Le Hamas appelle à l'Intifada en réponse aux morts de Gaza

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le Hamas appelle à l'Intifada en réponse aux morts de Gaza

Le Hamas a appelé à un soulèvement lundi soir après que de violents affrontements à la frontière de Gaza aient causé un nombre élevé de morts.

"La réaction naturelle à la mort de personnes qui protestaient pacifiquement devrait être une Intifada arabe et islamique", a déclaré Khalil al-Hayya, le leader adjoint du Hamas. "La réponse palestinienne doit être claire à Gaza et en Cisjordanie, il n'y a pas d'autre choix que d'enflammer Gaza et la Cisjordanie en réponse à ce qui s'est passé".

"Le Hamas surveille les marches et se présente comme un bouclier pour elles", a-t-il ajouté.

S'exprimant depuis un campement frontalier, M. Al-Hayya a indiqué que la manifestation de lundi avait été programmée pour coïncider avec le "déplorable crime de déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem".

"Notre peuple est sorti aujourd'hui pour répondre à cette nouvelle agression américano-sioniste, et pour dessiner par leur sang la carte de leur retour", a-t-il dit.

Environ 40 000 Palestiniens se sont rassemblés près de la clôture dans 13 points chauds le long de la frontière depuis le matin. Plusieurs milliers d'autres se trouvaient dans la zone des tentes à environ un demi-kilomètre de la clôture. A 17h30, le Hamas a ordonné à toutes les personnes présentes dans la zone frontalière de rentrer chez elles.

Plus de 50 Palestiniens ont été tués par les tirs des FDI à la frontière de Gaza, avec plus de 1 200 blessés par balles et 1 200 autres blessés. C'est le nombre de morts palestiniens le plus élevé depuis l'Opération Bordure Protectrice en 2014.

Les manifestations, qui durent depuis des semaines, devraient culminer aujourd’hui (mardi), le jour où les Palestiniens commémoreront la "Nakba" ou "Catastrophe" lorsque, en 1948, des centaines de milliers d'entre eux ont été chassés de chez eux ou ont fui les combats autour de la création d'Israël.

Des manifestations pacifiques? Où ça?

Des manifestations pacifiques?

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a tenu des consultations sur la sécurité lundi soir à la lumière des affrontements à la frontière de Gaza, a déclaré qu'Israël agissait en état de légitime défense.

"Chaque pays a l'obligation de défendre ses frontières", a écrit Netanyahou sur Twitter. "L'organisation terroriste Hamas déclare qu'elle a l'intention de détruire Israël et envoie des milliers de personnes pour franchir la barrière frontalière afin d'atteindre cet objectif. Nous continuerons à agir avec détermination pour protéger notre souveraineté et nos citoyens."

Le Hamas a nié avoir incité à la violence, mais la Maison Blanche a soutenu Netanyahu. "La responsabilité de ces morts tragiques incombe directement au Hamas, et le Hamas provoque intentionnellement et cyniquement cette réponse", a déclaré aux journalistes le porte-parole de la Maison Blanche, Raj Shah.

Les FDI ont déclaré dans un communiqué: "Les émeutiers ont lancé des bombes incendiaires et des engins explosifs sur la clôture de sécurité et sur les troupes israéliennes." La réponse des soldats, a-t-il dit, était conforme aux "procédures opérationnelles standard".

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a également tenu des consultations lundi soir avec le chef d'état-major des FDI, Gadi Eisenkot, lui ordonnant "de continuer à agir avec détermination pour empêcher toute tentative de miner la souveraineté israélienne et les citoyens israéliens, conformément à la politique décrite".

Les morts comptaient au moins six jeunes de moins de 18 ans, dont une fille. Le nombre total de décès depuis le début de la série de manifestations a maintenant dépassé les 100.

"Ces crimes de guerre ne doivent pas rester impunis et la communauté internationale a la responsabilité de fournir une protection internationale au peuple palestinien", a déclaré le haut responsable palestinien Saeb Erekat après une réunion des dirigeants palestiniens à Ramallah, en Judée Samarie.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a qualifié la nouvelle ambassade des Etats-Unis, ouverte lundi à Jérusalem, "d’avant-poste américain", déclarant que les Palestiniens rejetteraient toute médiation américaine dans les pourparlers de paix avec Israël et exigeraient au moins deux médiateurs internationaux différents.

"Nous avons reçu le plan de paix de Trump, les Américains ont retiré la question des réfugiés et de Jérusalem des négociations, nous n'accepterons pas cet accord et nous ne voulons plus entendre parler des Etats-Unis", a-t-il déclaré.

Source : Ynet - Reuters

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi