HighTech : Microsoft se retire de la startup israélienne AnyVision pour des raisons d'éthique

Actualités, Alyah Story, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Microsoft a déclaré vendredi qu'elle retirait ses investissements d'une startup israélienne de reconnaissance faciale qui scanne les visages aux points de contrôle militaires israéliens, même si le géant de la technologie n'a pas pu étayer les affirmations selon lesquelles la technologie de la startup est utilisée de manière contraire à l'éthique.

À la fin de l'année dernière, Microsoft a engagé l'ancien procureur général américain Eric Holder pour diriger une équipe d'avocats pour auditer la société israélienne AnyVision.

AnyVision avait annoncé un investissement de 74 millions de dollars en juin d'un groupe comprenant la branche capital-risque de Microsoft. La société et son soutien à Microsoft ont attiré l'attention du public alors que l'armée israélienne installait des scanners de visage aux postes frontaliers où les Palestiniens entrent en Israël depuis la Cisjordanie.

En octobre, l'équipe de Holder a été invitée à déterminer si les applications technologiques d'AnyVision étaient conformes aux principes éthiques de Microsoft contre l'utilisation de la reconnaissance faciale pour la surveillance de masse. Microsoft et AnyVision ont annoncé conjointement vendredi que l'audit n'a pas permis de prouver une violation des principes de Microsoft.

Une déclaration du cabinet d'avocats Covington & Burling, basé à Washington, où travaille Holder, a déclaré que les preuves disponibles "démontrent que la technologie d'AnyVision n'a pas auparavant et n'alimente pas actuellement un programme de surveillance de masse en Cisjordanie, ce qui a été allégué dans les rapports des médias. " Le cabinet d'avocats a déclaré que l'audit comprenait un examen des registres comptables et une visite des installations d'AnyVision à Holon, une banlieue de Tel Aviv.

Mais Microsoft a également déclaré vendredi qu'il cédait toujours sa participation dans la startup et cesserait de faire des investissements minoritaires dans des entreprises qui vendent des technologies de reconnaissance faciale.

La société basée à Redmond, dans l'État de Washington, a déclaré que l'audit avait mis en évidence les défis d'être un investisseur minoritaire dans une entreprise vendant des technologies sensibles, car il se peut qu'elle n'ait pas suffisamment de surveillance ou de contrôle sur la façon dont la technologie est utilisée.

AnyVision a précédemment déclaré que sa technologie est utilisée aux postes frontaliers de la même manière que la reconnaissance faciale est utilisée dans certains aéroports.

Vos réactions

  1. ivryernest@gmail.com'Ernest Ungureanu

    Depuis toujours, j’ai un sentiment de rejet face à Microsoft.
    Maintenant, j’en ai la justification…
    Ce seraient des gauchistes pro-palestiniens que je ne serais pas surpris.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi