Israël adopte le projet de loi contre les options binaires

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël adopte le projet de loi contre les options binaires

Le gouvernement israélien a adopté dimanche un projet de loi interdisant aux entreprises du pays de vendre des options binaires à des clients à l'étranger. 

Cette décision survient un an après l’interdiction des autorités israéliennes de la vente d'options binaires aux citoyens israéliens. Ces produits financiers ont connu un grand succès ces dernières années tout en donnant lieu à de nombreuses fraudes

Le projet de loi doit être soumis à la Knesset, où il devra passer trois lectures.

Le projet de loi interdit également la vente par les entreprises israéliennes de produits financiers si le commerçant qui effectue la transaction n'est pas autorisé dans le pays de résidence du client.

Le président de l'Autorité des valeurs mobilières d'Israël, Shmuel Hauser, a déclaré que la vente d'options binaires causait d'énormes dommages économiques aux individus du monde entier et «encourageait l'antisémitisme».

L'option binaire est un moyen pour un investisseur de jouer en ligne sur la hausse ou sur la baisse du cours d'une devise

L'option binaire est un moyen pour un investisseur de jouer en ligne sur la hausse ou sur la baisse du cours d'une devise

Le procureur général Avichai Mandelblit s'est félicité de l'adoption du projet de loi en disant qu'il ciblait des «actes criminels».

Israël s’est taillé la part du lion sur ce marché avec une myriade d’entreprises faisant des affaires dynamiques et vendant des options binaires, employant 15 000 personnes gérant des centaines de millions de dollars.

Au cours des dernières années, les options binaires sont devenues très populaires, permettant aux investisseurs d'acheter et de vendre en ligne aux joueurs, en pariant sur les fluctuations de devises, les marchandises ou les actions.

Les transactions sont généralement à court terme, et les investisseurs n'ont parfois que quelques minutes pour décider, par exemple, si le prix du dollar par rapport à l'euro augmentera ou diminuera.

L'autorité française des marchés financiers (AMF) avait annoncé en juillet dernier avoir pour la première fois interdit à une société enregistrée à l'étranger d'exercer ses activités en France, à savoir Rodeler, qui proposait notamment des options binaires.

Le gendarme boursier français a également multiplié les alertes et les mises en garde sur le caractère très périlleux des investissements en ligne tout en estimant que les particuliers avaient 9 chances sur 10 de perdre de l'argent.

Source: Arutz7 - L'Orient le jour

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi