L’émigration d’Israël est un sujet de préoccupation majeure

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L’émigration d’Israël est un sujet de préoccupation majeure

Israël souffre d'une grave crise de «fuite des cerveaux», l'émigration de personnes hautement qualifiées.

Bien que la "fuite des cerveaux" ou la fuite du capital humain ne soit pas un problème uniquement israélien, les nouveaux chiffres publiés mardi par le Bureau central des statistiques sont une source de préoccupation.

Selon le bureau, entre les années universitaires 1980-1981 et 2010-2011, 33 000 personnes ou 5,8% des diplômés universitaires israéliens, ont passé au moins trois ans à l'étranger.

Ce chiffre double presque chez les doctorants, avec 11% des titulaires de doctorat israéliens ayant acquis leurs connaissances à l'étranger pendant au moins trois ans. Au total, 9,4% des diplômés en médecine vivaient également à l’étranger. Les États-Unis et l’Europe sont les principales destinations des émigrants israéliens.

Les titulaires d’un doctorat en ingénierie et en sciences exactes ont plus de trois fois plus de chances d'émigrer que les titulaires de doctorat en sciences sociales et humaines, selon les données. Seulement un dixième des Israéliens ayant fait de hautes études et vivant à l'étranger sont diplômés de l'enseignement, de droit et de commerce.

Israel Brain Gain, le programme qui cherche à récupérer les diplômés israéliens expat'

Israel Brain Gain, le programme qui cherche à récupérer les diplômés israéliens expat'

Loin des domaines des sciences et de l'ingénierie, plus d'un cinquième des diplômés israéliens en musique ont également vécu à l'étranger pendant plus de trois ans.

L’Institut des sciences Weizmann de Rehovot a vu environ 20,1% de ses diplômés vivre à l’étranger pendant plus de trois ans. C’est le taux le plus élevé de tous les établissements d’enseignement supérieur israéliens. À l'autre extrémité du spectre, seuls 3,3% des diplômés de l'Université Bar-Ilan vivaient à l'étranger.

En 2010, le gouvernement a lancé une initiative quinquennale visant à ramener les compétences israéliennes sur le marché intérieur et à tirer profit du savoir-faire israélien.

Le programme «Israel Brain Gain», créé conjointement par l’Autorité de l’innovation, le Conseil de l’enseignement supérieur et les ministères de l’absorption et des finances, est au centre de cet effort. L'initiative fonctionne comme un « guichet unique » pour ceux qui envisagent un retour en Israël.

Selon l’Autorité de l’innovation, le programme aide les professionnels et leurs familles tout au long du processus de retour en Israël - depuis les premières étapes de la recherche d'un emploi jusqu'à son acclimatation à la vie quotidienne en Israël.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi