Les escrocs israéliens qui ont promis de libérer les soldats français prisonniers de Daesh

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les escrocs israéliens qui ont promis de libérer les soldats français prisonniers de Daesh

L'un des gangs les plus sophistiqués opérant en Israël ces dernières années a été démasqué la semaine dernière par une activité conjointe de l'unité économique de Lahav 433 et de la police française.

Trois des membres du gang ont utilisé un appartement à Netanya et un yacht dans le port d'Ashdod pour escroquer divers associations et organismes, prétendant tenter de faire libérer des soldats français capturés par Daesh en Syrie et pendant la guerre du Mali. Ils se faisaient passer pour les ministres français des Affaires étrangères et de la Défense. De cette manière, ils ont réussi à réunir frauduleusement environ 10 millions d'euros.

L'enquête, nommée "Oketz Hapresident", a été ouverte dans les bureaux de l'unité économique de Lahav 433, à la réception des données de ses homologues français. Selon les informations recueillies par les Français, un certain nombre d'organisations et d'associations ont été victimes de tromperie au cours des derniers mois, ce qui les a conduites à dépenser des millions d'euros, chacune en faveur de la "libération" des soldats français des organisations terroristes. Les Français ont pu identifier que la base des activités se trouvait en Israël, mais ils n'ont pas pu identifier les membres du gang.

À ce stade, les enquêteurs de l'unité économique, qui ont commencé à recueillir des renseignements et se sont intéressés à un groupe de trois citoyens français et israéliens qui avaient loué plusieurs appartements à Netanya et qui détenaient également un yacht dans le port d'Ashdod. Quand ils ont commencé à les pister, ils ont réalisé que les trois hommes avaient mis sur pied une fraude parfaite, appuyant sur un nerf sensible de la société française: le sort des soldats tombés entre les mains d'organisations terroristes.

Les membres du gang se sont renseignés sur les associations et organisations travaillant pour les soldats français et les ont contactés afin de leur extorquer des fonds. Dans un des cas, le président de l'association a reçu un appel de quelqu'un qui s'est présenté comme un haut responsable du ministère des Affaires étrangères français.

On lui a dit que le ministre lui-même voulait partager avec lui des informations très secrètes et demandé de l'aider à sauver la vie de soldats kidnappés en Syrie. À un moment donné, le responsable de l'association a demandé à parler directement au "ministre", mais on lui a alors annoncé que ce dernier craignait de s’exprimer sur une ligne non sécurisée.

Un appartement à Natanya, un yacht à Ashdod

Un appartement à Natanya, un yacht à Ashdod

La méthode a parfaitement fonctionné. Les dirigeants des organisations ont été informés que, du fait que le gouvernement français craignait de dialoguer directement avec les organisations terroristes et de leur verser une rançon, il se tournait vers eux pour qu’ils avancent les fonds aux ravisseurs.

"Vous sauvez des vies, mais il est important de garder une totale discrétion", ont prévenu les imposteurs. Ils ont également promis de restituer l'argent à l'organisation peu après que le montant demandé ait été transféré sur les comptes des ravisseurs à l'étranger.

Une machine parfaitement huilée. Les chefs des organisations ont reçu des "documents secrets" portant le logo des ministères parisiens, qui les ont convaincus qu'il s'agissait d'un projet de sauvetage urgent, et ils ont chacun viré plus d'un million d'euros sur un compte bancaire. Il a fallu quelques heures aux membres du gang pour retirer l’argent du compte en banque et disparaître.

Dans un autre cas, le "ministre de la Défense" français a appelé une organisation et demandé environ un million d'euros pour libérer les soldats capturés lors de la guerre au Mali. Au total, le gang a réussi à récupérer frauduleusement environ 10 millions d'euros.

À la fin de la semaine, un appartement a été perquisitionné dans la rue King David, à Netanya, et trois membres du gang ont été arrêtés, soupçonnés de fraude aggravée et de blanchiment d'argent. Dans l'appartement, la police a trouvé des ordinateurs et de faux documents qui reliaient les trois personnes à l’escroquerie. Une autre perquisition a été menée sur le yacht ancré dans le port d’Ashdod.

Pendant tout ce temps, la police des unités spéciales et le personnel des services de renseignements en France étaient en contact étroit avec les policiers israéliens. La garde à vue des suspects a déjà été prolongée deux fois. Leurs avocats, Mes Kobi Sudari, Yaron London et David Pal, ont nié les soupçons les concernant.

La France craint que cette affaire embarrassante puisse causer d'autres dommages. Ces jours-ci, Ces derniers jours, les Français ont mené diverses opérations de sécurité et envoyé des messages à de hauts responsables d'ambassades du monde arabe concernant la possibilité de recevoir des demandes similaires d'escrocs.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi