Des histoires inspirantes de femmes israéliennes dans la haute technologie

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Des histoires inspirantes d'israéliennes dans la haute technologie

Shoshi Jambar, une mère célibataire israélo- éthiopienne âgée de 31 ans, est passée en l’espace de trois ans du poste d'agent de surface dans un bureau à directrice de la plate-forme israélienne d'orientation et d'engagement des entreprises WalkMe.

«A la maison, la situation financière était très difficile », explique Shoshi, née dans un centre d'accueil de Beersheva. "J'ai décidé d'accepter ce travail de nettoyage jusqu'à ce que je trouve quelque chose de plus fixe. Mais je n'ai jamais eu honte d’être la femme de ménage. Je savais parler anglais et j'étais sympa avec tout le monde au bureau. "

Impressionnée par la confiance et la gentillesse de Shoshi Jambar, une directrice des ventes de WalkMe l'a encouragée à postuler pour un poste ouvert en assurance qualité. Un an plus tard, elle a été promue à un poste de direction supervisant cinq employés.

L'histoire de Shoshi Jambar est l'une des quelque 50 présentées sur la page Facebook de Women of Startup Nation, créée en janvier 2016 pour sensibiliser le public aux progrès des femmes israéliennes dans la haute technologie.

La page populaire a recueilli plus de 13 200 abonnés et reçoit des réactions de personnes aussi éloignées que le Kenya et le Japon, selon sa créatrice Bar Yaron.

"Je crois que partager des histoires de modèles féminins peut aider la prochaine génération de filles à considérer autrement ce domaine ", a déclaré Yaron à ISRAEL21c.

Né à Philadelphie de parents israéliens, Bar Yaron a déménagé de San Francisco à Tel Aviv l'année dernière. Elle a vu des pages Facebook similaires dans la Silicon Valley et participe à attirer davantage de femmes dans les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM).

Ayant étudié les mathématiques à Harvard, elle travaille en tant que data scientist avec Facebook à Tel Aviv. "Avant de quitter San Francisco, mes amis voulaient savoir si le fait de déménager en Israël nuirait à ma carrière en technologie. Ils étaient curieux du rôle des femmes dans le pays. "

Quelques mois seulement après son déménagement, Bar a lançé la page Facebook en consultant des articles sur les femmes israéliennes ayant un impact sur la technologie.

"Je leur envoyais des courriels leur demandant si je pouvais les interviewer. Presque chaque femme était désireuse de partager son histoire et ses conseils. "

Bar Yaron dit qu'il est gratifiant de voir des étrangers trouver de la valeur dans les posts ou parler des défis et des conseils partagés par des femmes telles que Shoshi Jambar.

Shoshi Jambar a gravi les échelons jusqu'à devenir manager chez WalkMe

Shoshi Jambar a gravi les échelons jusqu'à devenir manager chez WalkMe

Définir un exemple

Bar a trouvé l'histoire de Shoshi Jambar, qui lui a été présentée par un ami de WalkMe, particulièrement parlante ,

"L'histoire de Shoshi est vraiment incroyable. Je pense que l'une des leçons à tirer ici est l'importance de saisir toutes les opportunités qui vous intéressent, de montrer de la confiance en soi et de faire preuve d'un travail acharné», explique Bar Yaron.

"Je me suis aussi senti inspirée par le directeur des ventes qui a tendu la main à Shoshi. Tellement de gens avec un potentiel incroyable viennent d'horizons non traditionnels - et en fait, faire quelque chose pour les aider donne un exemple puissant », ajoute-t-elle.

Bien que n'ayant pas de diplôme ou d'expérience sur le terrain, Shoshi Jambar a été choisie pour le poste de direction sur la base d'un entretien personnel et de tests techniques.

«Les femmes qui sont de parfaites inconnues m'ont raconté comment mon histoire les a inspirées à changer leur vie», a déclaré Shoshi, qui a dit: «Si vous ne croyez pas en vous, personne d'autre ne le fera ».

Un autre profil de Women of Startup Nation est Jenny Drezin, cofondatrice et directrice marketing de Sidekix, une sorte de Waze pour les marcheurs.

"Mon premier travail consistait à gérer un projet extraordinaire de l'ONU, en travaillant avec de fortes activistes féminines originaires d'Afrique, d'Asie et d'ailleurs. Nous avons offert des subventions et des ressources pour les aider à lutter contre la violence faite aux femmes dans leurs propres communautés. Elles avaient une énergie et un esprit remarquables, même dans des circonstances inimaginables. Les leçons que j'ai tirées d'elles sur la persévérance m'ont donné la volonté de prendre des décisions difficiles, y compris de faire l'alya et de fonder ma propre start-up », écrit Drezin.

Cela peut sembler inhabituel, mais de nombreuses compétences de ma vie d'activiste se sont avérées inestimables en tant que fondatrice: elles impliquaient des caractéristiques similaires de bousculade, de débrouillardise et de conviction, même face à l'incertitude. Et malgré l'instabilité de la vie de startup, l'excitation de construire quelque chose de nouveau, à partir de la base, rend chaque seconde utile. "

Maya Gura, PDG et cofondatrice de la société de services de beauté et de style de vie Missbeez, raconte à Women of Startup Nation que ses deux premières entreprises, PicScout et The Gifts Project, ont été rachetées respectivement par Getty Images et eBay.

"Mes rêves ont encore changé et je voulais aider d'autres femmes à réaliser leurs rêves", écrit Maya. «Ma troisième entreprise est un marché qui aide les pigistes professionnels à développer leur clientèle et à créer des entreprises performantes en plus de notre plate-forme d'économie innovante.

Bar Yaron vise à présenter une histoire chaque semaine.

"Je suis constamment en contact avec des femmes impressionnantes", a-t-elle déclaré. "Je suis encore activement à la recherche de femmes de toutes les différentes régions d'Israël,  des femmes ayant des origines et des expériences variées."

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi