Israël: le torchon brûle entre les ministères sur la surveillance des garderies

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: le torchon brûle entre les ministères sur la surveillance des garderies

La bataille entre le ministère des Affaires sociales et le ministère des Finances sur le projet de loi sur la surveillance des garderies - qui propose que l'État supervise les garderies d'enfants jusqu'à l'âge de trois ans - s'intensifie à la lumière des révélations récentes sur les abus commis dans les garderies du pays .

Le lendemain du jour où le Comité ministériel de la législation a rejeté le vote sur le projet de loi, Haim Katz, ministre des Affaires sociales et des Services sociaux, a déclaré lundi à Ynet: "Les fonctionnaires du ministère des Finances ne se soucient pas des populations affaiblies.

Yifat Shasha-Biton (Kulanu), membre de la Knesset, présidente du Comité spécial pour les droits de l'enfant, a initié le projet de loi sur la surveillance des garderies suite à la révélation choquante d'assistantes maternelles maltraitant des nourrissons d'un an dans une garderie à Petah Tikva. Les assistantes maternelle ont été enregistrées à leur insu sur des caméras vidéo, criant et frappant les bébés.

Un autre incident, tout aussi troublant, a eu lieu dans un jardin d'enfants à Ramat Gan, où une aide-maternelle a été enregistrée sur des caméras de sécurité attaquant des nourrissons sans défense. Un autre incident a eu lieu dans un jardin d'enfants à Givatayim.

La série horrifiante de cas d'abus d'enfants impuissants a abouti au meurtre de la petite Jasmine Vinta par une aide-maternelle à Petah Tikva. Elle s’est allongée sur Jasmine, l'étouffant à mort tout en jouant avec son téléphone.

Le nombre croissant de cas soupçonnés d'abus d'enfants dans les garderies signalés à travers le pays a provoqué un grave différend entre le ministère du Bien-être et des Services sociaux et le ministère des Finances concernant le budget alloué à la mise en œuvre du projet de loi.

Le ministre Katz a déclaré lors de l'interview: "Dans le budget de 2019, j'ai demandé trois miliards de NIS pour les garderies. Après une lutte acharnée, ils (le ministère des Finances) ont accepté de me donner 500 millions de NIS pour 2019.

"L'année 2019 n'a pas encore commencé, et ils (le ministère des Finances) ont repris 200 millions de NIS sur les 500 millions promis", a expliqué M. Katz.

«Ils ont déjà nuit à des filles en risque qui ont dégringolé dans la prostitution et à des enfants ayant des handicaps cognitifs, 2019 n'a pas encore commencé et ils ont déjà pris 40% du budget de cette année», a fustigé le ministre.

Katz a également accusé le ministère de l'Education de se décharger de la responsabilité de fournir un cadre d'éducation pour les tout-petits entre 0-3 ans. "Le ministère de l'Education a refusé d'assumer la responsabilité", a-t-il dit.

Le ministre du Bien-être social, Haim Katz (à gauche) et le directeur général du ministère des Finances, Shai Babad, sont en désaccord

Le ministre du Bien-être social, Haim Katz (à gauche) et le directeur général du ministère des Finances, Shai Babad, sont en désaccord

"Le ministère de l'Education a demandé au ministère des Finances deux milliards de NIS et le ministère des Finances a refusé", a-t-il expliqué.

«Je veux m'assurer que chaque enfant, chaque nouveau-né reçoit ce qu'il mérite, je veux que le parent travaille sans soucis, sachant que nos garderies sont subventionnées pour ceux qui travaillent. Les parents doivent savoir que leurs enfants sont en sécurité, que personne n’abuse d’eux, c'est tout ce que je demande », a-t-il poursuivi.

Katz a souligné que le ministère des Finances doit assumer la responsabilité. «Il y a un an, j'ai soumis le projet de loi (de supervision des garderies) et maintenant ils (le ministère des Finances) reportent le vote au comité ministériel de la législation de trois semaines», a-t-il raconté.

"Ils veulent attendre que la session d’été de la Knesset soit finie, et ensuite retourner le dossier contre moi. Quand j'ai pris en charge le dossier des garderies, j'ai promis aux parents de m'en occuper. Je me suis occupé des salaires du personnel et des organes administratifs, j'ai établi des garderies, maintenant nous devons traiter de la question de la supervision », a-t-il déclaré.

«Les garderies doivent être supervisées pour éviter les tragédies comme celles dont nous avons été témoins ces dernières semaines», a-t-il conclu.

Shai Babad, le directeur général du ministère des Finances, a répondu: "La phrase démagogique "Le ministère des Finances abandonne nos enfants "circule depuis hier. Nous déplorons que le ministère du Bien-être et des Services sociaux et le ministre ait décidé de ne pas agir comme d'habitude dans ces cas. "

"Soumettre une proposition grandiose, demander un milliard de shekels, et se plaindre de ne pas l'avoir reçu seulement trois mois après la clôture du budget est démagogique ", a accusé Babad.

"Katz a voté en faveur du budget (alloué à l'affaire) il y a trois mois. S'il était si important pour lui, pourquoi a-t-il voté pour? Pourquoi l’a-t-il signé? Le ministère des Finances a augmenté le budget du ministère du Bien-être et des Services sociaux de 30 à 40% au cours des quatre dernières années. Nous avons alloué plus de 12 milliards de NIS aux problèmes sociaux », a expliqué le directeur général.

Katz a répondu en disant: "Babad parle bien, mais les enfants sont abandonnés."        

Babed a répondu, "Avec tout le respect dû au ministre Katz, le ministère du bien-être et des services sociaux aurait dû essayer de traiter la question de la surveillance de la garderie en s'appuyant sur ses fonds."

"Israël a beaucoup de problèmes à traiter, et la démagogie bon marché ne peut pas être utilisée comme elle l'est maintenant. Les personnes qui meurent de maladies en phase terminale et qui peuvent être sauvées par des médicaments du panier de la santé sont-elles moins importantes ?", se demande-t-il.

"Si l'on veut vraiment résoudre le problème, il faut s'asseoir et le passer en revue avec le ministère des Finances." Comme Mr Katz n'a pas résolu la question des handicapés et nous l'a renvoyée, la question de la surveillance des garderies nous est également retournée », a accusé Babad.

"Nous ferons tout notre possible pour trouver une solution et aborder uniquement la question de la formation du personnel éducatif. au lieu d'essayer de créer des sources de financement, le ministère des Finances attaque dans les médias", a-t-il conclu.

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi