Pourquoi l'Europe s'oppose-t-elle vraiment à Jérusalem en tant que capitale d'Israël?

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pourquoi l'Europe s'oppose-t-elle vraiment à Jérusalem en tant que capitale d'Israël?

L'UE met son opposition à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et au transfert des ambassades sur le dos de l'existence d'une "loi internationale" qui interdit de fixer le statut de la ville avant qu'un accord permanent ne soit conclu entre Israël et les Palestiniens.

Mais on ne sait pas très bien quelle est la «loi internationale» sur laquelle les Européens fondent leurs politiques. Selon la résolution de partition de 1947, Jérusalem devait être un territoire international. Cette décision a perdu sa validité après que les Arabes l'aient rejetée et aient lancé une offensive militaire globale contre le nouvel État d'Israël.

Israël a été accepté en tant que membre des Nations Unies en mai 1949. Sept mois plus tard, Israël a déclaré que Jérusalem, soit la partie occidentale qui était entre ses mains, était sa capitale.

Jusqu'à la guerre des Six Jours, la plupart des États membres de l'Union européenne (y compris le bloc soviétique à l'époque) avaient des relations diplomatiques avec Israël. De tous ces pays européens, seuls les Pays-Bas ont ouvert une ambassade à Jérusalem - bien qu'à cette époque la question de "l'occupation" n'existait pas du tout.

Israël a conquis Jérusalem-Est de la main d'une autre puissance occupante, la Jordanie, qui en 1988 a officiellement renoncé à toutes ses prétentions pour contrôler la Judée-Samarie.

Pourquoi l'Europe s'oppose-t-elle vraiment à Jérusalem en tant que capitale d'Israël?

Pourquoi l'Europe s'oppose-t-elle vraiment à Jérusalem en tant que capitale d'Israël?

De nombreuses opinions juridiques ont statué sans équivoque au cours des années qu'Israël avait le droit de posséder Jérusalem, y compris les parties de la ville qu'il a annexées après la guerre des Six Jours. Avec l'application de la loi israélienne à toute la ville en 1980, les résidents arabes de la ville sont devenus des citoyens israéliens.

En d'autres termes, on ne peut prétendre qu'ils souffrent d'oppression, de discrimination ou d'«apartheid». Mais l'Europe continue d'adhérer à une vague loi internationale qui empêche Jérusalem d'être la capitale d'Israël.

Rétrospectivement, l'objection européenne initiale à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël découle de motifs religieux.

Les nations chrétiennes de l'Europe n'ont pas favorisé la transmission du futur de la ville, où Jésus leur messie a trouvé la mort "à cause des juifs", aux Juifs. Depuis lors, de nombreux Européens ont perdu leur connexion à la religion, mais ont continué à tenir des positions anti-juives, consciemment ou non. Leur refus actuel de reconnaître Jérusalem est un produit de la soumission politique aux exigences des Arabes.

Certains pays de l'UE tentent maintenant de se libérer des liens du refus européen de reconnaître la réalité et de voir Israël comme un véritable partenaire et allié.

La bureaucratie de Bruxelles, qui met en œuvre une politique dans les grandes capitales européennes - principalement Berlin et Paris - fera tout pour empêcher des pays comme la République tchèque, la Roumanie, la Pologne, la Hongrie et l'Autriche de rompre le «consensus» imposé sur Jérusalem. Parce qu'en définitive, l'Europe n'abandonne pas son "droit" de décider pour les Juifs la manière dont ils vont vivre.

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi