Exposition d'objets archéologiques pillés et récupérés par Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Bol antique magique pour éloigner les esprits et les démons

L'EXPOSITION RÉVÈLE DES ARTEFACTS SAUVÉS DES PILLEURS ARCHÉOLOGIQUES

De nombreux objets ont été illégalement récupérés à l'aide d'outils et de méthodes qui ont causé des dommages irréversibles à des sites archéologiques d'une énorme importance historique locale.

Pour la première fois, le public pourra admirer des milliers de "Finds Gone Astray" "trouvailles égarés", une nouvelle exposition du Musée des Terres de la Bible de Jérusalem qui présente des artefacts sauvés de voleurs d'antiquités.

Dimanche, le musée inaugurera une exposition révélant des douzaines d'objets qui ont été sauvés des pillards et des marchands d'antiquités sans licence en Judée et en Samarie, dans le cadre d'une coopération unique entre le musée et l'officier de l'administration civile chargé de l'archéologie en Israël.

Les objets, localisés et saisis par l'administration civile entre 1968 et aujourd'hui, comprennent des poteries et des récipients en pierre, des figurines, des tablettes d'argile portant des inscriptions, des pièces de monnaie, des bols d'incantation et plus encore.

Selon la directrice adjointe du musée, Leora Berry, ces objets " constituent un assemblage d'une grande importance pour notre compréhension de l'histoire du Proche-Orient ancien "."Lorsque les voleurs détruisent ces sites archéologiques, ce sont des choses que nous ne pouvons pas restaurer ", a dit M. Berry.

Il a fallu des heures de travail intensif , des embuscades soigneusement planifiées et des observations nocturnes pour intercepter les voleurs et récupérer ces artefacts.

Les objets sauvés ont été soigneusement conservés et stockés, et de nombreux pillards opérant en Judée et en Samarie ont été poursuivis. Au cours des 50 dernières années, 40 000 objets ont été collectés.

"Le vol et la destruction d'antiquités est un phénomène très répandu qui traverse les frontières pour diverses raisons ", a déclaré Hananya Hezmi, chef du commandement central.

"En Judée et en Samarie, en particulier, les sites anciens sont détruits de façon endémique à cause de la préparation de la culture ou de la construction sur la terre. Les méthodes utilisées par les pillards d'antiquités pour découvrir et exposer les résultats sont brutales, causant des dommages irréversibles aux deux sites et aux résultats et nuisant clairement à la recherche universitaire.

Nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir et à investir les ressources nécessaires pour mettre un terme aux dommages causés à notre culture et à notre histoire communes."

Berry a expliqué que certaines des trouvailles ne provenaient pas de Judée et de Samarie, mais d'autres régions du Moyen-Orient et qu'elles ont été introduites clandestinement ou vendues dans la région, y compris des îles environnantes comme Chypre.

Par exemple, une cruche ou une théière de la fin de l'âge du bronze (1550-1200 av. J.-C.) est exposée, probablement extraite d'une tombe près de l'ancienne ville de Samarie.

Des vaisseaux comme celui-ci, placés dans des sépultures anciennes, pouvaient contenir des offrandes de nourriture ou de boisson qui jouaient un rôle dans les rituels funéraires et, selon une croyance ancienne, pouvaient servir au défunt dans l'au-delà.

"Cela en dit long sur l'importance des influences et des liens commerciaux et culturels qui existaient à l'époque ", a dit M. Berry.

Une double figurine avec une tête coiffée d'une couronne en forme de grenade et l'autre tête coiffée d'une barbe au-dessus d'un corps avec des seins est faite d'argile cuite et provient de Syrie, datée de la fin du troisième au deuxième millénaire avant notre ère.

Berry a dit que dans le monde antique, la fertilité était liée à la sexualité féminine. Pour invoquer les bénédictions de la fertilité, les gens consacraient souvent des objets sexualisés aux dieux.

il y a également des bols d'incantation à l'encre, dont beaucoup sont des messages ou des formules magiques destinés à chasser les démons ou les mauvais esprits. Certains d'entre eux ont une écriture judéo-araméenne, dit Berry, "donc ils étaient manifestement utilisés par les Juifs à l'époque, aussi."

Dans la collection se trouve un bol d'incantation avec une inscription judéo-araméenne et une image d'un visage humain. Elle est originaire du sud de la Mésopotamie et date du Ve au VIIe siècle de notre ère.

"L'écriture est presque un lien direct avec les gens qui vivaient à l'époque et la façon dont ils s'exprimaient ", dit Berry.
"Les noms des gens, les noms de leurs dieux et des démons dont ils essayaient de se protéger sont sur ces bols."
Elle a dit que les bols étaient enterrés sous l'entrée des maisons des gens pour s'assurer que les démons ne rentraient pas.

Les artefacts volés et récupérés par Israël

Les artefacts volés et récupérés par Israël

L'exposition débutera dimanche à 18 heures par une cérémonie d'ouverture au cours de laquelle la ministre de la Culture Miri Regev, vice-ministre de la Défense, le rabbin Eli Ben-Dahan, coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, le général de division. Kamil Abu Rukun, chef de l'administration civile Général de brigade. Ben-Hur Akhvat et de nombreux autres membres influents de la société sont attendus.

L'inauguration marquera également la sortie du premier volume d'une nouvelle série de publications cataloguant ces 40 000 artefacts. Ce premier volume est le fruit d'un processus laborieux de documentation, de photographie, d'enregistrement, de nettoyage de laboratoire, de conservation, de restauration et de science.

L'inauguration marquera également la sortie du premier volume d'une nouvelle série de publications cataloguant ces 40 000 artefacts. Ce premier volume est le fruit d'un processus laborieux de documentation, de photographie, d'enregistrement, de nettoyage de laboratoire, de conservation, de restauration et de tests scientifiques pour déterminer l'âge et l'origine de chaque objet et préserver leur valeur scientifique pour les générations à venir.

"Je pense qu'il est très important de publier un catalogue d'essais et d'articles qui accompagnent les artefacts pour les recherches", a déclaré Berry. "Nous avons la responsabilité de rendre ces choses accessibles au public, de conserver ces objets, mais aussi de conserver ce patrimoine pour les générations à venir."

"Nous voulons aussi expliquer combien de dégâts peuvent être causés et pourquoi cela doit être surveillé et stoppé."

Parfois les voleurs prennent les artefacts parce qu'ils veulent faire de l'argent et d'autres fois, ils sont informés de ce qu'ils font et connaissent leur valeur archéologique. La plupart des voleurs en Judée et en Samarie sont des Palestiniens.

"À ce stade-ci, nous avons la responsabilité de ces objets ", dit Berry. "Nous devons les préserver, qu'ils soient juifs, musulmans ou autres. J'espère qu'à un moment donné, si une partie de cette terre était cédée à l'Autorité palestinienne, ils feraient la même chose."

 

ALLIANCE-COMMUNICATION
Expert Communication digitale
Ecoutez-nous sur Judaïques FM 94.8
France :01 70 00 75 75
Israël : 054 700 74 70

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi