Israël :45 mois de prison contre le soldat Elad Sela accusé de divulgation d'informations confidentielles

Actualités, Antisémitisme/Racisme, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Accusé d'espionnage, Elad Sela a été condamné à 45 mois d’emprisonnement avec sursis

 

C’est une peine sévère qui a été infligée hier à l’Aspirant Elad Sela qui a servi dans la brigade régionale Etzion, reconnu coupable de divulgation d’informations secrètes et confidentielles.
Il a été condamné à 45 mois de prison avec sursis et à une rétrogradation au rang de soldat.

Sela a été reconnu coupable de recherches non autorisées dans le système de renseignements dans le but de trouver des informations concernant les activités du « Tag Mekhir » de la colonie de Bat Ayin où il réside, ainsi que sur les opérations des forces de sécurité.

Pendant une longue période, qui a pris fin avec son arrestation, il a donné des informations classées à diverses personnes, en particulier des personnes concernées, les aidant ainsi à prendre connaissance du verdict et à contrecarrer les actions des forces de sécurité en poursuivant leurs opérations contre la population palestinienne hostile.

Tag Mekhir

Tag Mekhir

Dans le cadre du verdict, la Cour a déclaré que l’Aspirant Sela avait nuit à la sécurité du pays. Cette peine, qui représente près de quatre années d’emprisonnement, exprime une démarche particulièrement stricte de la part bureau du procureur militaire.

Selon une source militaire : « Ce genre d’infraction doit être éradiquée de Tsahal, elle nécessite une punition sévère envers celui qui a abusé de la confiance accordée par l’armée, nuisant ainsi aux intérêts sécuritaires ».

L’avocate Adi Keidar de l’organisation Honenou qui a défendu Sela a répondu à la condamnation : « le plaidoyer présenté aujourd’hui est en fait la fin de l’épisode qui a fait grand bruit à ses débuts avec des accusations d’espionnage et  la menace d’une peine d’emprisonnement à vie. L’acte d’accusation modifié reflète les faits réels. Les premiers soupçons sur la relation de l’accusé avec l’organisation ont été complètement réfutés et il a été prouvé qu’il a agi par idéologie.

La conduite des services secrets pendant le déroulement de l’enquête, y compris durant les interrogatoires prolongés ainsi que l’opposition à la présence d’un avocat n’ont pas été justifiés. Cela a entrainé une détérioration de l’état mental et physique de mon client qui, suite à ces enquêtes, a dû être hospitalisé puis opéré. C’est un bon soldat, doté d’une très grande motivation pour le service et qui a beaucoup donné pour l’armée ».

Source:inn.co.il

Judith Douillet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi