Farid Benyattou: un djihadiste en stage à la Pitié-Salpétrière

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Farid Benyattou, infirmier ayant formé les frères Kouachi, en stage à la Pitié-Salpétrière

Farid Benyettou, 34 ans, l'ancien chef de la filière djihadiste des Buttes-Chaumont, a formé les frères Kouachi. Il a effectué un stage infirmier à la Pitié-Salpêtrière en décembre dernier et il vient d’être retiré du service, a appris l'AFP auprès de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

Farid Benyettou, ex-gourou de la filière djihadiste du 19e arrondissement de Paris, était élève infirmier à l’hopital de la Pitié Salpétrière, il a été retiré du service le jour de l’attentat à Charlie Hebdo. « La situation de cet élève infirmier est régulière et connue, depuis le début de sa scolarité, tant par la direction de l'école où il est scolarisé, que par la police », a précisé l'AP-HP.

 « Lorsque nous avons appris l'identité des tueurs, nous avons contacté la préfecture de police pour vérifier qu'ils avaient bien M. Benyettou dans leur radar », raconte M. Hirsch.

« J'ai ensuite pris la décision vendredi matin de le retirer du tableau de service ». "Benyattou n'a jamais été dans un service où sont arrivés les blessés de Charlie Hebdo " précise t-il.

Il précise que " sur le plan de la scolarité, l'institut de formation n'a pas de reproche à lui faire. Dans la mesure où il a déjà effectué 80 % de son stage, il sera dispensé d'effectuer les derniers jours et il ne lui restera plus qu'à venir passer son examen dans le cadre de l'école."

Le retrait de Benyattou: une protection? Mais une protection pour qui?

"C'est une mesure pour le protéger et protéger l'ordre public, en raison de l'émotion que pourrait susciter sa présence », explique Bruno Riou, qui assure qu'il ne connaissait pas le passé judiciaire de son stagiaire.

Ce dernier est pourtant très inquiétant. Farid Benyattou a été condamné le 14 mais 2008 à six ans de prison ferme, dont quatre ans de sûreté pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, et pour son rôle dans une filière djihadiste qui s’occupait de recruter et de former au djihad.

Chérif Kouachi a été condamné dans le même dossier, et affirmait à l’époque que Benyettou lui expliquait que "c’était écrit dans les textes que c’est bien de mourir en martyr."

Une réinsertion normale pour le djihadiste ?

Sorti de prison en 2011, Farid Benyettou a intégré l’Institut de formation des soins infirmiers en 2012 (Ifsi). Matin Hirch, rappelle que "quelqu'un qui a purgé sa peine peut faire des études d'infirmier. Il n'y a pas de contre indication".

Une des collègues de formation de Farid Benyattou témoigne :

«On a commencé la formation le 6 février 2012, et on a su dès la première semaine qui il était : quelqu’un,dans la promotion, a tapé son nom sur Google, et un article du Monde de 2005 est sorti sur la filière du 19e. Il faut dire qu’il est super-populaire et qu’il a été élu délégué de promo au semestre 5. Il ramène des bonbons et des malabars à tous les cours. Il est gentil. Il rigole. »

Qu’est ce que le djihad pour Farid Benyattou ?

« Pour lui, c’est un aspect normal de sa vie poursuit sa collègue. Il dit qu’à l’époque, les médias ont vachement exagéré sur ce qui s’était passé. Il nous a expliqué qu’il ne faisait que donner des cours de religion, et qu’ensuite, ce n’était pas sa faute si des mecs allaient se faire péter là-bas [en Irak ou en Syrie]. » Elle ajoute : « il est contre tuer des civils ; seulement des militaires. D’après une copine, il fait la formation pour ensuite aller en Syrie soigner des blessés, mais je ne sais pas si c’est vrai. »

Qu’en est-il de son avenir ?

Selon l'AP-HP, "une condamnation portée sur le casier judiciaire interdit d'être recruté sur un emploi public, mais n’interdit pas de passer le diplôme, qui peut être valorisé dans d'autres lieux d'exercice que les établissements publics."

Karim Mameri, secrétaire général du conseil national de l'ordre des infirmiers, a affirmé à l'AFP que "pour être infirmier, il faut être inscrit à l'ordre des infirmiers. Le conseil décide de l'inscription en fonction de l'obtention du diplôme, de la moralité et de la probité du candidat. Au vu du passé de Farid Benyattou, c'est impossible qu'il puisse exercer ce métier en France un jour," a-t-il déclaré.

Quel était le lien entre Benyattou et Chérif Kouachi?

Chérif Kouachi rencontre Farid Benyettou, un agent d'entretien d'un an son aîné, au cours de l'été 2003 quand il commence à fréquenter la mosquée Adda'wa, dans le 19e arrondissement de Paris. Farid Benyettou donne alors ses propres cours de religion et se revendique du mouvement Takfir. Il sera le premier père spirituel de Chérif Kouachi, avant que celui-ci ne rencontre, en prison, son second mentor, Djamel Beghal.

L'avocat de Farid Benyettou, Christophe Grignard, a d'ailleurs expliqué sur France 2 que son client avait bien donné des cours de religion aux frères Kouachi, mais que les jeunes gens qui étaient partis combattre en Irak l'avaient fait de leur propre gré. 

Chérif Kouachi et son frère Saïd ont vite délaissé la mosquée pour mieux se radicaliser dans  l'appartement de Farid Benyettou, dont les diatribes haineuses visent avant tout les Etats-Unis et leur guerre en Irak.

Caroline Haïat

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi