Un regard dépourvu de nostalgie sur le harcèlement sexuel en Israël

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un regard dépourvu de nostalgie sur le harcèlement sexuel en Israël

La Journée internationale de la femme (8 mars) a attiré l'attention longtemps attendue en Israël cette année, peut-être en réaction aux mouvements #MeToo et #TimesUp qui se sont battus, respectivement, contre le harcèlement sexuel et pour un salaire égal à travail égal.

Cette semaine a également marqué le lancement de #ThatsHarassment, une version américaine d'une web-série en ligne de 2016 sur le harcèlement sexuel par la réalisatrice israélienne Sigal Avin et le producteur exécutif David Schwimmer (mieux connu pour son rôle de Ross dans "Friends"), en partenariat avec RAINN (Réseau national de viol, d'abus et d'inceste), la plus grande organisation de lutte contre la violence sexuelle aux États-Unis.

À l'instar de la version israélienne originale, qui comprenait le cas d'un commandant qui profitait d'une jeune soldate, #ThatsHarassment est une série de six courts métrages illustrant des cas de harcèlement sexuel au travail fondés sur des faits réels.

Les courts métrages, qui ont également été reconditionnés en tant que messages d'intérêt public, seront diffusés numériquement et à la télévision par les principaux médias tels que Amazon Prime Video, CBS, CW, Fox Networks, Freedom, Hulu, SHOWTIME, et STARZ.

Il n'y a aucun moyen de jeter un regard nostalgique léger sur la propre histoire d'Israël et le traitement du harcèlement sexuel. Au crédit d'Israël, en 2011, un ancien président Moshe Katsav a été emprisonné, reconnu coupable de deux chefs d'accusation de viol et d'autres délits sexuels, dont une grande partie a eu lieu dans son bureau. (Il a été libéré en 2016, après avoir purgé cinq ans sur une peine de sept). En 2001, l'ancien ministre de la Défense Yitzhak Mordechai a été inculpé d'agression sexuelle et en disgrâce, a démissionné de la vie publique.

Mais des incidents moindres n'ont pas été rapportés, même si le problème était si banal qu'il est devenu le sujet des chansons populaires et humoristique de 1962, "Kshe At Omeret Lo, LeMah At Mitkavenet?" ("Quand tu dis non, qu'entends-tu par là"?), "Ahavat Poalei HaBinyan" ("L'amour des ouvriers du bâtiment") de 1964, jusqu'à "HaMe'antezet" de 1983 ("l’allumeuse").

La compositrice  Naomi Shemer a fait une attaque subtile en 1966 quand elle a écrit "Valse LeHaganat HaTzomeah", (Valse pour la protection des plantes) qui pourrait passer pour une ode à la protection de la nature mais qui est en réalité une chanson écrite contre le harcèlement sexuel.

Un poster de 1961 encourageant les jeunes femmes à faire entendre leur voix en devenant politiquement actives dans le parti travailliste. Photo gracieuseté de la Bibliothèque nationale d'Israël

Un poster de 1961 encourageant les jeunes femmes à faire entendre leur voix en devenant politiquement actives dans le parti travailliste. Photo gracieuseté de la Bibliothèque nationale d'Israël

Les paroles de la chanson, qui parlent d’une plante solitaire dans un champ hostile demandant à ne pas être cueillies, ont toujours été prises à la lettre, mais Shemer a déclaré à l'historien de la musique Ofer Gavish que ce n'était pas le cas: «Je sais comment déguiser le cerf dans la chanson, le cyclamen et la tulipe".

La chanson aborde le fait que bien que déjà en 1964, la Knesset avait adopté la Loi sur les réserves naturelles et les parcs nationaux, y compris une section liée à la protection de la nature, il n'y avait pas de telle protection pour les femmes. En fait, la loi pour la prévention du harcèlement sexuel n'a été approuvée par la Knesset qu'en 1998, plus de 30 ans après que Shemer ait écrit la chanson.

La comédie HaYehudim Ba'Im ("Les Juifs arrivent") a récemment traité du harcèlement dans l'armée avec une chanson intitulée Yesh Li Ahuv ("J'ai Un Bien-aimé"), décrivant une série de scénarios de plus en plus avilissants, chantés dans les années le style des 1960.

En l'honneur de la Journée internationale de la femme, la Bibliothèque nationale d'Israël a créé une exposition éducative d'affiches, d'images et d'autres documents éphémères montrant comment le rôle des femmes a été représenté au cours des décennies.

Comme dans la vie, c'est un portrait inégal: d'un côté, le pionnier se bat aux côtés de ses compatriotes masculins, et de l'autre, des publicités pour des soupes, des sauces et des liquides vaisselle destinés à la bonne ménagère.

L'exposition comprend également des points de contact culturels comme l'affiche de 1961 encourageant les jeunes femmes à faire entendre leur voix en devenant politiquement actives au Parti travailliste, et le dépliant ronéotypé de 1972 publié par le Mouvement de libération des femmes, appelant à une manifestation anti-beauté entre autres choses, un salaire égal pour un travail égal.

Cette bataille - comme dans tant de décennies, tant d'autres sphères professionnelles, et tant d'autres endroits dans le monde occidental - prendra plus de temps à gagner.

Source : israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi