En Israël la colère contre les ultra-orthodoxes serait à la frontière de l'antisémitisme -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
En Israël la colère contre les ultra-orthodoxes serait à la frontière de l'antisémitisme -vidéo-

La colère contre les ultra-orthodoxes est à la frontière de l'antisémitisme selon une étude.
Trois Israéliens sur quatre sont en colère contre les ultra-orthodoxes

En colère à cause de leur comportement ou du moins de leur refus à se soumettre,comme tous les Israéliens ,aux règles sanitaires, imposés par le gouvernement, pour lutter contre la propagation du virus.

Une statistique plus inquiétante, presque effrayante, est celle concernant la haine.

Plus d'un tiers des Israéliens (37%) disent ressentir de la «haine» pour les ultra-orthodoxes à cause de leur conduite.

Une minorité (13%) nous a simplement dit qu'elle "était d'accord" avec l'affirmation "Je ressens de la haine pour les ultra-orthodoxes". Un autre quart des Israéliens se satisfont de "quelque peu d'accord" avec cette déclaration

Mais quelle est l'origine de cette colère et de cette haine ?

Ces deux sentiments, entre autres, découlent de la frustration. Pas seulement parce que des groupes importants de la société ultra-orthodoxe n’ont pas accepté les règles sanitaires mais aussi parce que, malgré leur comportement, leur pouvoir politique est préservé et est susceptible d'être préservé dans un avenir prévisible, à l'issue des élections du 23 mars 2021.

En fait, la colère contre les ultra-orthodoxes est en grande partie une colère d'impuissance. Ils se conduisent comme ils se conduisent (pas tous bien sûr) et pourtant ne paient pas le prix d'une perte d'influence, bien au contraire.

Ils émettent un bip et ont un impact. Ils ignorent les règles mais restent puissants

Il y a également un second aspect à cette histoire qui est tout aussi intéressant.
Le public en général se sent lésé par cette influence, par cette dominante ultra-orthodoxe , qui peut ne pas se conduire comme tout le monde tout en ne recevant que des sanctions symboliques

Quarante pour cent des Israéliens le pensent, ce qui signifie qu'un bon nombre d'Israéliens sont à la fois en colère contre les ultra-orthodoxes et pensent qu'on leur fait du tort. 

Il existe un lien entre l'intensité de colère et le fait de sentir lésé.
Ceux qui sont le plus en colère ressentent moins le sentiment d'injustice. Ceux qui expriment moins leur haine se sentent lésés.

De l'autre côté, neuf ultra-orthodoxes sur dix estiment que la façon dont ils sont traités et perçus «frôle l'antisémitisme». De nombreux religieux le pensent également.

Ils pensent que l'attitude est à la limite de l'antisémitisme. Mais les laïcs ne voient ni l'injustice ni d'antisémitisme. (17%) pensent toutefois qu'il y a de l'antisémitisme.

Pour résumé un côté est en colère et l'autre se sent persécuté.
Dommages collatéraux de la pandémie ?
Peut-être, mais il est probable que l'impossibilité aux deux groupes, laïcs et ultra-orthodoxes à une identification respective soit le ferment de cette colère.
La fracture a toujours été là mais ne s'était pas exprimée.
Le corona est arrivé et les griefs enfouis sont remontés à la surface.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi