israel and yoo: un site humaniste qui explore les talents des israéliens

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Nicole-Riahi fondatrice d'israelandyoo


ISRAËL AND YOO, UN SITE HUMANISTE QUI EXPLORE LES TALENTS ET LA DIVERSITÉ DES ISRAÉLIENS.

 

Sans vraiment le méconnaître; il y a un Israël que l’on croit connaître. Tête à tête avec un pays aux facettes multiples.

Sans vraiment le méconnaître; il y a un Israël que l’on croit connaître. Tête à tête avec un pays aux facettes multiples.

 

 

Rencontre avec Nicole Riahi, sa fondatrice, qui souhaite donner des habitants d’Israël une image fidèle à leurs réalités.

En France, depuis plus d’une dizaine d’années, des voix s’élèvent contre le manquement récurrent à l’obligation « d’exactitude, d’équilibre et d’objectivité » dans la couverture médiatique du conflit israélo-palestinien. Les approximations ou retranscriptions parcellaires demeurent néanmoins fréquentes, Alliance s’en faisant régulièrement l’écho.

Dans ce contexte malheureusement délétère pour l’image d’Israël au sein des opinions publiques – dans l’Hexagone, en Europe mais aussi, de plus en plus, aux Etats-Unis, notamment dans les universités - un nouveau site, ISRAËL AND YOO1, apporte un souffle d’air frais en proposant un regard singulier sur la population israélienne, qui a la possibilité de s’y exprimer et d’y être « représentée » de façon directe.

Une initiative originale que l’on doit à Nicole Riahi, une femme déterminée, combative, passionnément engagée en faveur d’autrui.

Véritable « pont » entre les nationalités et les cultures, ISRAËL AND YOO offre un cocktail de vitalité, d’inventivité et d’espoir.

ISRAËL AND YOO – Israël Tel Quel, se consacre à Israël via des sujets vidéo : quel est son positionnement ?

Nicole Riahi : L’originalité d’ISRAËL AND YOO est d’être entièrement dédié aux citoyens israéliens, alors qu’il existe de nombreux sites consacrés à Israël en tant que pays ou Etat. ISRAËL AND YOO ne parle pas du pays ni de la politique, il parle des gens – tout simplement.

« POURQUOI LES GENS N’AIMENT-ILS PAS LES ISRAÉLIENS ? »

Comment l’idée du site vous est-elle venue ?

Pendant plus de 25 ans, j’ai été bénévole et Présidente, pour la France, de l’association AKIM2 qui s’occupe des handicapés mentaux ; j’ai notamment collecté des fonds. Comme la tâche devenait très difficile en France, j’ai fait en sorte qu’AKIM intègre le groupe d’associations bénéficiaires du Keren Hayessod, qui la finance en totalité aujourd’hui.

J’ai par ailleurs une famille qui habite en Israël, notamment un petit-fils qui vient d’achever de brillantes études au Technion. Un jour, il m’a dit ne pas comprendre« pourquoi les gens n’aiment pas les Israéliens » … Cela m’a touchée : il faut agir et la tâche est immense !

Forte de cette conviction, quand vous êtes-vous lancée dans l’aventure ?

A partir de fin 2014, avec quelques amis bénévoles – Lionel Szapiro, auteur des textes de présentation des rubriques, Serge Tiar qui a conçu le logo et le bandeau, Jean-Jacques Vervialle qui a réalisé les montages vidéo, son fils Maxime qui a créé le site Internet, Sarah Novak qui a pris les photos et m’a accompagnée pour tourner -, nous avons décidé d’offrir une autre image des Israéliens ou plutôt, de leur donner un visage, une voix et une réalité.

J’avais également un correspondant en Israël, Yoel Guilat, un ami de longue date qui a été Ministre plénipotentiaire3 de l’ambassade d’Israël en France : il m’a mise en contact avec la plupart des personnes que j’ai interviewées et a fait un travail fantastique en organisant les rendez-vous, en me donnant des éléments sur leur parcours…

Nous avons traversé Israël d’est en ouest, du nord au sud, et réalisé les 76 vidéos visibles sur le site.

LE SITE DES FEMMES ET DES HOMMES ISRAÉLIENS

Qu’est-ce qui vous a guidée dans le choix des différents intervenants ?

J’ai voulu donner la parole à tout un chacun, surtout ne pas me limiter à des « élites ». Voilà pourquoi un homme de ménage, Diego, témoigne : il est colombien, chrétien et travaille chez des personnes chez qui j’ai séjourné. Il vit en Israël depuis 20 ans, est marié à une Israélienne avec laquelle il a eu un fils. Au départ il ne voulait pas être filmé car il ne se considérait pas comme « suffisamment important » : selon moi au contraire, tous les habitants d’Israël, le sont.

J’ai donc rencontré des personnes « ordinaires » – mais Diego ne l’est pas ! – et d’autres comme Meir Zadok, le directeur de l’Académie des Sciences de Jérusalem qui a offert quatre Prix Nobel à Israël !

Je leur pose une unique question : « Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être Israélien ? ».

Le concept du site, est de proposer des sujets vidéo exclusivement : pourquoi ?

Bien que je ne sois pas née avec un ordinateur dans les mains – ce n’est pas ma génération -, je comprends l’impact d’Internet et de l’image. J’ai choisi de passer par des supports vidéo car c’est qui est le plus simple à faire, pour moi.

Envisagez-vous d’ajouter des articles écrits aux vidéos ?

Oui, bien sûr. Pour l’instant le site est un peu statique – les bénévoles ont leurs propres activités, une vie personnelle… ils font déjà beaucoup. Notre page Facebook est d’ailleurs alimentée presque quotidiennement.

Je rentre des Etats-Unis où j’ai fait une sorte de speaking tour – à Miami et à New York. En 2003, j’y ai suivi un module universitaire, Philanthropy and Fund Raising : l’un de mes professeurs, m’a suggéré de transformer ces vidéos en documentaire éducatif. Pourquoi pas ?

Comment ISRAËL AND YOO est-il financé ?

Jusqu’à présent, j’en ai assuré seule le fonctionnement financier. Mais mon objectif est que celui-ci prenne de l’ampleur : je souhaite donc trouver des personnes susceptibles de s’investir avec moi sur ce plan-là.

DES CONTENUS ORIGINAUX

Les rubriques sont extrêmement variées : citons notamment la culture, l’innovation, le patrimoine…

Ce sont bien sûr des pôles essentiels de la vie israélienne. Israël est the start-up nation ! J’ai eu la chance de rencontrer des entrepreneurs Arabes israéliens, lors d’un séminaire des start-ups de Nazareth à Paris : cela montre qu’ils prennent pleinement part à l’innovation. Tous soulignent que, dans ce contexte, les relations entre Juifs et Arabes ne posent aucun problème.

Quant au patrimoine, j’ai pu interviewer, à Mikvé Israël [la première école d’agriculture juive, fondée en 1870, qui a vu se rencontrer en 1898 Theodor Herzl et l’Empereur Guillaume II, ndlr], le responsable de l’Institut du patrimoine israélien, Omri Shalmon : c’est vraiment un Israélien « avec les racines dans sa terre ».

Autre personne exceptionnelle, Tamar Tuchler, qui travaille à la préservation du patrimoine et conduit notamment un projet bilatéral avec l’Union Européenne permettant une meilleure compréhension des Israéliens de la part des étudiants européens.

D’autres rubriques, étonnent : la diversité, la solidarité, la diplomatie… Pourquoi de tels focus sur ces thématiques ?

Pour Melting Potes, j’ai été subjuguée par la Bédouine que j’ai interviewée à Rahat, Elham Al Kamlat : elle m’a reçue en s’exprimant dans un excellent français et l’une de ses filles, étudie pour devenir ambassadrice d’Israël ! Elle a reformulé ma question : « Demandez-moi plutôt ce que j’aurais fait ou été si je n’avais pas été Israélienne ? ». Pour elle, être Israélienne constitue un privilège.

La solidarité est aussi une thématique incontournable car tout le monde fait « quelque chose » en Israël : je pense à l’ancien ambassadeur d’Israël en Italie, Daniel Gal qui, depuis sa retraite, est sur le terrain tous les jours - accompagnant des groupes pour assister à des pièces de théâtre, se rendant dans des maisons de retraite, etc.

Pour la diplomatie, je me suis intéressée à des personnes travaillant dans les sciences appliquées à l’agriculture. Par exemple, alors que la Chine ne voulait pas entretenir de relations diplomatiques avec Israël, c’est par le biais d’un spécialiste israélien de l’agriculture que des diplomates ont pu, au bout de trois ans, se rendre dans le pays et qu’une ambassade a fini par être ouverte…

ISRAËL AND YOO, UN SITE DESTINÉ AUX JUIFS ET NON-JUIFS

A qui s’adresse votre site ?

Dans l’absolu, aux non-Juifs, qui pourront y découvrir un maximum de choses !

Montrer ces témoignages dans les pays arabes, est extrêmement intéressant : j’ai beaucoup de contacts tunisiens sur Facebook et j’envoie certaines vidéos à l’un d’entre eux notamment – un grand orthopédiste ; il souhaite d’ailleurs venir en Israël…

Mais ISRAËL AND YOO s’adresse aussi aux Juifs français ou européens : bien que la plupart d’entre eux se rendent fréquemment en Israël, ils y vont « en touristes » et ne rencontrent pas véritablement les citoyens israéliens. ISRAËL AND YOO leur en donne l’opportunité.

Quelques mots sur sa fondatrice…

Je suis née en Tunisie, ai vécu aux Etats-Unis et en France. Mon parcours professionnel ressemble à un catalogue : j’ai notamment dirigé le bureau de Paris de Samuel Pisar pendant une dizaine d’années. J’ai eu une agence immobilière à Paris - que j’ai vendue – ce fut ma dernière activité professionnelle.

ISRAËL AND YOO, UNE AVENTURE QUI NE FAIT QUE COMMENCER

Quels sont vos projets immédiats ?

Le 16 avril, j’organise un Chabbat-brunch dans une très belle maison à Yaffo : tous les participants aux vidéos sont invités car je veux partager avec eux ce qui s’est passé depuis un an. Plus de 70 personnes seront présentes !

Pour ceux qui habitent à Beer-Sheva ou plus bas, et même ceux de Jérusalem, j’organiserai en septembre – avant les fêtes – le même événement avec le maire de Beer-Sheva et le maire de Omer : les femmes Bédouines, sont notamment conviées.

Et à plus longue échéance ?

Ce qui m’importe, c’est la relève : j’espère vraiment qu’ISRAËL AND YOO deviendra pérenne. Pour cela, je suis prête à nouer des partenariats – à condition que cela augmente la visibilité du site. Et les gens peuvent me contacter : ma porte est grande ouverte à toutes les bonnes volontés ayant envie de participer à cette aventure !

Ce projet me permet de rencontrer des êtres formidables, je suis très bien entourée et je constate chaque jour que de nombreuses personnes y adhèrent : comment ne pas en être heureuse ?

2 - AKIM est la plus grande association nationale israélienne proposant des programmes et services destinés aux enfants et adultes handicapés mentaux. Fondée en 1951 par un groupe de parents, elle regroupe des centaines de professionnels et de volontaires à travers 55 antennes dans tout le pays. Les activités et initiatives d’AKIM, sont financées en grande partie par des donations.

3 – Le Ministre plénipotentiaire occupe le 2ème poste le plus important après celui d’Ambassadeur.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi