En Israël, la violence économique pousse au meurtre - témoignage-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La violence écnomique faite aux femmes en israel

"Un homme qui commet des violences économiques est un homme très dangereux"

Ruth (pseudonyme) a raconté dans une interview extraordinaire la violence économique et psychologique de son ex-partenaire , de son contrôle sur son salaire, en passant par sa séparation de sa famille et de ses amis jusqu'à la perte d'estime de soi. "Il est important que les gens sachent qu'une grande partie des femmes assassinées sont des femmes dont leur partenaire n'a jamais levé la main contre elles auparavant", prévient-elle.

Le débat houleux d' hier (mardi) à la Knesset sur la législation contre la violence économique a soulevé une question qui ne retient généralement pas beaucoup l'attention. La violence économique laisse moins de traces que la violence physique, mais dans un entretien avec Ruth , qui a souffert de violence économique pendant de nombreuses années, elle affirme: «Un homme qui se livre à la violence économique est un homme qui détruit votre estime de soi"

Ruth a souffert de la violence mentale et financière de son ex-mari pendant de nombreuses années. Extraordinairement honnêtement,elle parle de la vie aux côtés d'un tel conjoint. "Cela a été fait de manière très lente et sophistiquée, je suis une femme ayant fait des études et je gère des employés dans mon travail. C'était un processus lent qui a abouti à un contrôle très fort sur ma vie, mon isolement de tout mon environnement et bien sûr accompagné d'humiliation et de dévalorisation au quotidien", a-t-elle déclaré.

La violence économique s'exprimait dans son cas dans la maîtrise totale de toutes les questions financières du foyer - banque, pension, fonds d'études, au point de n'utiliser qu'une carte de crédit, pour chaque utilisation elle devait rendre compte à son mari. Elle devait demander de l'argent directement à son mari. «Au début, je l'ai interprété comme une sorte d'aide, de ne pas avoir à faire face à ces problèmes», a-t-elle déclaré.

Le manque de contrôle sur l'argent qu'elle gagnait a déconnecté Ruth de ses sources d'énergie. Cela a été rejoint par une déconnexion de sa famille et de ses amis. "Le mot clé ici est le contrôle, car une fois que vous êtes isolée des sources de pouvoir comme les amis, la famille,  vous n'avez nulle part où aller et personne à qui parler "

"Il continuait avec des commentaires sur ma façon de m'habiller,  par le  mépris de mes réalisations professionnelle quand j'obtenais un bonus, il me disait que je n'en valait pas la peine et que je ne le méritais pas. "Il refuse de manger avec nous, et il sort un yogourt et le mange avec une cuillère devant les enfants. Parce qu'il ne touche pas à votre nourriture. C'est une réduction de la valeur de tout ce qui vous caractérise en tant que femme, en tant que mère", a-t-elle déclaré.

Il y a trois ans, Ruth a rencontré une vieille amie qu'elle n'avait pas rencontré depuis de nombreuses années. "Je me suis assise avec elle et elle a commencé à écrire tout ce que je dis.
Elle me l'a envoyé dans un fichier avec un mot de passe parce que mon mari avait accès à mes mails et m'a demandé de le lire", C'est à ce moment là que je me suis efforcée de changer de situation, cela a été l'élément déclencheur.

"Après avoir lu ce mail , je me suis tournée vers un ami qui m'a référé à un travailleur social nommé Avi Tefillin. Pendant le traitement, on m'a dit que j'étais victime de violence, mais au début je n'y croyais pas du tout. Lentement j'ai commencé à réaliser que je vivais une réalité violente."

Après avoir réalisé que sa femme était en traitement, son mari a demandé le divorce, ce qui, à sa grande joie, a mis fin à la relation abusive. Aujourd'hui, Ruth espère que le débat organisé à la Knesset conduira à une prise de conscience accrue du phénomène de la violence économique et de ses conséquences.

«Il est important que les gens sachent qu’une grande proportion des femmes assassinées sont des femmes qui n’ont pas jamais été battues par leur mari. Ce sont des femmes qui ont vécu une vie de violence continue et sans une main levée contre elle, puis elles sont tuées par ces mêmes hommes, a t-elle déclaré. "Un homme violent de ce genre est un homme dont la personnalité est basée sur le contrôle de l'autre. Toute sa valeur personnelle est basée sur le contrôle sur son partenaire. Une fois que l'objet de contrôle lui est enlevé, il devient sans valeur en lui-même, et une telle personne devient très dangereuse."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi