En Israël, ils achètent des faux billets à des faux faussaires et perdent leur vrai argent

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les faussaires de faux billets de banque en Israël et la crise du coronavirus

Ils sont payé des milliers de shekels pour acheter de faux billets qui n'ont jamais été livré

Ils ont payé de l'argent réel pour obtenir de la fausse monnaie.
"J'ai réalisé que beaucoup de gens étaient à la rue dans une situation catastrophique économiquement ,c'est comme ça que j'ai eu l'idée de vendre des faux billets de banque pour tous ceux qui ont besoin de liquidité en urgence" explique un contrevenant

La crise de Corona a laissé des centaines de milliers de personnes en Israël sans ressources  Certains ont été licenciés, la plupart ont été envoyé au chômage mais pas de date de retour prévue pour leur retour à leur poste.
Entre-temps, les dettes s'accumulent et beaucoup ont même été jetées dans la rue sans l'aide des parents ou  de la famille.

Cette situation économique désastreuse est exploitée par des délinquants qui ont publié des messages sur l'application Telegram proposant d'acheter des billets contrefaits à un prix promotionnel. Les annonces promettaient que les acheteurs recevraient les dizaines de milliers de billets contrefaits achetés en quelques heures dans une enveloppe avec un service de messagerie, chez eux.

"La situation à la maison à cause de l'épidémie la voici ;  ma femme a été licenciée et  je suis à l'armée. Nous avons dû utiliser notre  plan d'épargne pour survivre, mais la situation s'est aggravée ", explique Gavi (pseudonyme), résident de Beersheba" là on me proposait 50 000 billets contrefaits. J'ai sauté sur l'offre. "

Gabby a effectué le paiement sur l'application Bit comme demandé et a attendu plusieurs heures, avant de soupçonner que quelque chose n'allait pas.

Il a envoyé un message à un homme qui lui a assuré qu'il était censé recevoir "le montant qu'il avait acheté" dans 3 heures, mais s'est rendu compte plus tard qu'il avait en fait été victime d'une double escroquerie, acheté des faux billets sans en voir la couleur.

"Je ne peux pas déposer de plainte auprès de la police qui pourrait m'arrêter et ouvrir un dossier contre moi pour avoir eu l'intention d'acheter et d'utiliser de la fausse monnaie", a déclaré Gabi

"Ces criminels savaient que nous ne porterions pas plainte contre eux et m'ont volé le peu que nous avions à moi et à beaucoup d'autres", dit-il douloureusement.

Gabi n'est pas la seule victime de cette arnaque mais ils ont tous peur de porter plainte.

Il s'avère que des milliers d'autres sont confrontés à la même situation, la plupart d'entre eux sont au chômage, des propriétaires d'entreprise en difficulté financière, des stands sur les marchés et des chauffeurs de taxi.

Ils ont peur de porter plainte auprès de la police parce qu’ils ont eux-mêmes enfreint la loi en voulant sciemment acheter des faux billets de banque.

Dina (pseudonyme), est une mère célibataire qui a payé 3000 shekels en échange de 30000 shekels en faux billets de 100 shekels, mais un peu après avoir transféré l'argent, le faussaire a disparu.

Elle avait besoin de liquidités urgentes pour acheter de la nourriture pour ses jeunes enfants.

J'ai vu une publicité de faussaire sur Telegram. Cela semblait très crédible, surtout qu'ils disaient eux mêmes  qu'il fallait faire attention", dit-elle désespérée.

"Je pensais que tout allait bien et je lui ai remis l'argent. Il m'a assuré que dans les cinq heures l'argent serait chez moi.  J'ai attendu dix heures et quand j'ai envoyé un nouveau message, me suis rendu compte qu'il m'avait bloqué. J'ai alors réalisé qu'il m'avait volée."

Sami (pseudonyme) de Tel Aviv, qui possède un magasin de légumes, a également été arnaqué de 20 000 NIS après avoir acheté 120 000 NIS en billets contrefaits.

"Pendant la crise du Corona, j'ai perdu des centaines de milliers de shekels. Je n'ai reçu aucune compensation de l'État, alors, comme beaucoup d'autres, j'ai décidé d'acheter des billets de banque contrefaits pour réduire les pertes mais malheureusement je me suis fait avoir.  Encore plus de pauvres avec cette arnaque aux faux billets ", dit-il.

Les faussaires professionnels eux-mêmes sont également conscients du problème et avertissent ces arnaqueurs qu'ils font une «mauvaise réputation» à la profession.

"Beaucoup de gens ont été volé alors qu'ils ont commandé de l'argent contrefait ce qui nous a fait beaucoup de mal à notre tour pour gagner notre  vie", affirme l'un des faussaires.

"Pauvres gens qui ne peuvent pas se plaindre à la police ! Ce n'était déjà pas assez avec la crise du Corona il a fallu en plus que quelques ordures soient venus les achever économiquement en leur volant le peu qui leur restait."

"Il y a des contrefacteurs dignes de confiance et j'en fait partie et il y a ceux qui nous usurpent l'identité et volent seulement "soutient-il, et poursuit en essayant de convaincre:

« N'achetez que chez moi. Vous avez votre argent en deux heures chez vous En raison de la crise du coronavirus, il y a une très forte demande pour la fausse monnaie. Nous travaillons dans des laboratoires , planche à billets 24h / 24. "

Les prix du faux argent varient de milliers à des dizaines de milliers de vrais shekels. Les prix : pour 1200 shekels vous pourrez acheter 13 000 faux shekels , pour 1 800 shekels vous aurez 20 000 shekels , 10 000 shekels vous aurez 100 000 shekels.

 

 

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi