Hassan Nasrallah menace Israël : préparez vous à ne plus vivre tranquillement

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Nasrallah menace Israël : "Nous riposterons depuis le Liban"

Nasrallah menace Israël : "Nous riposterons depuis le Liban"

"Nous, la Résistance, nous ne permettrons pas une démarche de ce type, quel qu'en soit le prix. Le temps où des avions israéliens venaient frapper une cible au Liban est révolu", a affirmé le chef du Hezbollah.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé dimanche soir de reprendre les ripostes contre Israël à partir du Liban, quelques heures après la chute de deux drones dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du parti chiite, et après que l'Etat hébreu ait mené de nouvelles frappes en Syrie, qui ont fait "deux martyrs" du Hezbollah, selon lui.

"Ce qui s'est passé hier soir est très dangereux", a lancé Hassan Nasrallah dans un discours retransmis en direct lors d'une cérémonie à l'occasion du deuxième anniversaire de la bataille du jurd de Ersal.

"C'est un drone israélien qui a survolé le quartier Moawad et non pas un drone qu'on loue pour filmer des mariages. Le premier drone avait une mission de reconnaissance, il a survolé très bas la banlieue-sud de Beyrouth pour avoir une image claire de la cible visée.

Nous n'avons pas fait tomber ce drone. Mais des jeunes du quartier ont commencé à lancer des pierres sur le drone et ont peut être provoqué une faille technique. Une minute ou deux plus tard, un deuxième drone est arrivé de manière attaquante et a frappé une cible précise". "Ce qui s'est passé hier est une attaque de drone, contre une cible dans la banlieue sud", a-t-il martelé.

Plus tôt dans la journée, l'armée libanaise avait publié un communiqué indiquant que "le 25 août 2019, à 2h30 du matin, deux drones appartenant à l'ennemi israélien ont violé l'espace aérien libanais au-dessus du secteur de Mouawad, dans le quartier al-Madi, situé dans la banlieue sud de Beyrouth". "Le premier est tombé et le deuxième a explosé dans les airs, ne causant que des dégâts matériels, avait précisé l'armée affirmant "avoir bouclé le secteur où étaient tombés les deux drones", et avoir "pris toutes les mesures nécessaires, tout comme la police militaire qui a pris en charge l'enquête sur l'incident".

"Cette attaque est le premier acte d'agression commis par Israël depuis le 14 août 2006, a indiqué Hassan Nasrallah. C'est une agression importante et dangereuse. Si cette violation reste sans réponse, d'autres suivront. Nous ferons tout ce qu'il faut pour empêcher un tel processus. L'État assume ses responsabilités, condamne et considère que ce qui s'est passé est une agression et porte plainte. C'est bien, mais cela n'arrêtera pas le processus. Nous, la Résistance, nous ne permettrons pas une démarche de ce type, quel qu'en soit le prix. Le temps où des avions israéliens venaient frapper une cible au Liban est révolu".

"Une nouvelle étape imposée par l’ennemi"

En outre, le chef du Hezbollah a affirmé que les raids israéliens la veille près de Damas avaient visé une position de son parti qui combat au côté du régime dans la Syrie en guerre. "Il n'y avait que des jeunes libanais du Hezbollah à l'endroit qui a été bombardé" près de Damas, a-t-il dit, réfutant les déclarations israéliennes selon lesquelles la cible était la force iranienne al-Qods, l'unité d'élite des Gardiens de la Révolution.

"J'ai lu que l'armée israélienne disait aux habitants du nord (d'Israël) qu'il n'y avait rien à craindre , aujourd'hui je dis aux habitants du nord : Ne vivez pas, ne vous reposez-pas, ne soyez pas rassurés, et ne pariez pas un instant que le Hezbollah va permettre (...) de telles agressions", a encore lancé le chef du Hezbollah.

Nous sommes devant une nouvelle phase et nous défendrons notre pays sur toutes les frontières et dans notre ciel, c’est une nouvelle étape imposée par l’ennemi".

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi