Israël: avec 74 chefs d'accusation Malka Leifer sera remis en résidence surveillée

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Malka Leifer, ancienne directrice d'école australienne recherchée en Australie pour agression sexuelle sur des étudiants, se promène dans le couloir du tribunal de district de Jérusalem accompagnée de gardes du service pénitentiaire israélien, à Jérusalem le 14 février 2018. (crédit photo: REUTERS)

La présumée agresseuse sexuel Malka Leifer sera remis en résidence surveillée vendredi, a annoncé mercredi le tribunal de district de Jérusalem.

Suite à une décision prise le mois dernier par la juge Chana Miriam Lomp - qui préside l’affaire - de nommer un nouveau groupe d’experts en psychiatrie chargé d’évaluer l’aptitude mentale de Malka Leifer à subir un procès d’extradition, les avocats de celle-ci ont demandé à ce qu’elle soit libérée de prison.

Le juge Ram Winograd, qui présidait la requête en assignation à résidence, a acquiescé à cette demande mercredi et Malka Leifer sera relâchée chez elle à Bnei Brak avec sa sœur.

Les poursuivant ont jusqu'à vendredi pour faire appel de la décision.
Malka Leifer est en attente d'extradition pour 74 chefs de violences sexuelles en Australie à l'encontre des soeurs Dassi Erlich, Ellie Sapper et Nicole Meyer alors qu'elle était directrice d'une école ultra-orthodoxe. Elle affirme depuis de nombreuses années être mentalement inapte à être extradée.

Malka Leifer a fui l'Australie pour Israël en 2008, mais les poursuites judiciaires à son encontre n'ont commencé qu'en 2014.

Une audience le 6 octobre au tribunal de district de Jérusalem déterminera quels psychiatres feront partie du panel de trois membres pour décider si elle est mentalement apte à être extradée. Le panel devrait rendre son avis d'ici le 10 décembre.

"Nous sommes amèrement déçus que Malka Leifer ait été libérée sous caution et mise en liberté surveillée", a déclaré Jewish Community Watch, dont l'enquête privée a relancé la procédure judiciaire engagée contre Malka Leifer en 2018. "Il est impossible de comprendre comment comment Malka Leifer est autorisé à sortir de prison, alors qu'elle a déjà prouvé qu'elle pouvait fuir, qu'elle avait un réel mépris du système de justice et du risque pour les enfants. "

L’équipe de la défense de Malka Leifer a clairement indiqué que sa tactique consistait à allonger la procédure le plus longtemps possible, et le tribunal semble le leur permettre.
 

«Je suis profondément choquée et étonnée qu'une personne qui est assez bien pour être mise en détention à domicile ne soit pas assez bien pour monter dans un avion», a déclaré l'une des victimes présumées de Malka Leifer, Nicole Meyer. "Je suis décue par l'Etat d'Israël."

Dassi Erlich, une autre victime présumée, a répondu: «Je ne peux pas croire que j'écris ces mots. MALKA LEIFER A ÉTÉ LIBÉRÉE.
Étant donné que nous sommes tous conscients que Malka Leifer représente un risque de fuite ainsi que le potentiel de sa récidive, ce mépris flagrant pour le bien-être de la communauté israélienne est remarquable.
  

«Quel message cela envoie-t-il à d'autres victimes potentielles?» A-t-elle demandé.
«Le système judiciaire est excessivement bureaucratique et vulnérable à l’exploitation de la part de partis bien financés. La nouvelle est intolérable et nous a ébranlés. Nous avons besoin de temps pour digérer cette trahison colossale de la justice. Par conséquent, nous ne ferons aucune autre déclaration dans les médias pour le moment. "

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi