Innovation israélienne : une opération pour enlever la pomme d'Adam des transsexuels sans cicatrice

Actualités, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Innovation israélienne : une opération pour enlever la pomme d'Adam des transsexuels sans cicatrice

Un médecin israélien a mis au point une technique permettant de retirer la pomme d’Adam des hommes procédant à un changement de sexe sans laisser de cicatrices.

La nouvelle méthode peut également être utilisée pour des chirurgies du cou, telles que des interventions sur la glande thyroïde, sans aucun signe externe.

Le docteur Avi Hefetz, spécialiste des chirurgies de la tête et du cou au centre médical Assuta à Tel Aviv, est à l’initiative cette opération inédite dans laquelle le cartilage thyroïdien, également connu sous le nom de "pomme d’Adam", qui présente un renflement proéminent du cou chez les hommes, est retiré.

Le mois dernier, deux chirurgies ont été pratiquées sur deux femmes transsexuelles et la semaine dernière, deux autres ont été effectuées.

Dans la méthode conventionnelle, une incision longue de 3-4 cm est réalisée à la base du cou, ce qui laisse une cicatrice, une "marque distinctive" pour les patients subissant une chirurgie de la thyroïde ou les personnes transgenres souhaitant aplatir leur pomme d’Adam. Il s’agit du cartilage qui protège les cordes vocales, il est plus visible chez les hommes à cause de la testostérone.

Il y a environ un an et demi, le Dr Hefetz a commencé à essayer la nouvelle méthode chirurgicale sur des patients subissant une chirurgie de la thyroïde. L’opération est réalisée par le biais d’une section transversale à l’intérieur de la bouche. Environ 50 patients ont subi cette intervention chirurgicale innovante, puis le médecin eu l’idée d’appliquer cette technique au personnes ayant entrepris un processus de changement de sexe.

Le Dr Hefetz a reçu l'autorisation de l'hôpital et du ministère de la Santé pour démarrer la nouvelle opération, il a effectué des tests chirurgicaux sur les cadavres, puis appliqué la méthode aux opérations humaines. A ce jours, quatre personnes transsexuelles ont subi cette opération.

Cette opération peut également éviter la cicatrice en cas de thyroïdectomie

Cette opération peut également éviter la cicatrice d'une thyroïdectomie

Comment cela se présente -t-il?

L'opération dure une heure et demie, est effectuée sous anesthésie complète et le patient peut rentrer à la maison dès le lendemain. Les points de suture pratiqués à l’intérieur de la lèvre sont résorbables et le patient peut reprendre une activité normale au bout d’une semaine.

La nouvelle opération a déjà trouvé un écho parmi les chirurgiens du monde entier: "Cela s'est répandu comme une traînée de poudre", a déclaré le Dr Hefetz. "La nouvelle approche que nous avons développée ne laisse aucune trace, contrairement à la méthode conventionnelle qui laisse chez certains patients une cicatrice importante qui les dérange beaucoup et les accompagne pour le reste de leur vie", explique le Dr Hefetz.

Chaque année, des dizaines de personnes transgenres se tournent vers le comité pour une opération de changement de sexe. Ces dernières années, plus de 150 Israéliens ont demandé une telle intervention chirurgicale, tandis que d'autres se sont fait opérer dans d'autres pays, notamment en Thaïlande. La plupart des chirurgies de changement de sexe sont effectuées sur des hommes souhaitant devenir femmes.

La chirurgie de changement de sexe est réalisée après un long processus de diagnostic dans un comité spécial comprenant un médecin, un psychologue clinicien, un psychiatre, un endocrinologue, un urologue et un gynécologue. L'approbation est donnée après une période d'un an sous hormonothérapie. L’opération, si elle est approuvée, est entièrement financée par l’État.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi