En Israël, l'école est finie même à la rentrée

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
PHOTO DE DOSSIER: Les parents attendent avec leurs enfants pour entrer dans leur école primaire de Sderot qui rouvrira à la suite de la facilité des restrictions empêchant la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) en Israël 3 mai 2020 (crédit photo: REUTERS / AMIR COHEN / FILE PHOTO)

Voici à quoi pourrait ressembler l'école d'Israël en septembre 2020

Le ministère de l'Éducation a défini une stratégie pour préparer l'année scolaire '20 -'21 faisant suite à la pandémie de la COVID-19.

Malgré le désir d'un retour complet à la routine pour la rentrée à l'automne, alors que les écoles viennent de fermer cette semaine pour les grandes vacances et que les camps d'été s'ouvrent, le ministère de l'Éducation a diffusé aux administrateurs la première partie d'un plan stratégique sur les coronavirus pour la prochaine année scolaire.

«L'analyse de la réalité actuelle nous oblige à préparer une année scolaire en prenant en compte le coronavirus », a écrit l'ancien directeur général du ministère de l'Éducation, Shmuel Abuhav, qui a préparé le rapport au moment où il s'apprêtait à quitter son rôle.

Le plan exige que les écoles se préparent à trois scénarios: une fermeture complète des écoles  ou une fermeture de toutes les écoles ou d'une seule école suivant les cas d' infections, un modèle mixte d'apprentissage, combinant l'apprentissage à distance via zoom, et une «routine  de classe avec des classes partielles comme actuellement)

«Le système scolaire en Israël a connu tous ces scénarios au cours de la dernière année», a écrit Abuhav. «Nous avons suivi cette voie et nous devons maintenant apprendre, nous améliorer et planifier en fonction de cette expérience… Nous sommes conscients des contraintes de temps.»

Le document appelle les écoles à prévoir d'être flexibles en 2020 et à comprendre que, contrairement aux années précédentes, les lignes directrices ne seront pas publiées dans un seul document mais pourraient être déployées au fil du temps sur différentes plateformes.

Dans le cadre du processus de planification flexible pour la prochaine année scolaire, le ministère de l'Éducation demande aux écoles 1) d'identifier les enseignements tirés de la première vague, 2) d'identifier les points forts et les domaines à améliorer et 3) d'identifier les mécanismes et processus de travail qui nécessitent des améliorations.

«identifier les lacunes dans les capacités des élèves, les habitudes d'apprentissage et les niveaux de connaissances pour créer un programme qui peut fonctionner au cours de la prochaine année», indique le document. «Affinez la boussole de l'école, en priorisant les principaux objectifs de l'école… Préparez-vous à divers scénarios et créez des plans d'action pour chacun d'eux

Dans le même temps, il recommande d'évaluer la capacité du personnel éducatif, y compris sa maîtrise de l'utilisation des outils numériques pour l'enseignement à distance et sa capacité à relever les défis émotionnels de l'enseignement face à l'épidémie.

«Le ministère se prépare à un ensemble complet d'outils de développement professionnel en ligne», indique le rapport.

Enfin, il invite les écoles à élaborer un plan de communication école-parents. 

Même si l'enseignement à distance est institué, les écoles seront tenues de maintenir un minimum d'heures d'apprentissage par jour et par semaine dans toutes les matières. Le ministère a divisé le programme d'études en grappes par type d'école (laïque, religieuse, arabe et druze). Le contenu du programme obligatoire ou de base représente 70% des études et les 30% restants concernent les matières d'enrichissement. 

Par exemple, les élèves des écoles élémentaires laïques doivent apprendre entre 29 et 32 ​​heures par semaine en fonction de la classe.

En première année, 15 heures devraient être consacrées à la langue, au patrimoine, à la société et à l'esprit.

Huit heures devraient être consacrées à la culture et au mode de vie et six aux mathématiques et aux sciences.

Une répartition similaire existe pour les élèves de première année des écoles religieuses  sauf que dans ces écoles, cinq heures sont dédiées aux études juives, ce qui réduit les études linguistiques, patrimoniales, sociales et spirituelles à 12 heures et la culture et le mode de vie à six.

Enfin, le ministère note que «le maintien de la santé et du bien-être des élèves dans le système éducatif est un élément clé de l'enseignement à distance», qui doit être particulièrement souligné lors de la journée du coronavirus. "Un accent particulier devrait être mis sur la conduite quotidienne et les routines scolaires", conclut le rapport.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi