La fête de Hanoucca a-t-elle des sources païennes?

Actualités, Fêtes, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La fête de Hanoucca a-t-elle des sources païennes?

Hanoucca est-il une fête avec des sources païennes liée à la diminution du nombre d'heures de soleil?

Cette question doit être posée, même si cela n’est pas particulièrement agréable, car, des fêtes associées au feu et à la lumière étaient célébrées dans le passé en même temps que Hanoucca. Il était question du jour le plus court de l’année (aujourd’hui, c'est le 21 décembre et dans le monde antique, selon le calendrier julien, c'était le 25 décembre).

Dans l'Antiquité, les fêtes du feu étaient célébrées à deux dates différentes, la première au plus fort de l'été et la seconde en prévision du renouvellement de l'allongement des heures de lumière du jour, tout près de Hanoucca, ce qui pose la question de savoir si le lien entre les fêtes juive et païenne est un hasard.

Il est intéressant de découvrir qu'à l'époque romaine, deux fêtes d’une durée de huit jours étaient également célébrées tout près de Hanoucca, fin décembre et début janvier. La première était Saturnia, la fête de Saturne, qui se déroulait du 17 au 26 décembre. La seconde, Qalandah – la fête du début du mois, était célébrée début janvier. Dans les deux cas, comme indiqué, la fête durait huit jours, presque au même moment que le jour du Renouveau du soleil, c’est-à-dire le jour à partir duquel les heures de jour rallongent.

Les fêtes entourant la « mort et la naissance du soleil » ont été célébrées dans le monde antique et sont bien documentées dans la littérature et dans les temples érigés pour marquer le jour le plus court de l'année. L'un des plus connus est le site de Stonehenge en Angleterre.

En Terre d'Israël, à l'époque cananéenne, une fête du feu était célébrée le jour le plus court de l'année. Dans la description de Lucianus de Samosta, il parle d'une fête cananéenne du feu au début de l'été: "La plus grande fête que je connaisse a lieu au début de l'été, et certains l'appellent" la fête du feu "et d'autres encore" la fête des flambeaux ". Ils coupent de grands arbres et les amènent dans la cour, puis apportent des chèvres, des moutons et d'autres bêtes, qui sont suspendus aux arbres. Sur les arbres, il y a des oiseaux, du tissu, de l'argent et de l'or. Et quand ils ont fini de tout préparer, ils portent les objets sacrés autour des arbres et les jettent au feu. "La célébration vient de Syrie et des pays voisins, et chacun apporte ses objets saints et les offre."

Judaïsme VS christianisme

Judaïsme VS christianisme

Yossef Roth-Rotem a étudié Hanoucca et a découvert qu'il existait un certain lien entre rite juif et païen. "Le sens des fêtes", a-t-il écrit, "est de restaurer le pouvoir magique de la lumière sur le monde. Elles sont donc célébrées lors de la nuit la plus longue et un feu est allumé pour rétablir le règne de la lumière".

Dans ses recherches, il fournit une documentation sur les anciennes inscriptions trouvées dans la ville sumérienne, où il décrit la "fête liturgique" qui est également célébrée en même temps. Des témoignages similaires ont été trouvés chez les Babyloniens et d’autres peuples. Le mois de Décembre a été appelé par les anciens Sumériens "le mois du transport du feu". L'homme doit transporter le feu et la lumière précisément pendant la période sombre de l'année afin d'aider à la libération du soleil emprisonné dans le monde souterrain.

Il s’avère que nos Sages étaient très conscients de la possibilité d’un lien entre Hanoucca et les fêtes du feu. Ils se sont battus de différentes manières. Ils se sont référés directement à ces fêtes et ont écrit dans le Traité Avodah Zarah: "Ce sont les idoles des païens Qalanda et Sternura (la fête romaine en décembre et la fête romaine en janvier proche de Hanoucca)". Dans le Talmud, les Amora'im l’ont également expliqué. Si nous interprétons les mots de la Guemara dans notre propre langue, nos Sages se sont occupés directement des fêtes de la lumière célébrées autour de Hanouccah et leur ont donné une source originale et pure. Les croyances païennes et chrétiennes (Noël) ont souillé l'original.

Dans ce contexte, il s'avère que la victoire des Macchabées à Hanoucca n'a pas obligé les Hasmonéens et nos Sages à commémorer Hanoucca précisément à l'époque où nous le faisons aujourd'hui, mais comme il s'agissait d'une lutte contre la culture païenne grecque, il était fort probable que cette date a été décidée pour déraciner le paganisme et l'idolâtrie, tout en ajoutant la tradition d'Adam, le premier homme.

Un soupçon de cette approche apparaît dans le livre de l'historien juif Flavius Joseph: "Les antiquités des Juifs". Il décrit la profanation du temple par les Grecs et la victoire des Hasmonéens, ainsi que le lien avec la fête de la lumière païenne. "Et le 25 du mois de Kislev, que les Macédoniens appellent Apelaeus, ils allumèrent des bougies dans la menora et les brûlèrent sur l'autel ... Et la coïncidence eut lieu trois ans plus tard le même jour où le travail sacré des Juifs était devenu un rituel impur.

Le Talmud Yerushalmi mentionne également un lien très clair entre le Temple et le jour le plus court de l’année et écrit: "Rabbi Acha a dit: Combien les premiers prophètes toucheront-ils la porte de l’est, que le soleil s’y réduira à l’époque de Tevet?"

Le point culminant final de cette approche apparaît chez le dirigeant juif, érudit et kabbaliste, le Maharal de Prague, qui écrit: "Le commencement de la lumière qui sort de l’obscurité est le 25 Kislev, car la création de la lumière du monde au moment où elle est égale à la nuit est le 25 Eloul ou le 25 Adar (Rosh HaShana 11a). Le monde a été créé le 25 Nissan  et le début du renforcement de la lumière a donc lieu le 25 Kislev, lorsque la lumière commence à vaincre l’obscurité. Et donc le miracle s'est fait avec de l'huile, et il y a eu de la lumière le 25 même s’il n’y avait pas d’huile pour 8 jours, car c'est un moment spécial pour faire revenir la lumière.

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi