Le tourisme en Israël en chinois, c’est désormais possible

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël, Tourisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le tourisme en Israël en chinois, c’est désormais possible

Il y a tant de Chinois dans le monde. Israël adore le tourisme entrant, et pourtant il n'y a pas de guide touristique dans lequel le visiteur chinois obtiendra toutes les informations qui lui sont nécessaires sur notre pays et qui lui permettra de voyager tout seul avec son manuel.

C'est exactement ce que pensaient Malkiel Malib et son ami Wilson, journaliste Hong-Kongais quand ils ont décidé d'écrire un tel guide.

«Tout a commencé il y a cinq ans», explique Malib, «Le Technion de Haïfa a reçu un don d'environ un demi-milliard de shekels du magnat et philanthrope de Hong Kong Li Ka Xing. Il a ouvert un campus dans la ville où il est né à Guandong. Deux ans après avoir reçu le don, Ka Xing a envoyé en Israël une délégation dirigée par sa femme. Cette dernière a organisé un voyage en Israël pour 100 étudiants chinois. A cette époque, j'étais étudiant au Technion et nous avons eu l'opportunité d'accompagner la délégation ».

un guide explicatif en chinois des sites israéliens

un guide explicatif en chinois des sites israéliens

Au cours de ce voyage, les étudiants chinois ont vécu de nombreuses aventures. «Cela a commencé dans le Gush Etzion, où on leur a enseigné le Krav Maga et fait un peu de formation de base. Ensuite, ils ont été embarqué dans une sorte de trail post-armée dans le désert, où ils ont été reçus par des bédouins. Ils ont admiré la mer Morte et se sont ensuite rendus à Tel Aviv pour s'inspirer de la ville et s’entretenir avec le fondateur de Wize. Le lendemain, ils sont allés au Technion et puis sont retournés à Tel Aviv visiter les start-up. "

Malib ajoute : « "Le premier soir, ils ont dû digérer tout ce qu'ils avaient traversé, ils ont senti que l'Etat était un peu militant et la discussion a très vite explosé et est devenue politique. Nous ne nous sommes pas sentis à notre place car le Technion se vante d'être apolitique. C'est là que nous avons vu la différence entre Hong Kong et Israël ».

Selon lui, après la réunion les étudiants l'ont approché avec le désir de travailler avec lui et l'un d'entre eux était le journaliste Wilson. Il a couvert le voyage et a écrit un article à ce sujet. "Trois ans plus tard, Wilson m’a appelé et a dit qu'il voulait écrire un guide sur Israël, parce qu'il n'y avait pas de guide touristique pour les Chinois qui voyagent. Il n’y a qu’une traduction du Lonely Planet pour le public américain".

« C'est ainsi qu'est né le livre, qui est un guide touristique. "

Afin de concrétiser le projet, le duo a ouvert « HeadStart », qui aide les entrepreneurs à apporter des projets créatifs dans le monde, afin d'obtenir un financement en plus de celui reçu par le journaliste de la part du Consulat d'Israël à Hong Kong.

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi