Frann Bokertoff ou les mots qui guérissent du silence

Actualités, Artistes, Coup de coeur, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Frann Bokertoff au salon du B'nei Brith le dimanche 12 novembre 2017

Frann Bokertoff ou les mots qui guérissent du silence

Frann Bokertoff est une enfant du silence. Ses six livres déjà parus depuis 1999 (aux éditions de la Nerthe et chez Lacour-Ollé) sont marqués par son parcours de petite fille née d’une mère non-juive, élevée au rang de Juste parmi les nations pour son attitude héroïque pendant la guerre, et d’un père juif mal à l’aise avec leurs origines et le souvenir de l’Occupation.

Ils ont très peu communiqué sur ce passé avec leur fille, ce qui explique une quête éperdue dont la concrétisation a commencé dès… 1967 ! A l’issue de la victoire du jeune Etat sur les armées arabes coalisées, Frann Bokertoff, professeure dans le secondaire (elle a grandi dans une école bilingue et a enseigné le français comme l’anglais), a visité Israël pour la première fois. « Mes proches dans ce pays m’ont sauvée de l’omerta pesant sur mon enfance, explique-t-elle. Après de longues recherches, j’ai retrouvé une tante, nommée Ora, habitant là-bas.

Benjamin Ivry

Benjamin Ivry

Une pionnière comme son mari, Benyamin Ivry, qui fit une brillante carrière : bras droit de Golda Meïr - alors chef du gouvernement -, il a aussi appartenu au Mossad, les services secrets… »

De voyage en voyage, elle a appris à connaître la Terre Sainte et compris pourquoi elle s’était toujours mieux entendue avec les Juifs qu’avec les autres. « Cela m’a éclairée sur moi-même », résume-t-elle.

Si sa passion n’est pas à proprement parler spirituelle, elle est tout au moins culturelle et quasiment mystique. Elle maîtrise presque couramment l’hébreu, après une quinzaine d’années de cours (surtout à la synagogue libérale de la rue Copernic).

Son œuvre est nourrie de guematria, cette « science » exégétique qui associe lettres et chiffres pour dévoiler le sens caché des textes bibliques et talmudiques, et des travaux du penseur juif contemporain Marc-Alain Ouaknin, auteur d’une multitude d’ouvrages sur l’herméneutique.

Entre les mailles et la folie de Françoise Bercot

Entre les mailles et la folie de Frank Bokertoff

Des travaux qui ont guidé la propre main de Frann Bokertoff dans sa patiente production littéraire.

Elle vient de publier un septième livre, « Entre les mailles de la folie » (chez Lacour-Ollé). C’est à la fois un récit et une série de chroniques avec un personnage principal, Suzanne, qui lui a été inspiré par la chanson éponyme et énigmatique de Léonard Cohen sur une femme désorientée, « vêtue de haillons », qui provoque l’amour involontairement.

L’intrigue tourne autour de la démence, de la maltraitance dont souffrent trop souvent les malades mentaux ou personnes âgées dépendantes et des mystères que recèle un vieux Juif qui pourrait être le père de l’héroïne. Avec en toile de fond cette culpabilité qu’ont connue les héritiers des drames de la Shoah - « culpabilité qui perdure aujourd’hui », précise Frann Bokertoff.

Pour appréhender les secrets et déchirures qui ont émaillé la vie et les expériences de l’auteure, et qui figurent au cœur de ces pages, rendez-vous au Salon du livre du B’nai B’rith, le 12 novembre, dans les salons de la mairie du 16ème arrondissement de Paris. Vous pourrez non seulement acquérir le livre mais aussi rencontrer une écrivaine dont l’extrême sensibilité vous bouleversera.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi