Israël : il est possible d'accoucher en toute sécurité à 50 ans et plus

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Une étude menée en Israël ouvre un nouvel horizon pour les femmes souhaitant devenir mère à un âge avancé et indique qu'il est possible d'accoucher même après 50 ans sans mettre en danger ni la mère, ni le fœtus.

L'étude a été menée par les docteurs Gali Priante, Erez Halevy et Eyal Shiner du département Women II du centre médical Soroka à Beersheva, en coopération avec le Dr Tamar Weinstock du département d'épidémiologie et de santé publique de l'Université Ben-Gurion.

L'étude a examiné les possibles complications des grossesses chez les femmes de plus de 50 ans, ainsi que la question de savoir si les femmes accouchant à ces âges courent un risque accru pour elles et pour leur fœtus, par rapport aux mères plus jeunes.

Jusqu'à il y a environ 30 ans, une naissance tardive était considérée comme de la science fiction. Au fil du temps, grâce aux progrès réalisés dans les domaines médical et technologique, notamment les perfectionnements scientifiques en matière de fécondation extracellulaire et de don d'ovocytes, l'âge auquel une femme peut donner naissance a progressivement augmenté.

Les données du ministère de la Santé montrent qu'en 2017, environ 1 300 femmes âgées de 45 ans et plus ont accouché, certaines ayant même dépassé l'âge de 50 ans. En comparaison, elles étaient 950 quatre ans plus tôt.

Au cours de l'étude, les chercheurs ont examiné les résultats de la grossesse (statut prénatal et postnatal) chez 68 femmes âgées de 50 ans et plus ayant accouché au cours des dernières années. L'étude a révélé que si environ la moitié avaient eu recours à la fécondation in vitro, de manière surprenante, certaines étaient tombées enceintes de manière naturelle.

Le Dr. Lina Alvarez d'Espagne à accouché à l'âge de 62 ans

Le Dr. Lina Alvarez d'Espagne à accouché à l'âge de 62 ans

Les résultats de la grossesse et de l’accouchement de ces femmes ont été comparés aux résultats de 558 femmes ayant accouché entre 45 et 50 ans, de 7 321 femmes ayant accouché entre 40 à 44 ans et de 240 000 femmes ayant accouché avant 40 ans. Dans tous les cas, il s’agit de naissances qui n’ont eu lieu qu’à Soroka.

Comme les femmes ayant accouché à un age avancé peuvent souffrir de complications de la grossesse et de lésions du fœtus, les chercheurs se sont concentrés sur cette question et ont cherché à savoir si elles présentaient des complications typiques de cet âge - telles que le diabète gestationnel, l’hypertension de grossesse, les naissances prématurées et par césarienne. Il a également été examiné si le nouveau-né souffrait de complications telles que de faibles scores d’Apgar indiquant une mauvaise condition physique ou une éventuelle détresse pendant le travail.

Les chercheurs ont conclu que toutes les complications (maternelles et fœtales) étaient plus fréquentes chez les femmes ayant donné naissance à des enfants après 40 ans, par rapport à celles ayant accouché en dessous de cet âge. De manière surprenante, cependant, il n’y a pas d’escalade de complications chez les femmes de plus de 50 ans, par rapport aux femmes ayant accouché entre 40 et 50 ans.

"Il s'avère que les quinqua sont les nouvelles quadra", a déclaré le professeur Shiner, qui a dirigé l'étude. "Il ne fait aucun doute que les équipes médicales vont accueillir de plus en plus de femmes âgées de plus de 50 ans." Cependant, il est toujours recommandé de traiter les grossesses des femmes de plus de 40 ans comme des grossesses à risque et, plus encore, celles des femmes de plus de 50 ans. "Mais", a souligné le médecin, "il s'avère que l’âge n’augmente pas tant le risque que cela."

Il a ajouté: "Les femmes de plus de 40 ans font l’objet d’une surveillance étroite en ce qui concerne les complications en début de grossesse. Si des femmes enceintes de 50 ans et plus se présentent, nous leur recommanderons de poursuivre leur grossesse, sous surveillance médicale, à condition de ne pas souffrir de maladies et d’être en bonne santé. Elles sont de plus en plus nombreuses. "

De plus, les auteurs de l’étude disent qu’aujourd’hui, sans entrer dans la question éthique de devenir mère à l’âge d’être grand-mère, il n’existe aucune restriction liée à l’âge, sous réserve bien sûr de la santé de la mère et du don d’ovule dont elle aura besoin.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi