Israël: alyah refusée à un groupe de Juifs convertis du Venezuela 

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël refuse l'alyah à un groupe de Juifs convertis vénézuéliens

Une cohorte de neuf Juifs convertis vénézuéliens ayant demandé à faire leur alyah ont essuyé un refus de la part du ministère israélien de l'Intérieur qui a affirmé que leur engagement dans la vie communale juive était insuffisant.

Les neuf requérants, tous vénézuéliens indigènes appartenant à trois familles, se sont convertis au judaïsme en 2014 sous les auspices d'un tribunal rabbinique conservateur. Ils viennent de la petite ville rurale de Maracay où aucune communauté juive reconnue n'existe.

Une communauté juive reconnue comprend au moins un rabbin à temps plein et une synagogue active.

Dans de tels cas, le ministère de l'Intérieur d'Israël exige une plus longue période d'engagement dans la vie communautaire juive après la conversion. Les convertis vénézuéliens utilisent une synagogue située à une heure de route de leur ville natale, ils pratiquent et étudient leur religion depuis trois ans.

Après une correspondance éreintante de six mois entre l'Agence Juive et le Ministère de l'Intérieur, les Vénézuéliens ont été informés il y a deux semaines que leurs demandes d'immigration israélienne avaient été rejetées.

"Ces personnes, indépendamment de la dénomination de leurs conversions, ont décidé d'unir leur destin à celui de notre peuple", a déclaré Daniel Askenazi, un rabbin orthodoxe situé dans la ville colombienne de Barranquilla, aux médias israéliens. «Il est de notre devoir en tant que Juifs d'élever nos voix et de demander que l'État d'Israël accélère l'absorption de ces personnes.

Le Venezuela

Le Venezuela

Le Rabbin Andy Sacks, directeur de l'Assemblée rabbinique du mouvement conservateur en Israël, a déclaré que le Premier ministre israélien avait ignoré les demandes d'aide. "Le président de l'agence juive Natan Sharansky devrait envisager d'intervenir auprès du ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, chef du parti ultra-orthodoxe Shas".

"Malheureusement, il est trop courant que les questions de race et d'appartenance confessionnelle jouent dans les décisions prises par le ministère de l'Intérieur", a-t-il dit. "Trop souvent, il n'existe aucun mécanisme légitime pour faire appel des décisions une fois qu'elles ont été prises."

En novembre 2016, Rabbi Juan Mejia a confirmé que les vénézuéliens - dont il a personnellement supervisé les conversions - avaient rejoint la communauté juive de Valencia sous son impulsion. Dans des lettres passionnées implorant  la compassion des autorités israéliennes et citant la situation sociale chaotique au Venezuela, Mejia a dit que leur alyah était une "question de vie et de mort".

Un article du Washington Post, publié dimanche dernier, indiquait qu'environ 6.000 à 9.000 juifs demeurent au Venezuela - dont la population générale est d'environ 30 millions de personnes. Il y a tout juste 15 ans, 20 000 juifs vivaient au sein de la nation sud-américaine.

Source : jta.org

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi