Envie de sushis au humous ou de gefilte fish aux sushis ?

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une assiette de nouilles au poisson gefilte, servie chez Sushi Kingdom & Asian Fusion, associe poisson, carotte, raifort et riz. (Josefin Dolsten)

Plus d’une douzaine de restaurants casher - vendent des pizzas, des bagels, des falafels et des schnitzel - et sont situés dans la Main Street, dans le quartier de Kew Gardens Hills, dans le Queens. Mais un nouveau restaurant vient de faire son apparition et est certain d'en surprendre plus d'un et peut-être même les estomacs !

Sushi Kingdom et Asian Fusion peuvent ressembler à des plats japonais casher typiques, mais en plus des plats classiques tels que l'avocat au saumon et le thon épicé, le menu propose des petits pains fourrés et garnis de plats juifs traditionnels.

Il y a un rouleau de poisson gefilte fish où le pain traditionnel ashkénaze est enveloppé d'algues et de riz et garni de carotte et de raifort.

Un autre plat est une portion généreuse de cholent, le ragoût de haricots épais, traditionnellement servi pour le déjeuner du shabbat.
Un autres est un  pain rempli de falafel  frit et servi avec du houmous ou de la tehina.

«Nous devons nous démarquer des autres restaurants, alors nous avons décidé de créer des plats et entrées spéciaux », a déclaré le propriétaire, le rabbin Nahoum Kaziev.

Bien que les sushis soient populaires en Occident depuis des décennies, ils ont récemment fait leur entrée dans la scène des restaurants casher.
C'est un plat qui peut être servi en entrée avant un plat de viande ou de produits laitiers, et de nombreux restaurants casher proposent des sushis en plus de plats comme les hamburgers et les pizzas.
Le sushi est devenu un incontournable des mariages casher et des bar-mitzvot.

Le restaurant de Kaziev est unique en ce qu'il associe un sushi à des plats juifs traditionnels.

 

Les combinaisons sont stupéfiantes pour ceux qui sont habitués aux aliments traditionnels japonais et juifs .

C'est surprenant tremper un rouleau de sushi dans du houmous on hésite beaucoup tant le geste est peu habituel . En fait pour apprécier le rouleau tel qu'il est, il suffisait de le considérer comme un plat totalement différent.

Le rouleau de riz frit avec le falafel le complète de la même manière qu’un pita. Et le cholent servi dans  un pain fourré à la patate douce et à l'oignon n'est pas si différent du ragoût sur du riz.

Surprenant, certes,  et si ce n'est pas à prendre ni avec des pincettes ni avec des baguettes autant le savourer avec un esprit très très ouvert ! 🙂

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi