Elle divorce en Israël et obtient le somme indiquée sur la ketoubah, son contrat de mariage

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Elle divorce en Israël et obtient le montant indiqué sur la ketoubah

C'est un jeune couple qui s'est marié peu de temps avant l'épidémie  mais très vite la jeune femme s'est rendu compte qu'elle était «mal mariée», et moins d'une semaine après son mariage, elle a demandé le divorce et a reçu le montant de sa ketubah.

C'est l'histoire d'un couple dans la vingtaine, résidents du nord d'Israël, qui s'est marié il y a environ un an, peu de temps avant que le coronavirus n'entre dans nos vies.

Les deux sont sortis ensemble pendant dix mois avant, puis ont décidé d'officialiser leur relation, et le jour du mariage, le marié a signé la ketubah en présence de deux témoins pour un montant de 555 000 shekels environ 110 000 euros.

Selon la jeune mariée, déjà le jour du mariage, la mère du marié l'a maltraitée et l'a traitée de manière méchante et irrespectueuse, et le lendemain de l'incident, elle l'a humiliée devant des dizaines de membres de sa famille.

Enfin, la goutte qui a fait déborder  le vase pour la mariée a été le refus du mari de l'accompagner pour dîner avec sa famille au motif qu'il faisait Shabbat.
La jeune femme s'est vite rendu compte que derrière ce refus se trouvait sa mère, et trois jours après le mariage, elle a décidé de faire ses valises et de rentrer chez ses parents, après une dispute qui éclata entre eux où il soutenait toujours la position de sa mère.

Au cours de ces trois jours, la femme a tenté à plusieurs reprises de reconstruire la relation entre elle et son mari, en vain et ainsi, par l'intermédiaire de  son avocate , elle a déposé une demande de divorce auprès du tribunal rabbinique de Haïfa, et a également demandé à son mari de lui payer le montant total de la ketubah, même s'ils n'ont été mariés que pendant trois jours.

Le mari a accepté de divorcer de sa femme mais était catégoriquement opposé à lui payer le montant de la ketubah car il affirmait qu'ils étaient mariés depuis moins d'une semaine, et selon lui, c'est sa femme, dans ses actes et son discours, qui a causé la crise et n'a donc pas droit au montant de la ketubah.

Les juges ont noté dans le verdict que bien que le montant de la ketubah était de 555 000 NIS, un nombre choisi principalement pour une croyance de chance,(le nombre 5 est supposé porté chance"  le mari finira par payer à sa femme une somme de 100 000 NIS.

L'homme, pour sa part, a décidé de faire appel de la décision devant la Grande Cour de Jérusalem et a affirmé que sa femme ne méritait aucun montant puisqu'ils étaient à peine mariés l'un à l'autre. Les juges du grand tribunal rabbinique ont rejeté l'appel du mari au motif que la culpabilité de l'épouse n'avait pas été prouvée, et selon eux, l'épouse a tenté de rétablir le mariage, mais c'est le mari qui a initié la séparation et la raison en est sa famille.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi