Israël: une ménorah gravée découverte dans une mosquée

Actualités, Alyah Story, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: une dalle gravée d'une ménorah ancienne découverte lors de fouilles à Tibériade

Une ancienne ménorah à sept branches, gravée sur une grande plaque de basalte utilisée à l'origine comme la porte d'un cimetière juif entre le IIe et le IVe siècle de notre ère, a été retrouvée dans une mosquée datant de la période musulmane sur un site archéologique de Tibériade.

Les fouilles, qui ont débuté en 2009, ont été supervisées par Mme Katia Cytryn-Silverman, de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque de Jérusalem et du Département des études islamiques et moyen-orientales.

Selon Mme Cytryn-Silverman, la porte ornée a été prise du cimetière voisin et utilisée comme partie de la fondation de la mosquée. Elle a plus tard servi comme marche dans un entrepôt de sucre construit pendant la période des croisés.

"La pierre est magnifiquement gravée d'une menorah à sept branches", a-t-elle déclaré lundi.

"Les gravures de la pierre sur laquelle figure la menorah reflètent 1000 ans de l'histoire ancienne de Tibériade entre le 2ème et le 12ème siècles CE, et couvre les périodes juives, musulmanes et chrétiennes."

Tibériade était une ville centrale en Galilée et servait de siège au Sanhédrin.

" Pendant la période de la Mishna et du Talmud, les Juifs de la ville avaient aussi un cimetière magnifique, et les portes étaient faites d’épaisses dalles de basalte, décorées de divers symboles", a-t-elle expliqué.

Tibériade, qui a été conquise par les musulmans en 635 CE, est devenue une capitale du district, et une mosquée a ensuite été construite.

Le Dr. Katya Citrin-Salberman pose avec la dalle décorée d'une menorah à sept branches (crédit: Tal Rogosky)

Le Dr. Katya Citrin-Salberman pose avec la dalle décorée d'une menorah à sept branches (crédit: Tal Rogosky)

«Les bâtisseurs de la mosquée ont utilisé des matériaux de construction accessibles qui se trouvaient dans les environs, ainsi que des pierres recyclées qui avaient une signification symbolique - un message de la victoire de l'Islam sur les cultures et les religions qui l'ont précédée».

"Ainsi, les portes funéraires juives qui ont été découvertes dans les fouilles, ont servi de base pour les colonnes du bâtiment."

"La mosquée a été détruite lors d'un tremblement de terre en 1068 CE", a-t-elle noté.

Cependant, la porte ornée de la menora a été utilisée une fois de plus comme marche dans un entrepôt de sucre construit pendant la période des croisés.

"L'une des marches de ce bâtiment a été fait à partir de cette porte de basalte, qui a été façonnée et adaptée à la mesure nécessaire", a déclaré Cytryn-Silverman. "Cela indique que les Croisés ont réutilisé des pierres qui avaient été arrachées aux ruines de la mosquée."

"L'industrie du sucre", a-t-elle dit, "était répandue dans la vallée du Jourdain et à Tibériade pendant et après les périodes des croisés".

"Par exemple, une lettre de 1182 EC envoyée par l'Ordre des Croisés Hospitaliers de Jérusalem, demandant l'envoi de sucre de Tibériade pour la production de médicaments et de sirop pour les patients dans l'hôpital de l'Ordre a été trouvée dans la région", dit la chercheuse.

"Cette menora a donc eu une fin douce."

En outre, MmeCytryn-Silverman a noté que les trois incarnations de la menorah correspondent à trois étapes de l'histoire de Tibériade.

"Dans la première étape, elle reflète une importante ville juive et le siège du Sanhédrin", a-t-elle dit.

"Dans la deuxième étape, elle reflète la capitale d'un important district et d’une mosquée dans les premiers jours de l'Islam, qui a été détruite par l’un des tremblements de terre qui frappait parfois la vallée du Jourdain."

"Dans la troisième phase", a-t-elle poursuivi, "elle reflète la période chrétienne des croisés et le développement de l'industrie sucrière dans la région."

Et tandis que Katia Cytryn-Silverman a noté que la menorah n'était pas une Hanukkia, elle a néanmoins dit qu'elle avait une valeur symbolique à la veille de Hanukkah.

"Ce qui est intéressant ici, c'est que nous sommes à la veille de la fête et nous retrouvons ici quelque chose ayant un lien avec l'histoire juive, musulmane et chrétienne", a-t-elle dit. "Et je pense que c'est très intéressant pour la fin de l'année."

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi