Une récolte inespérée 11 millions de timbres à la mémoire de l'Holocauste

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
USA: 11 millions de timbres pour commémorer l'Holocauste

Un projet scolaire lancé il y a 9 ans pour commémorer les victimes de l'Holocauste a dépassé son objectif improbable de collecter 11 millions de timbres - représentant la vie de 6 millions de Juifs et de 5 millions d'autres victimes d'intolérance ayant péri durant la seconde guerre mondiale.

Vendredi, la veille de Yom Kippour, une communauté bénévole engagée dans l'Holocaust Stamp Project à la Foxborough Regional Charter School, a livré environ 7 000 timbres oblitérés à l'école autonome K-12, ce qui porte le total des timbres collectés à 11 011 979, selon Jamie Droste, le conseiller de la vie étudiante de l'école.

Par hasard, l’objectif a été atteint le jour où une équipe de reporters d’une chaîne affiliée à la NBC Boston se trouvait à l'école, située dans une banlieue sud de Boston, pour faire un article sur le projet.

Le projet a débuté il y a neuf ans dans la classe de cinquième année. Charlotte Sheer, le professeur, a encouragé ses élèves à lire "Number the Stars", l’œuvre de fiction historique primée de Lois Lowry relatant l'évasion d'une famille juive (les Rosens) de Copenhague pendant la Seconde Guerre mondiale. En recueillant 11 millions de timbres, un timbre à la fois, Charlotte Sheer, envisageait le projet comme un moyen de rendre tangible l'ampleur incompréhensible du génocide.

À partir de ses débuts modestes de collecte de quelques milliers de timbres, le projet Stamp Stamp de l'Holocauste s'est transformé en une composante de service communautaire bénévole pour les élèves du secondaire de l'école. Il a également attiré des bénévoles de la communauté qui prennent du temps pour compiler et trier les timbres.

Un collage d'Eva Paddock, une enfant survivante de l'Holocauste de Tchécoslovaquie, conçu et fabriqué par des étudiants de l'école de la Charte régionale de Foxborough dans le cadre du projet de timbre de l'Holocauste.

Un collage d'Eva Paddock, une enfant survivante de l'Holocauste de Tchécoslovaquie, conçu et fabriqué par des étudiants de l'école de la Charte régionale de Foxborough dans le cadre du projet de timbre de l'Holocauste.

Grâce au projet, les élèves apprennent l'importance de l'acceptation, de la tolérance et du respect de la diversité, selon Sheer et Droste, qui dirige le projet depuis la retraite de Charlotte Sheer il y a environ cinq ans.

Au cours des années, au fur et à mesure que le mot du projet s'est propagé, avec des rapports médiatiques locaux ainsi qu’en Israël et en Allemagne, des timbres sont arrivés de 47 États et 22 pays, dont l'Australie, le Canada, le Royaume-Uni, Israël et l'Irlande. Certains sont envoyés un par un, parfois par des survivants de l'Holocauste ou des membres de leur famille, et d'autres, y compris des timbres rares, ont été donnés par des collectionneurs en lots de milliers de pièces.

Dans le cadre du projet, les étudiants ont transformé des milliers de timbres en 11 collages colorés méticuleusement conçus dont les dessins complexes reflètent un thème lié à l'Holocauste. "Le but est de compléter 18 collages", a déclaré Droste. Les collages ont été affichés pour la communauté pendant les programmes du Souvenir de l'Holocauste.

Les quelques 1 300 étudiants de l'école proviennent de cultures et de milieux divers, beaucoup sont issus de familles d’immigrants, très éloignés des événements de l'Holocauste, selon Droste. "Certains sont nés dans des pays qui ont connu la guerre ou des difficultés économiques", a-t-elle noté.

"La diversité multiculturelle rend l'école forte", a-t-elle déclaré. Seuls quelques élèves de l'école sont juifs.

"Dans le climat politique d'aujourd'hui, les élèves sont conscients de la haine dans le monde", a observé Droste.

"C'est une leçon qui les atteint tous. Nous devons nous concentrer sur la paix et sur ce qui est bon et ne jamais oublier les vies qui ont été ravies à cause de l'intolérance ", a-t-elle déclaré.

Le projet a été reconnu lors de la commémoration de Yom Hashoah au printemps dernier et récompensé par un prix du Conseil des relations de la communauté juive du Grand Boston.

Droste a déclaré espérer que les collages et la collection trouveront un logement permanent dans une institution ou une organisation où ils pourront être exposés.

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi