IRAN: un homme d'affaire iranien avoue, sous la torture, être un espion israélien

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Mazyar Ebrahimi dit qu'il a été torturé pendant 40 jours et nuits

UN HOMME D'AFFAIRES IRANIEN TORTURÉ AVOUE QU'IL EST UN ESPION ISRAÉLIEN
Il a été accusé d'être impliqué dans le meurtre de scientifiques nucléaires iraniens

Un ancien homme d'affaires iranien affirme avoir été torturé par les autorités iraniennes, qui lui ont fait avouer à tort qu'il était un espion israélien et qu'il avait tué des scientifiques nucléaires iraniens, selon la BBC.

Mazyar Ebrahimi vit maintenant en Allemagne.
En 2012, Ebrahimi et 12 autres personnes sont apparues à la télévision publique iranienne pour avouer de multiples accusations qui étaient toutes passibles de la peine de mort.
Les 13 ont regardé la caméra et tous ont dit qu'ils avaient été formés en Israël avant de retourner en Iran et d'assassiner des scientifiques nucléaires iraniens.

Ils ont reçu un texte à lire écrit par le ministère iranien des Renseignements. Le ministère a également publié sa propre déclaration disant qu'il a démantelé un réseau d'espionnage créé par l'entité sioniste.

Jiyar Gol, de la BBC, s'est entretenu avec Ebrahimi pour entendre son histoire.

"Les interrogateurs frappaient la plante de mes pieds nus avec un câble électrique épais," dit Mazyar Ebrahimi. "Ils m'ont cassé le pied. Les coups ont continué pendant sept mois."

Il a dit qu'il a finalement accepté d'"avouer" après avoir été torturé 24 heures sur 24 pendant 40 jours.
Avant d'être arrêté, Mazyar Ebrahimi était propriétaire d'une société de studios de télévision, et il pense que l'un de ses concurrents l'a faussement accusé d'espionnage.

Quatre scientifiques nucléaires iraniens ont été assassinés entre 2010 et 2012 et le gouvernement a voulu trouver les coupables du crime. Plus de 100 personnes ont été accusées d'être des espions étrangers.

Ebrahimi a dit à la BBC qu'il était prêt à tout avouer parce qu'il voulait mourir.

Ses interrogateurs lui ont demandé d'admettre qu'il était à l'origine d'une explosion qui a détruit une usine de missiles dirigée par le Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI), tuant plusieurs experts en missiles.

Un officier de renseignement des Gardiens de la révolution islamique a commencé à interroger Ebrahimi et s'est rendu compte qu'il y avait de multiples divergences entre son témoignage et l'événement réel.

Ebrahimi a reçu des excuses du ministère du Renseignement mais est resté en prison jusqu'en 2015. Après sa libération, Ebrahimi a déposé une plainte contre les journaux, la télévision publique iranienne et le ministère des Renseignements, mais a retiré sa plainte.

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi