7000 bébés-éprouvette naissent chaque année en Israël

Actualités, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
7000 bébés-éprouvette naissent chaque année en Israël

Le taux de FIV en Israël est le plus élevé au monde par rapport à la taille de la population, avec pas moins de 30 cycles de fécondation par an.

En fait, 4,3% de tous les bébés en Israël sont nés d'une fécondation in vitro, contre seulement 1,5% à 2% dans d'autres pays occidentaux. Ces chiffres ont été présentés la semaine dernière pour la première fois à la conférence annuelle de l'Organisation européenne de la fécondité à Barcelone.

En chiffres absolus, les données en bleu et blanc sont encore plus impressionnantes: ces dernières années, plus de 7 000 bébés sont nés chaque année en Israël grâce à la FIV - un total de 60 000 bébés in vitro entre 2000 et 2013.

Le nombre d'unités de fécondation in vitro est également le plus élevé au monde par rapport à la taille de la population: pas moins de 27 unités de FIV opèrent actuellement en Israël, entre Beer Sheva et Nahariya. Israël est le seul pays au monde qui finance entièrement - conformément à la loi nationale sur la santé, et à travers les koupot ‘holim (centres de soins) - les traitements de fécondation in vitro pour les couples (jusqu'à ce qu'ils aient deux enfants).

Au total, plus de 8 millions d'enfants sont nés dans le monde entier par fécondation in vitro depuis que la technologie a été introduite en Angleterre il y a une quarantaine d'années. "C'est une estimation conservatrice", a déclaré Shlomo Mashiach, un expert en fertilité qui a assisté à la conférence à Barcelone, "parce que les données sur l'ampleur des taux de FIV en Chine et en Inde sont insuffisantes. S’ils avaient les données complètes, nous verrions des chiffres plus élevés."

Les données montrent que plus d'un demi-million de bébés-éprouvette sont nés chaque année dans le monde. L'Espagne a le nombre de cycles de fécondation in vitro le plus élevé (environ 120 000 cycles par an) suivie par la Russie (111 000 cycles par an). En Angleterre, la patrie de la fécondation in vitro, seulement environ 60 000 cycles sont effectués chaque année.

Ce n'est pas un jeu d'enfant

Ce n'est pas un jeu d'enfant

Le premier bébé-éprouvette a déjà 40 ans

Louise Brown, le premier bébé-éprouvette, a fêté ses 40 ans le 10 novembre 2017. «Nous, les bébés-éprouvette, sommes des gens normaux qui mènent une vie normale», a-t-elle déclaré lors d'une conférence à Barcelone. "Je suis sûr que ma mère serait choquée aujourd'hui si elle savait quelle industrie allait devenir la fécondation in vitro, et combien d'enfants naîtraient grâce à la technologie qu’elle a été la première au monde à adopter."

La fécondation in vitro est la fécondation de l'ovule par les spermatozoïdes, qui sont réalisées en laboratoire en dehors du corps de la mère. Ensuite, l'ovule fécondé (embryon) est replacé dans l'utérus. La fécondation in vitro était initialement destinée à traiter les cas où les trompes de Fallope sont bloquées ou dysfonctionnelles, mais ces dernières décennies, elle est devenue la méthode médicale préférée pour le traitement d'autres causes d'infertilité telles que l'absence d’ovulation ou la stérilité hormonale.

La percée la plus significative dans le domaine a eu lieu dans les années 1990, quand il est devenu clair qu'il était possible de devenir enceinte par FIV, même dans les cas graves d'infertilité masculine. Avec l'amélioration des technologies in vitro, les grossesses de jumeaux et de triplés, qui sont plus dangereuses pour la mère et le fœtus, ont considérablement diminué. Dans les premières décennies, les médecins replaçaient plusieurs embryons fécondés à l'utérus, ce qui provoquait des grossesses multiples. Aujourd'hui, il est de coutume de n’en placer qu’un seul dans chaque cycle de traitement, ce qui augmente les chances de nidation et d'accouchement de bébés en bonne santé.

De nombreuses percées ont été enregistrées depuis la naissance du premier bébé-éprouvette, notamment la possibilité de diagnostiquer des maladies génétiques chez l'embryon en laboratoire avant son retour dans l'utérus, la sélection du sexe du fœtus et la sélection optimale des embryons les plus sains grâce à une surveillance microscopique.

La possibilité de donner des ovules et la maternité de substitution a entraîné des changements sociaux profonds dans la structure de la famille, permettant aux femmes célibataires et aux couples homosexuels de devenir parents grâce à la fécondation in vitro. En même temps, un certain nombre de femmes, en Israël et dans le monde, ont commencé à congeler des ovules pour préserver leur potentiel de fertilité, dans le but d'effectuer la fécondation in vitro des ovules ou des embryons congelés.

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi