L’homme d’affaires Lev Leviev doit 500 millions de NIS à des banques israéliennes

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L’homme d’affaires Lev Leviev doit 500 millions de NIS à des banques israéliennes

Les dettes de l'homme d'affaires israélien Lev Leviev vis-à-vis des banques en Israël s'élèvent à 500 millions de NIS, selon une enquête de "Globes". La dette a pour source un milliard de NIS de prêts contractés par Leviev afin de lui permettre de prendre une participation majoritaire dans Africa-Israel Investments Ltd.

Sous le contrôle de Leviev, Africa-Israël a subi deux accords de dette au cours de la dernière décennie après avoir annoncé qu'il était incapable de payer ses dettes à ses créanciers obligataires. Dans le deuxième et récent accord relatif à la dette, qui s’élevait à 3 milliards de NIS, la propriété de la société a été transférée à l’homme d’affaires Moti Ben-Moshe.

Bien qu'il ait depuis longtemps perdu son statut de magnat et ne vive même pas en Israël, en paiement de ses dettes privées aux banques locales, Leviev paye toujours de ses entreprises privées. Après avoir perdu le contrôle d'Africa-Israël, Leviev concentre l'essentiel de son activité sur les diamants et l'immobilier en Russie.

Leviev a fait les gros titres ces derniers jours en relation avec une présumée contrebande de diamants en Israël par d'anciens employés de LLD, une société appartenant à Leviev. Au cours de l'enquête, les autorités chargées de l'application de la loi ont mis au jour des éléments de preuve permettant de penser que la contrebande de diamants dure depuis plus de 15 ans et représente des centaines de millions de shekels.

Leviev a fait les gros titres ces derniers jours en relation avec une présumée contrebande de diamants en Israël

Leviev a fait les gros titres ces derniers jours en relation avec une présumée contrebande de diamants en Israël

Une source proche de l'enquête a déclaré hier qu'aucune demande d'extradition n'avait encore été déposée à l'encontre de Leviev lui-même, mais que les autorités chargées de l'application de la loi envisagent de mener une enquête conjointe sur son cas en coopération avec les autorités russes. La source a ajouté que les autorités chargées de l'application de la loi partent du principe que la raison pour laquelle Leviev a récemment déménagé en Russie est l'enquête en cours à son encontre.

Rembourser 200 millions de NIS par an

Il y a deux ans, "Globes" a révélé que Leviev tentait de différer le remboursement de sa dette personnelle aux banques en vertu de l'accord de dette qu'il avait signé avec elles plusieurs années auparavant, en échange d'une garantie supplémentaire. À cette époque, le solde de la dette de Leviev vis-à-vis des banques en Israël s'élevait à 1,1 milliard de NIS, dont 60% étaient dus à Bank Hapoalim (TASE: POLI) et le reste à quatre autres banques: Bank Leumi (TASE: LUMI), Israel Discount Banque (TASE: DSCT), Mizrahi Tefahot Bank (TASE: MZTF) et First International Bank of Israel (TASE: FTIN).

L'accord de dette privée conclu entre Leviev et ces banques en 2009, a rééchelonné une dette de 2,5 milliards de NIS sur une longue période (paiements annuels de 200 millions de NIS). L'accord relatif à la dette a été signé en même temps que le premier accord de dette entre l'Afrique et Israël, à la suite duquel Leviev a continué à contrôler Africa-Israël, tout en injectant 750 millions de NIS de son propre argent dans la société.

Il y a deux ans, alors qu’Africa-Israël faisait face à un second contrat d'endettement, Leviev a racheté les participations de la société dans sa filiale AFI Development (LSE: AFID), spécialisée dans l'immobilier en Russie. Cet accord soulignait à la fois les capacités financières de Leviev et sa confiance dans les affaires d’AFI Development en Russie, alors en pleine crise.

Leviev a injecté 550 millions de NIS en Afrique-Israël pour contrôler ses intêrets à hauteur de 65% dans AFI Development et a également fourni une garantie personnelle à la banque créancière de AFI Development - un total de 1,2 milliard de NIS de capital et de garanties.

Source : globes.co.il

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi