Israël: Bat-Yam et sa faune aquatique menacées de forage

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: Bat-Yam et sa faune aquatique menacées de forage

Bat Yam menacée de forage ?

Il y a quelque semaines, Noa Yayon, la directrice du service juridique et de la politique climatique de la Society for the Protection of Nature évoquait la situation sur la plage de Bat Yam/Yaffo.

L'endroit est appelé “ Trouble Palmachim” en raison d’une perturbation géologique.
Le site est localisé dans le sud de Tel Aviv sous l’autorité juridique de Gan Rave. Seul le robot marin peut accéder et prendre des photos de ces coraux vieux de milliers d’années.

Sa profondeur varie de 450 à 1 200 mètres. Ce sont des coraux rares qui ne se trouvent nulle part ailleurs en Méditerranée. Mais elle comprend aussi des des calamars, des requins, des sources de méthane uniques et des zones de reproduction d’espèces menacées comme le thon rouge de l’Atlantique.

"Des habitats rares et magnifiques ont été trouvés là-bas et qui n'étaient pas auparavant dans cette région", a déclaré Yayon. "Il y a des coraux rares là-bas, dont l'un est probablement une nouvelle espèce pour la science", a-t-elle ajouté.

Tout commence en 1983 quand la plage avait été promise au développement touristique.

La suite du conflit intervient en 2003 lorsque deux promoteurs privés entreprennent de créer un complexe. Il était question d’une station balnéaire dotée de 350 chambres, d’une zone de loisir de 38 000 m2 et de restaurants.

Ensuite en 2004, une loi de conservation intervient formée par la Commission de Conservation des Côtes.

Ces conflits et toutes ces discussions autour de la plage ont lieu depuis des années ne pouvant déterminer si la plage doit rester un domaine public.

Les quelques organisations qui s’y intéressent ont établi chacune des plans témoignant de leur diffèrent projet, sans y trouver de réelle décision.  "En fin de compte, la mer, les coraux, le gaz et le pétrole n'appartiennent pas au gouvernement ni aux sociétés gazières, mais à nous - au public israélien. C'est ennuyeux, ce n'est pas ainsi que les ressources publiques devraient être utilisées", a déclaré Yayon.

Ce conflit a inspiré plusieurs groupes locaux tel que “Save Palmachim organisation”. Ils sont arrivés à faire entendre que la zone protégée se trouvant à moins de 30 mètres du bord de mer devait être sauvegardée. Mais ceci s’étant avéré être faux, le Ministère de la Justice essaye de passer une loi protégeant la zone depuis plus de 20 ans.

La vaste zone maritime reste dans un état juridique confus. Le gouvernement se disperse ce qui entraîne une situation pas clairement définie. Le site n’ayant jamais été déclaré réserve naturelle, il en devient plus que menacé. De nombreuses pétitions ont été faite dont une il y a quelques jours contre le forage.

La zone, selon la pétition, a été désignée comme site à préserver en 2019 par le Comité pour la préservation de l’environnement marin du gouvernement.

Aujourd'hui, le site est menacé de forage. Le Conseil pétrolier sans représentants du Ministère de la protection de l’Environnement a approuvé le forage.

Le permis autorise la société grecque Energean Oil & Gas PLC à forer dans une zone de 600 kilomètres-carrés en haute mer, dont la plus grande partie couvre ce que, pour des raisons géologiques, on appelle l’anomalie de Palmahim, à 30 kilomètres à l’ouest de Tel-Aviv.

Les questions qui se posent sont celles-ci: comment la recherche a-t-elle été autorisée? Et comment une licence peut être donnée sans représentants de l’environnement?

 

Marine Nicolau

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi