Iran/Israël: à quel point l'Iran est proche de la production d'une bombe nucléaire?

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
À quel point l'Iran est-il proche de la production d'une bombe nucléaire?

À quel point l'Iran est-il proche de la production d'une bombe nucléaire?

L'Iran soutient qu'il n'a jamais cherché d'armes nucléaires et ne le ferait jamais, mais les renseignements occidentaux ont prouvé que cette déclaration était fausse.
L'Iran dit que son travail nucléaire n'a que des objectifs civils.

Un accord nucléaire de 2015 entre l'Iran et les puissances mondiales est en train de s'éroder et les efforts pour relancer le pacte font face à un nouveau défi avec le meurtre du plus grand scientifique nucléaire de Téhéran.

Les restrictions de l'accord sur le travail atomique de l'Iran avaient un objectif: prolonger le "temps de déclenchement" pour Téhéran pour produire suffisamment de matière fissile pour une bombe, s'il décidait d'en fabriquer une.

Téhéran a commencé à enfreindre les limites de l'accord l'année dernière dans une réponse étape par étape au retrait du président Donald Trump de l'accord en mai 2018 et à la réimposition des sanctions américaines.

Cela a raccourci le temps de pause, mais les rapports de l'Agence internationale de l'énergie atomique des Nations Unies (AIEA), qui gère l'accord, indiquent que l'Iran ne va pas de l'avant avec ses travaux nucléaires aussi vite qu'il le pourrait.

Les États européens ont cherché à sauver l'accord sur le nucléaire, pressant Téhéran de se conformer alors même que Washington a resserré les sanctions et espérant un changement de politique américaine une fois que le président élu Joe Biden entrera en fonction le 20 janvier.

Biden faisait partie de l'administration américaine sous Barack Obama qui a négocié l'accord de 2015.

Qu'a fait l'Iran jusqu'à présent?

L'Iran a enfreint de nombreuses restrictions de l'accord, mais continue de coopérer avec l'AIEA et d'accorder l'accès aux inspecteurs sous l'un des régimes de vérification nucléaire les plus intrusifs imposés à n'importe quel pays.

Uranium enrichi:  L'accord limite le stock iranien d'uranium enrichi à 202,8 kilogrammes, une fraction des plus de huit tonnes qu'il possédait avant l'accord. La limite a été dépassée l'année dernière. Le rapport de l'AIEA en novembre évaluait le stock à 2 442,9 kilogrammes.

Niveau d'enrichissement: L'accord plafonne la pureté fissile à laquelle l'Iran peut raffiner l'uranium à 3,67%, bien en dessous des 20% atteints avant l'accord et en dessous du niveau de qualité militaire de 90%. L'Iran a franchi le plafond de 3,67% en juillet 2019 et le niveau d'enrichissement est resté stable à 4,5% depuis lors.

Centrifugeuses: L'accord permet à l'Iran de produire de l'uranium enrichi en utilisant environ 5 000 centrifugeuses IR-1 de première génération dans son usine souterraine de Natanz, qui a été construite pour en accueillir plus de 50 000. Il peut faire fonctionner un petit nombre de modèles plus avancés au-dessus du sol sans accumuler d'uranium enrichi. L'Iran avait installé environ 19 000 centrifugeuses avant l'accord.

En 2019, l'AIEA a déclaré que l'Iran avait commencé l'enrichissement avec des centrifugeuses avancées dans une usine pilote en surface à Natanz. Depuis lors, l'Iran a commencé à déplacer trois cascades, ou grappes, de centrifugeuses avancées vers l'usine souterraine. En novembre, l'AIEA a déclaré que l'Iran avait introduit une matière première de gaz hexafluorure d'uranium dans la première de ces cascades souterraines.

Fordo: L'accord interdit l'enrichissement à Fordo, un site que l'Iran a secrètement construit à l'intérieur d'une montagne et qui a été révélé par les services de renseignement occidentaux en 2009. Les centrifugeuses y sont autorisées à d'autres fins, comme la production d'isotopes stables. L'Iran a maintenant 1 044 centrifugeuses IR-1 qui s'enrichissent là-bas.

À quel point l'Iran est-il proche d'avoir une bombe?

Les brèches ont allongé le temps de percée, mais les estimations varient encore. De nombreux diplomates et experts nucléaires disent que l'Iran aurait besoin de plus de temps que les un an estimé.

David Albright, un ancien inspecteur des armes de l'ONU qui a tendance à avoir une position belliciste sur l'Iran, a estimé en novembre que le temps de sortie de l'Iran pourrait être "aussi court que 3,5 mois", bien que cela suppose que l'Iran utiliserait 1000 centrifugeuses avancées qui ont été retirées dans le cadre de l'accord .

Que devrait faire de plus l'Iran?

Si l'Iran accumulait suffisamment de matière fissile, il lui faudrait assembler une bombe et probablement une assez petite pour être portée par ses missiles balistiques. On ne sait pas exactement combien de temps cela prendrait, mais stocker suffisamment de matières fissiles est largement considéré comme le plus grand obstacle à la production d'une arme.

Les agences de renseignement américaines et l'AIEA pensent que l'Iran avait autrefois un programme d'armes nucléaires qu'il a interrompu. Il y a des preuves suggérant que l'Iran a obtenu une conception pour une arme nucléaire et a effectué divers types de travaux pertinents pour en fabriquer une.

Téhéran continue d'accorder à l'AIEA l'accès à ses installations nucléaires déclarées et autorise des inspections rapides ailleurs.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi