Le désarroi des gargouilles de Notre Dame de Paris

Actualités, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le désarroi des gargouilles de Notre Dame de Paris

Hier (lundi), quand j'ai vu la cathédrale Notre-Dame en flamme, je n'avais qu'une envie, rejoindre rejoindre les pompiers, même si j'étais à Tel-Aviv.

J'ai regardé les images et je ne voulais pas y croire. Paris représente une grande partie de mon enfance, au travers des histoires que ma mère m’a racontées quand j'étais enfant. Il n'y a pas assez d'étoiles dans le ciel pour compter le nombre de fois où elle m'a lu Le Bossu de Notre-Dame avant de dormir. Et hier, la maison de Quasimodo a brûlé.

Paris compte de nombreux monuments, mais l'église de Notre Dame est le modèle de la ville. Elle raconte tellement d'histoires. Je regarde les flammes à travers l’écran et elles incendient non seulement une église - une cathédrale - mais aussi des souvenirs infinis.

Il y a une semaine à Paris, j'ai vu le restaurant Fouquet’s fermé après avoir été incendié lors des manifestations des gilets jaunes. Je pensais que rien ne pourrait arriver de pire. Je me suis trompé.

Quand j'étais enfant et que mes parents m'emmenaient dans ce quartier, j'avais toujours peur des gargouilles. Pour la première fois, je me suis senti désolé pour elles. Qui aurait cru que je prierai pour la sécurité de celles qui étaient le cauchemar de mon enfance.

L'église historique a presque survécu à tout, la Révolution française, la Commune de Paris, voire au nazisme. N'oubliez pas que pendant la guerre, ses vitraux ont même été ôtés afin qu’ils ne soient pas endommagés. Mais hier, la chance a tourné.

Un symbole national. Un immense incendie a sévi dans l'ancien bâtiment gothique, Paris Photo: AFP

Un symbole national. Un immense incendie a sévi dans l'ancien bâtiment gothique, Paris Photo: AFP

Connaissez-vous ces cinq faits historiques sur Notre Dame de Paris?

  1. La première pierre de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été posée en 1163 sous le règne de Louis VII, alors que la ville médiévale de Paris croissait en population et en importance, à la fois comme centre politique et économique du royaume de France.
  2. La construction se poursuivra pendant une bonne partie du siècle suivant, avec des restaurations majeures et des ajouts réalisés aux 17e et 18e siècle. Les pierres sculptées et les vitraux de l'édifice recréent des images et des leçons tirées de la Bible.
  3. La structure est dominée par ses deux clochers du XIIIe siècle. Le bourdon, la plus grande cloche (deuxième plus grosse cloche de France), s'appelle "Emmanuel".
  4. Les 387 marches menant aux tours conduisent les visiteurs devant la galerie des chimères, des créatures mythiques, figures animales ou humaines, mi-bêtes ou mi-homme, grotesques ou horribles. La plus célèbre d'entre elles, la gargouille Stryge, se trouve au sommet de la cathédrale et observe Paris la tête reposant dans ses mains.
  5. Victor Hugo a utilisé la cathédrale comme cadre pour son roman de 1831, le Bossu de Notre-Dame. Quasimodo, le personnage principal, est craint par les parisiens à cause de sa difformité, mais trouve refuge dans la cathédrale et est employé comme sonneur de cloche. Quasimodo a été incarné par des acteurs hollywoodiens, parmi eux Charles Laughton, ainsi que dans une adaptation animée de Disney.

Source: Boaz Bismuth Israel HaYom - Jpost

 

Vos réactions

  1. jonathan.moulin@outlook.com'Jonathan

    « Il y a une semaine à Paris, j’ai vu le restaurant Fouquet’s fermé après avoir été incendié par les gilets jaunes. Je pensais que rien ne pourrait arriver de pire. »

    On ne doit probablement pas vivre dans le même monde Judith…

    Répondre
  2. artdudirect@ymail.com'Alexandre BLONDIN

    Joli témoignage de votre attachement aux valeurs de notre patrimoine culturel garant de notre passé et de notre avenir. Une prière pour Notre-Dame de Paris qui à résister aux brûlures de l’histoire et qui hier a été la proie des flammes. Merci Judith, merci Alliance, témoins de notre histoire et informateurs de notre temps.

    Répondre
  3. lucnemeth@yahoo.fr'luc nemeth

    toute à la joie de pouvoir cracher sur les… gilets jaunes, madame Judith Douillet n’hésite pas à nous tirer par la manche du côté de Victor Hugo et du roman LE BOSSU DE NOTRE-DAME : « le personnage principal, est craint par les parisiens à cause de sa difformité, mais trouve refuge dans la cathédrale et est employé comme sonneur de cloche ».
    Si ce n’est pas du négationnisme : voilà qui y ressemble étrangement.
    Car pendant des siècles : les déshérités (bossus ou non, peu importe) n’auront pas eu de pire ennemie que l’Eglise catholique, apostolique et romaine.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi