La justice française enquête sur une nouvelle "filière afghane"

International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Une enquête menée depuis la mi-octobre par un juge antiterroriste français, en liaison avec la police belge, a mis au jour l'apparition d'une nouvelle "filière afghane" de recrutement de combattants islamistes en Europe, apprend-on de source judiciaire.

Un Français d'origine tunisienne de 28 ans arrêté à Grenoble jeudi a été présenté lundi à Paris au juge antiterroriste Marc Trévidic. Il devait être mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" dans la soirée.

Est en cause un site internet belge par lequel des islamistes auraient recruté des volontaires pour combattre les Occidentaux en Afghanistan.

"Cet homme est soupçonné d'avoir joué un rôle important dans ce site internet et d'avoir eu un rôle assez actif pour la mise en contact de jeunes gens avec la filière, ce qu'il nie", a dit une porte-parole du parquet de Paris.

Un second suspect arrêté à Amiens a été remis en liberté après sa garde à vue sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Deux Français au moins seraient partis combattre en Afghanistan par cette filière, via la Turquie.

La justice française a connu une première "génération" de filières afghanes dans les années 1990.

A l'époque, Oussama ben Laden et ses proches, qui avaient pignon sur rue à Londres, recrutaient en France des volontaires qui étaient endoctrinés et formés en Angleterre avant d'être envoyés dans les camps d'activistes en Afghanistan.

La procédure française est en lien étroit avec celle de la police belge, qui a arrêté jeudi 14 personnes, dont une qui, selon le parquet fédéral belge, projetait de mener une attaque suicide et de libérer Nizar Trabelsi, ancien footballeur professionnel qui préparait un attentat en 2000.

Le parquet local évoque quatre Belges qui se sont rendus en Afghanistan ou au Pakistan à la fin de l'an dernier, et dont trois sont rentrés en Belgique, le dernier le 4 décembre. C'est celui-ci qui, selon le parquet, préparait une attaque suicide et aurait fait une vidéo d'adieux destinée à ses proches.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi