En Israël: expulsé de la maison pour avoir décidé de s'enrôler dans l'armée israélienne -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
En Israël: expulsé de la maison pour avoir décidé de s'enrôler dans l'armée israélienne

Expulsé de la maison pour avoir décidé de s'enrôler dans  l'armée israélienne.

L'histoire du petit-fils du chef de la "communauté Haredi" Badatz est celle de centaines de jeunes religieux ultra-orthodoxes qui ont été expulsés de chez eux pour avoir décidé de faire l'armée.

Pour Shalom Weiss la remise en question de la religion, a commencé dès son plus jeune âge, il a pourtant choisi, dans un premier temps, et pour suivre les règles imposées par sa famille,  la  voie d'exemption de recrutement à l'armée qui consiste à faire semblant d'être fou.

Mais ses réflexions ne  sont pas pour autant arrêtées là, pas plus que son désir de s'enrôler dans l'armée.

Résultat, le fils de l'une des familles les plus puissantes des factions extrémistes du secteur ultra-orthodoxe, s'est retrouvé sans abri mais avec une nouvelle famille.

Shalom Weiss n'est pas seulement une recrue ultra-orthodoxe, mais un membre d'une famille aristocratique - l'une des plus importantes parmi les factions les plus extrémistes du secteur: petit-fils du rabbin Yitzchak Tuvia Weiss, le haut dirigeant (GAVD) du quartier Mea Shearim de Jérusalem ) - et petit-fils du rabbin Shimon Weiss, chef du prestigieux système de kashrut de la communauté (Badatz).

Il y a environ six mois, et contrairement à tout ce dont il avait été informé,  Shalom Weiss a décidé de s'enrôler dans l'armée israélienne et, par conséquent, a été expulsé de chez lui et sa famille a coupé tout contact avec lui.

Cette décision s'est également accompagnée d'un processus de remise en question, au terme de laquelle il a laissé derrière lui sa carrière musicale, en tant que chanteur recherché dans les cercles «zélés» dans lesquels il a grandi .
Il poursuit, à présent, des efforts pour percer dans la musique dans son nouveau monde.

Ses pensées hérétiques de Shalom âgé de  20 ans, ont commencé à l'adolescence.

Comme pratique courante dans les communautés fermées de ce type, ils se sont empressés de le marier à une mineure, afin de le maintenir dans le cadre socio-religieux.

Cela n'a pas si bien fonctionné, Shalom  et sa femme se sont remis en question et ont récemment divorcé.

«J'ai grandi dans une famille ultra-orthodoxe très extrême», a déclaré  Shalom Weiss dans une interview avec le studio Ynet. "J'ai toujours voulu m'enrôler, mais j'avais peur, je ne savais pas comment le faire et quoi faire."

Il dit que dans le secteur dont il est issu, il est d'usage de délivrer une dérogation pour être exempté: "faire le fou, faire un spectacle devant un psychiatre dans un bureau, et c'est ainsi qu'on obtient une exemption mentale."

Shalom Weiss a également suivi le processus. «J'étais tout de même inquiet dans le cas où malgré tout je serais recruté" admet-il.

"Mais c'était un rêve. J'ai toujours dit que je voulais me sacrifier pour le pays et que je voulais servir."

" Ce sacrifice a coûté cher: la séparation complète de sa famille. "Ils ne sont plus du tout en contact avec moi", dit-il, ajoutant il y avait encore des proches qui étaient restés en contact avec lui, "mais dernièrement, ils ne le sont plus, certainement parce qu'ils ont réalisé que je faisais vraiment l'armée."

J'ai erré dans les rues pendant six mois

Shalom Weiss se trouva dans une solitude complète. De l'état de famille nombreuse qui l'entoure, il se retrouve sans personne.

«C'est terriblement difficile de ne pas savoir comment se conduire , quoi faire », dit-il.

"Nous sommes tous jeunes, sans expérience de la vie, mais essayons de tout gérer. Il n'y a vraiment pas de famille, personne à qui parler, personne pour lui dire ce qui m'arrive et ce que je vis."

Après avoir été expulsé . il a erré seul à Eilat pendant près de six mois, sans endroit permanent pour dormir. «J'ai marché dans les rues, jusqu'à ce que je rencontre l'association
« Doers »par l'intermédiaire d'un ami. 

C'est très difficile de vivre sans famille. Mais une fois que j'ai connu l'association, j'ai réalisé qu'il y avait vraiment des gens qui m'aiment comme je suis - peu importe ce que je fais dans la vie ou les décision que je prends. "

L'association a été fondée par Aharon Granot , connu comme «le père des soldats ultra-orthodoxes», ceux qui n'ont plus de domicile où aller,  Aharon Granot exploite des appartements dans tout le pays, où vivent des dizaines de soldats ultra-orthodoxes et anciens ultra-orthodoxes.

Les parents sont prévenus que leur fils a décidé de servir dans l'armée israélienne contre leur volonté 

"Il y a plusieurs centaines de gars en Israël avec des histoires comme celle-ci, sinon plus", raconte Aharon Granot à Ynet.

"Nous les récupérons. Certains d'entre eux viennent nous voir avant le recrutement, les soi-disant Mashavim - comme Shalom et autres. Au-delà de la préparation au recrutement, nous leur achetons aussi tout le matériel et bien sûr leur donnons un logement, une famille, tout ce dont ils ont besoin, et continuons à les accompagner plus loin, pendant la période de service, comme un père accompagnant ses enfants. "

"Les militaires ne peuvent pas fournir un père"

Ils se réfèrent donc simplement à eux , le couple Granot, en tant que parents:
"Ils ont une maison où ils peuvent revenir, une maison d'où ils partent également; nous leur rendons visite dans les bases, nous sommes en contact avec leurs commandants, et les samedis et jours fériés, ils sont avec nous.

"Même après la fin du service, les adultes restent avec nous. Personne ne les récupère, alors nous nous les soutenons, les préparons aux études."

Aharon Granot explique : " Je ne suis pas le gendarme de Dieu, chacun fait ce qu'il veut. L'armée, d'ailleurs, fournit aussi de très beaux appartements pour les soldats isolés, "Je ne peux pas fournir un père, je ne peux pas fournir une enveloppe familiale, je peux que les accompagner à devenir ce qu'il doivent devenir."

Aharon Granot lance maintenant un projet de financement participatif pour ouvrir de nouveaux appartements.

«Lorsqu'un soldat va servir et sait qu'il y a quelqu'un qui pense à lui, alors qu'il n'a nulle part où aller, et qu'il y a quelqu'un qui prend soin de lui et appelle ses commandants, son service est meilleur. C'est un droit de servir dans l'armée israélienne et nous l'encourageons"

Déjà, plus de 500 000 shekels ont été récoltés  vous aussi vous pouvez aider ces jeunes à servir encore mieux Israël en faisant un petit don - cliquez ici

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi