Etats-Unis : Un procès opposant deux congrégations juives historiques

Actualités, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Des déclarations préliminaires ont débuté dans une bataille judiciaire à Rhode Island, opposant la plus vieille congrégation juive américaine à la congrégation des fidèles de la plus vieille synagogue du pays.

Le procès mettant face à face la Congregation Shearith Israel de New York et les membres de la congrégations de fidèles de la Synagogue Touro de Newport à Rhode Island - qui revendiquent toutes les deux le contrôle sur le bâtiment de la synagogue de Newport et tout ce qui s’y trouve - a débuté lundi dans le district judiciaire américain dans la ville de Povidence.

Le conflit a débuté en 2012 lorsque la Congrégation Jeshuat Israel, dont les fidèles se rendent à Touro, la plus vieille synagogue des Etats-Unis, ont accepté de vendre des cloches datant du 18ème siècle, ornant des rouleaux de Torah, pour 7,4 millions de dollars au Musée des Beaux-Arts de Boston.

Les recettes de cette transaction ont été utilisés comme donation pour l’entretien du bâtiment de Touro et pour le logement d’un rabbin.

Shearith Israel, qui est la plus ancienne congregation juive des Etats-Unis et a été la mandatrice de la Synagogue de Touro pendant près de 200 ans, s’est opposée à la transaction déclarant que Jeshuat Israel n’avait pas le droit des vendre des biens qui étaient la propriété de la synagogue.

Durant l’audience préliminaire lundi, l’avocat de Jeshuat Israel a demandé au juge John McConnell de retirer Shearith Israel comme administrateur de la synagogue, expliquant que jusqu’à ce que l’organisation de Rhode Island - au prises avec des difficultés financières - ait décidé de vendre les cloches d’argent, l’organisation New Yorkaise avait négligé ses responsabilités, rapporte le Providence Journal.

Louis Solomon, représentant de Shearith Israel, qualifie les dirigeants de Jeshuat Israel de « locataires » qui « se sont égarés ».

“Vendre votre droit de naissance n’est pas une bonne idée” a ajouté Salomon, selon le Providence Journal.

“Vendre celui de quelqu’un d’autre, c’est encore pire”.

D'après JTA.org


Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi