Innovation israélienne : Maya l'autocollant désinfectant pour les masques faciaux

Actualités, Alyah Story, Culture, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le professeur Zussman

Le professeur Zussman a commencé à réfléchir à l'idée derrière le masque en février, lorsque la pandémie mondiale a commencé à frapper Israël. «Non seulement il manquait de masques faciaux, mais le personnel médical portait des masques chirurgicaux courants [pour traiter les patients atteints de coronavirus contagieux] que vous pouviez trouver n'importe où»,

Les masques chirurgicaux sont généralement portés afin que le patient hospitalisé puisse éviter une infection par le médecin, explique-t-il. Mais le personnel médical a un risque élevé de contracter le virus .

Le SRAS-CoV-2 , qui provoque la maladie connue sous le nom de COVID-19, peut être transmis lorsqu'une personne est en contact étroit,à moins d'un mètre, avec une personne qui présente des symptômes respiratoires comme toux ou éternuements, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les masques chirurgicaux seuls, a déclaré le professeur Zussman, «ne peuvent pas vraiment vous protéger du coronavirus».

Le «Maya» est imprimé à l'aide d'une technique d'impression 3D spéciale développée par l'équipe du Technion et est composé de fibres nanométriques recouvertes de désinfectants.

Il vise à améliorer le confinement des nanoparticules et à neutraliser efficacement les virus lorsqu'ils touchent le masque. L'autocollant ressemble à une grande étiquette et est fixé sur la surface extérieure du masque médical.

«Ainsi, les gouttelettes sont absorbées dans le réseau de fibre et le virus est piégé. L'autocollant contient un agent antiseptique. Il est recouvert d'un biocide qui est libéré et rend le virus inefficace », a expliqué le professeur Zussman.

«Le but principal de cet autocollant est de fournir une protection supplémentaire aux équipes médicales qui luttent actuellement contre le coronavirus», a déclaré le professeur Srouji dans une vidéo du Technion.

Les masques ont été testés dans plusieurs centres médicaux à travers le pays, notamment le centre médical Galilee, le campus de soins de santé Rambam et le centre médical Bnai Zion à Haïfa, le centre médical Ziv à Safed, l'hôpital Ichilov à Tel Aviv et le centre médical Shaarei Zedek. à Jérusalem.

Désormais, le «Maya» sera produit en série après que le Technion ait signé un accord de commercialisation avec l'imprimerie DYKAM du kibboutz Ein Harod, dans le nord d'Israël, a annoncé l'université la semaine dernière.

L'accord permettra aux autocollants d'être disponibles au personnel médical israélien et au grand public avec des accords d'exclusivité au Canada, au Japon et en Espagne.

Le «Maya» a déjà été approuvé par la Division de l'équipement médical du ministère israélien de la Santé et est en train d'obtenir l'approbation des autorités des États-Unis (FDA) et d'Europe (CE).

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi