En Israël, Bamba au LSD, le père est condamné seulement à une peine d'intérêt public

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Bamba au LSD père condamné à 200 heures de travaux publics

Un enfant a mangé des Bamba contenant du LSD.
Le père a reçu une légère punition

Un enfant de 5 ans a mangé un sac de bamba qui se trouvait dans la voiture familiale alors qu'il se rendait à la maternelle et a eu une attaque psychotique. Le père a soutenu pour sa défense qu '"il ne lui est pas venu à l'esprit que les enfants y toucheraient".
L'enfant a été hospitalisé sous anesthésie et respirateur pendant plusieurs jours.

Un père du centre du pays dont le fils de cinq ans a mangé un sac de bamba contenant, entre autres, un médicament à base de LSD et par conséquent a été hospitalisé a récemment été condamné à une peine relativement légère de 200 heures de travaux d'intérêt général.

L'incident a eu lieu il y a environ un an et demi. Il s'avère que le père a gardé dans sa voiture plusieurs sacs Bamba contenant du LSD. Le père a conduit son fils le matin sur le chemin de la maternelle, et pendant le trajet, le garçon a mangé quelques morceaux de la collation et s'est senti mal.

Le père, qui a remarqué que son fils souffrait d'une crise psychotique, l'a emmené à l'hôpital, où il a été hospitalisé dans l'unité de soins intensifs pendant qu'il était anesthésié jusqu'à ce qu'il soit hors de danger. "Cela aurait pu se terminer par une terrible tragédie", a expliqué une source hospitalière.

Les enquêteurs lors d'une perquisition dans la maison du père et dans sa voiture, ils ont trouvé un LSD pesant 1,35 kilogramme.

Le parquet a exigé que le père soit condamné à 300 heures de travaux d'intérêt général pour possession d'une drogue à des fins de consommation personnelle.

En revanche, l'avocat de la défense a fait valoir que son client qui était initialement assigné à résidence de manière prolongée dans le cadre de son éloignement de ses enfants devrait être pris en compte et qu'il est dans une procédure thérapeutique et de réadaptation et que sa famille est prise en charge par les autorités sociales. Il a exigé qu'il soit condamné à seulement 140 heures de travaux d'intérêt général.

«J'ai fait preuve d'un mauvais jugement. J'ai fait verser du LSD  sur les Bamba et je l'ai mis dans une boîte dans la voiture. Je n'aurais jamais imaginé que les enfants le toucheraient. Quand j'ai pris en charge  les enfants dans la voiture pour les emmener à la maternelle, j'ai vu mon fils se sentir mal.» "j'ai eu très peur qu'il n'arrive pas à temps à l'hôpital"

Suite à l'incident, l'enfant fait l'objet d'un suivi psychiatrique pour vérifier qu'il n'a aucune séquelle. "Il n'y a pas un jour où mon mari ne regrette ni ne souffre de ce qui s'est passé", a déclaré la mère devant le tribunal. Il s'avère que le père a fait des tests d'urine et ils ont été trouvés sans drogue.

Le juge saisi de l'affaire a statué qu'elle avait l'impression que le père ne répéterait pas ses actes, car il a regretté ses actes et en a pris la responsabilité et les a condamnés à 200 heures de travaux d'intérêt général et à cinq mois de probation.

Un autre cas a eu lieu la semaine dernière, où un homme d'affaire de la  vie nocturne dont le fils a été hospitalisé après avoir avalé les restes d'une drogue cocaïne qui se trouvait dans la maison sera transféré dans les prochains jours au bureau du procureur du district de Tel Aviv pour une décision sur l'opportunité de déposer un acte d'accusation contre lui pour négligence ou possession d'une drogue.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi