Fêtes juives : la mort de RBG a bouleversé les services de Rosh Hashanah aux Etats-Unis-vidéo-

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le rabbin Matt Soffer souffle le shofar en souvenir de Ruth Bader Ginsburg, 19 septembre 2020. (crédit photo: FACEBOOK SCREENSHOT / JTA)

Comment la mort de Ruth Bader Ginsburg a boulevesé les services de Rosh Hashanah

Sur Twitter, le rabbin Michael Latz a rapporté qu'un collègue avait «précipité à la  bimah» avec une note griffonnée sur un morceau de papier arraché d'un cahier à spirale: «RBG est morte».

Le rabbin Matt Soffer quittait sa synagogue vendredi soir après avoir dirigé seul les services de Rosh Hashanah pour une congrégation qui suivait en ligne lorsque le texte est venu de sa femme: Ruth Bader Ginsburg est décédée.

«La nouvelle m'a mis à genoux et j'ai pleuré » , a déclaré le rabbin Matt Soffer.

Puis, les messages ont commencé à arriver ,de sa famille, de ses amis, de ses fidèles de la Judea Reform Congregation à Durham, en Caroline du Nord - tous pleurant le juge de la Cour suprême juive qui avait représenté l'esprit féministe libéral américain pour tant de gens.

Au moment où  le rabbin Soffer a commencé les services le samedi matin, il avait décidé de parler de la mort de Ruth Ginsburg avec sa communauté. Il l'a fait non pas en lisant les mots qu'il avait préparés ou les prières qu'il dirigerait, mais en peaufinant une tradition fondamentale des Grandes Fêtes: des chants de shofar.

Tout comme la Cour suprême compte neuf membres, l'un des chants de shofar, teruah, a neuf notes courtes. ces sons du Shoffar sont  «pour honorer le silence de notre chagrin communautaire».

L'hommage du rabbin Soffer figurait parmi les innombrables salutations faites par les rabbins et les membres de la communauté juive ce week-end alors que la nouvelle de la mort de Ruth Ginsburg a éclaté au sein des communautés juives comme une vague dans les premiers moments du Nouvel An juif, ou les derniers moments de celui qui venait de se terminer.

«J'ai pleuré et partagé la nouvelle», a écrit Latz. «Et puis nous a tous appelés à bénir la mémoire de RBG en étant une force pour la justice, l'égalité et la dignité humaine.»

Plus à l'ouest, la nouvelle est arrivée dans les derniers instants de 5780.

«Je n'ai jamais été aussi reconnaissante d'être à l'heure du Pacifique», a tweeté le rabbin Sara Zober, qui dirige une congrégation à Reno, au Nevada. «J'ai eu le temps de pleurer avant d'honorer mon service.»

Les rabbins et les synagogues avaient bouleversé toutes les traditions pour réorganiser leurs services face à la pandémie, soit en les mettant en ligne dans des communautés non orthodoxes, soit en organisant des services à petite échelle et pour les communautés orthodoxes socialement éloignées. Les changements à la volée ne seraient pas faciles.

De nombreux membres ont déterminé que le statut de Ruth Ginsburg méritait un nouveau bouleversement.

 À New York, la chanteuse Angela Buchdal de la synagogue centrale a offert un hommage, puis a chanté le psaume 150 sur l'air de «Hallelujah» de Leonard Cohen sur un montage photo de la vie de Ginsburg.

Dans le New Jersey, le rabbin Marc Katz du Temple Ner Tamid à Bloomfield a remplacé la haftarah préenregistrée par une récitation de certains des mots de Ruth Ginsburg sur les notes d'une lecture de la Torah. À Washington, DC, au Michigan et ailleurs, Ruth Ginsburg a été le sujet de conversation de la bimah.

Mais d'autres ont choisi de ne pas modifier leurs plans.

Maharat Ruth Balinsky Friedman, qui travaille à la synagogue nationale Ohev Sholom-The à Washington, DC, a appris la mort de Ruth Ginsburg d'un fidèle samedi matin. (La synagogue orthodoxe a organisé des services en personne et les membres n'utilisent généralement pas la technologie pendant les fêtes, ce qui signifie qu'ils n'auraient pas lus les nouvelles en ligne.)

Maharat Ruth a déclaré qu'elle et l'autre rabbin de la synagogue avaient décidé de ne pas modifier le service, qui avait déjà été raccourci en excluant les sermons à cause de la pandémie.

«Je pense que ce serait trop difficile à gérer la synagogue , de plus  je savais que certaines personnes venaient pour la première fois», a-t-elle déclaré.

Soffer a déclaré qu'il savait que ses fidèles avaient tous entendu la nouvelle et qu'il voudrait la traiter en tant que membre entière de la communauté

«Je ne peux pas parler pour d'autres congrégations, mais la mienne est celle qui considère le juge Ruth Ginsburg comme une tsadik sans précédent de notre temps», a déclaré Soffer, utilisant le terme pour personne juste. «Nos fidèles ont été réconfortés par notre reconnaissance rituelle de son décès, et maintenant nous savons ce que nous devons faire en 5781 - faire de sa mémoire une bénédiction grâce à nos actions justes."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

>

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi