Injonction présidentielle, la lecture de la lettre de Guy Môquet divise les profs

Actualités - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
 Injonction présidentielle, la lecture de la lettre de Guy Môquet divise les profs

moqu.jpg

 
PARIS, le 30/08/07- La lecture de la lettre de Guy Môquet aux lycéens le 22 octobre, date anniversaire de sa mort, partage les professeurs d'histoire, les uns dénonçant un document "purement émotionnel", "fait du prince", les autres saluant une initiative "très parlante" pour l'élève.

Le 16 mai, jour de sa prise de fonction, Nicolas Sarkozy avait demandé que la lettre d'adieux aux siens écrite par le résistant communiste, fusillé par l'occupant allemand le 22 octobre 1941 à Châteaubriant (Loire-Atlantique) à l'âge de 17 ans, soit lue en début d'année à tous les lycéens de France.

"En classe ou en grand groupe", cette lecture, qui aura lieu le 22 octobre au matin, pourra être confiée à "un résistant ou un déporté" ou à toute personnalité "dont l'engagement pourrait sensibiliser les élèves", selon le ministre Xavier Darcos, qui a cité mercredi "les élus, le monde sportif, les artistes".

Elle pourra être suivie d'autres lectures, "à l'initiative de chacun" et "se poursuivra par une réflexion collective" en classe.

"C'est peu pertinent car, si cette lettre est poignante, son contenu n'est pas très révélateur de la période historique. On est dans l'émotion, et non dans l'intellect. Or on ne peut pas comprendre l'histoire par quelques sursauts d'émotion", estime Aude Lesage, prof au lycée Pierre Corneille à Rouen (Seine-Maritime) interrogée par l'AFP.

Anne-Marie Cheny, prof à Yvetot (Seine-Maritime), confirme: "ce n'est pas un document historique intéressant. Les raisons qui ont amené Guy Môquet à résister, par exemple, ne sont pas claires. Pourquoi ne pas lire la lettre de Missak Manouchian (résistant d'origine arménienne, fusillé par les Allemands en février 1944, ndlr), où c'est explicite ?".

François Bouyer, 37 ans, professeur au lycée Léonard de Vinci à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), dénonce auprès de l'AFP "l'intervention directe du politique sur les programmes. C'est le fait du prince ! Parce que Sarkozy a été touché par cette lettre, il faudrait la lire dans tous les lycées de France et de Navarre !"

"Les élèves vont nous demander: pourquoi cette lettre en particulier ? Il nous faudra répondre: +c'est parce que Sarkozy l'a voulu+!", renchérit Valérie Lasorak, prof à La Ravoire, près de Chambéry (Savoie).

Plusieurs professeurs notent par ailleurs un problème en ce qui concerne l'avancement dans les programmes d'histoire. "En octobre, en seconde, on étudie plutôt +la Méditerranée au XIIe siècle+, ça viendra comme un cheveu sur la soupe !", affirme Mme Lasorak.

Président de l'association des professeurs d'histoire géographie (APHG), Hubert Tison accueille, lui, favorablement l'initiative, "à condition d'expliquer et de remettre en perspective la période aux élèves".

Pour Olivier Jaulhac aussi, prof à Egletons (Corrèze), la lettre de Guy Môquet est "un document patrimonial extrêmement émouvant qui, entouré d'une certaine solennité, devrait s'avérer très parlant pour l'élève".

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi