La synagogue du Caire fête ses 100 ans et la fin d’une époque

International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
            La synagogue du Caire fête ses 100 ans et la fin d’une époque

Article paru dans "Aroutz7", le 01/11/07

synacaire1.jpgA la synagogue Shaarei Shamaïm du Caire, seulement quelques dizaines de personnes se sont réunies pour célébrer le centenaire de la dernière synagogue de la capitale égyptienne.

Le Shofar a retenti dans l’espace presque vide de la synagogue. Le rabbin Marc Alfassi, qui est venu de Paris spécialement pour participer à cette cérémonie, a choisi une seule longue sonnerie, Tékia, comme pendant la prière de la Néïla (la prière de clôture de Yom Kippour). Une chorale juive de la ville grecque de Salonique a entonné le chant Ava Naguila. Un chanteur égyptien a, pour sa part, chanté en quatre langues son aspiration pour la paix. Plusieurs des participants à la cérémonie ont même versé quelques larmes.

Cette cérémonie était à la fois joyeuse et empreinte d’une certaine tristesse. Quelques dizaines de Juifs et d’Israéliens se sont réunis mardi matin dans la plus belle et la plus grande de toutes les synagogues sépharades du Caire. Cette dernière est située en plein centre ‘‘chic’’ de la capitale égyptienne (17, rue Adly Pacha, ex Madabegh). Pour les participants, malgré la joie que procure un tel anniversaire, cette cérémonie marquait un peu la fin d’une époque, la fin d’une communauté qui fut florissante pendant des siècles et qui s’est peu à peu éteinte.

La communauté juive d’Egypte était l’une des plus prestigieuse de diaspora. C’est là que le Rambam a vécu et exercé une grande influence sur le judaïsme de son époque et des générations suivantes. Il y a une centaine d’années, a été découverte la célèbre Guéniza du Caire, un véritable trésor d’archives renseignant sur l’histoire du peuple juif en exil.

A la fin des années 40 et au début des années 50, il y avait encore environ 80.000 Juifs en Egypte, lesquels résidaient principalement au Caire et à Alexandrie. La communauté a diminué du fait du conflit israélo-arabe et est en voie de disparition. On estime qu’il y a aujourd’hui environ 60 Juifs au Caire et 40 à Alexandrie

Sur les 34 synagogues que compte le Caire, seules trois sont encore plus ou moins en service, mais seulement pendant les fêtes. La synagogue Shaarei Shamaim est ouverte tous les jours aux visiteurs. Pendant les fêtes, le rabbin Alfassi y vient pour diriger la prière. Elle a été rénovée en 1980. Il convient de mentionner également la synagogue Ben Ezra, la plus ancienne du Caire, c’est là qu’a été découverte la Guéniza. Elle a été rénovée dans les années 1990. On peut la visiter dans la journée. Des offices y sont tenus seulement pendant les grandes fêtes.

Mardi, seules quelques dizaines de personnes ont participé à la cérémonie. Une partie d’entre elles issues de la communauté du Caire, quelques Israéliens et des invités étrangers. L’ambassadeur israélien au Caire, Shalom Cohen, ses prédécesseurs Tsvi Mazel et David Sultan, ainsi que la veuve du premier ambassadeur Elihaou Ben Alisher, zal, ont participé à la cérémonie. Le gouvernement égyptien a également envoyé un représentant officiel, le conseiller du ministre de la Santé. Les ambassadeurs américain, français, italien et espagnol étaient également de la fête.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi