis par la Banque d'Israël

"Nous sommes toujours en alerte dans les premiers jours qui suivent l’émission d’un nouveau billet. Nous vérifions chacun d'entre eux, en particulier ceux de 100 shekels, qui sont les plus fréquemment contrefaits. Nous avons un stylo spécial qui vérifie, ainsi que des instructions de la Banque d'Israël au sujet des faux billets. Si nous ne sommes pas vigilants, cela peut représenter une perte de milliers de shekels par mois ", a déclaré un employé de l'une des boulangeries de la ville.

A Eilat également, certains chauffeurs de taxi sont tombés dans le piège lorsque des passagers leur ont remis de faux billets de 100 NIS. "J'ai pris un passager du centre-ville vers le terminal de Taba et il m'a remis un billet de 100 NIS. Je ne me suis douté de rien. Quand je suis allé acheter une pita shawarma dans un des restaurants, le propriétaire m'a dit que c'était un faux", raconte un chauffeur de taxi dépité.

Comment peut-on  distinguer le vrai du faux? Les billets contrefaits sont plus petits que ceux imprimés par la Banque d'Israël. L'image de Leah Goldberg ne se reflète pas dans la lumière et la qualité du papier rappelle plus celle du papier d'un photocopieur.

Derrière les contrefaçons se cachent des chefs d'organisations criminelles et des truands de l'Autorité palestinienne, spécialisés dans la contrefaçon de billets de banque et de cartes d'identité israéliens et possédant des imprimeries sophistiquées.

La police israélienne vérifie périodiquement les imprimeries et les grands instituts de photocopies à travers le pays pour déterminer s'ils sont impliqués de quelque manière que ce soit dans la fabrication des faux billets.

"Un certain nombre de détectives sont venus ici vérifier l'imprimerie et les ordinateurs pour s’assurer que nous n'imprimons pas de faux billets", a expliqué le propriétaire d’une imprimerie dans le sud du pays.

Source : mako.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi