Eliezer Rumpler membre d'une secte extrémiste juive s'évade lors de son procès

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Eliezer Rumpler membre d'une secte extrémiste juive s'est évadé lors de son procès

 

Quelques heures avant une audience, l'avocat de la défense d'Eliezer Rumpler a annoncé que son client s'était enfui au Guatemala.
Il est accusé d'avoir battu et affamé des étudiants de l'école de la secte.

Un membre d'une secte extrémiste juive, «Pure Heart» a fui le pays: environ 5 mois après qu'un acte d'accusation a été déposé contre lui, et au milieu de son procès et s'est enfui au Guatemala.

Eliezer Rumpler est accusé d'avoir battu avec d'autres enseignants deux de ses élèves dans le cadre de son appartenance à la secte extrémiste. Son avocat a informé le tribunal ce matin de son évasion, expliquant que la raison de son évasion était qu'il voulait voir sa femme et ses enfants malgré une ordonnance restrictive.

Ce n'est pas une décision surprenante puisqu'il avait déjà tenté de fuir Israël cinq fois auparavant.

L'acte d'accusation contre Rumpler a été déposé en mai dernier pour abus de mineurs commis au Canada.

L'acte d'accusation énumère deux infractions de maltraitance sur mineurs, dans lesquelles l'accusé a sévèrement battu deux élèves de l'école qu'il dirigeait alors que la communauté se trouvait au Canada. "Rumpler était en charge du comité casher, il a affamé les élève et nous a interdit de manger à peu près tout. Il a interdit l'usage de médicaments, même dans les cas où ils étaient urgents, il fallait son approbation et sa signature", a déclaré Israël Amir, un ancien membre de la secte.

Eliezer Rumpler membre d'une secte extrémiste juive s'est évadé lors de son procès

secte extrémiste juive "pure heart"

L'avocat Gabriel Tarnshvili, l'avocat de Rumpler, a informé ce matin le tribunal de district de Jérusalem de son évasion et a demandé le report de l'audience.

L'avocat a expliqué qu'il avait reçu une lettre de Rumpler dans laquelle il expliquait sa décision de quitter le pays et de retourner au Guatemala. Le prévenu a en outre expliqué que les restrictions auxquelles il était soumis en Israël et le fait qu'il ne pouvait pas voir sa femme et ses enfants restés à l'étranger l'ont conduit à prendre la décision de fuir.

Selon Rumpler, il ne bénéficiera pas d'un procès équitable en Israël, mais son évasion n'est pas due à un outrage au tribunal.

«La communauté Pure Heart est une communauté extrémiste ultra-orthodoxe qui compte des dizaines de familles et qui se déplace à travers le monde dans le but de disparaître des mains des autorités étatiques», a commencé l'acte d'accusation.

"La communauté a été déclarée culte abusif par le tribunal, compte tenu du fait qu'au sein de la communauté, il est de coutume de punir les mineurs et les adultes d'une manière dure et cruelle."

Selon l'acte d'accusation, dans le premier cas d'abus, Rumpler soupçonnait l'un de ses étudiants d'avoir volé de l'argent à des fonds caritatifs. En guise de punition pour les actes de l'élève, "l'accusé et d'autres l'ont déshabillé afin qu'il  reste en sous-vêtements. Il a ensuite été allongé sur une table , et l'accusé a ordonné à l'un des professeurs d'attacher ses jambes à la table pour qu'il ne bouge pas."

Ensuite, "l'accusé et un autre enseignant ont commencé à battre l'élève avec une ceinture et à utiliser un bâton, pendant plusieurs heures, pendant que l'élève pleurait, criait au secours et leur demandait d'arrêter." En raison des nombreux coups qu'il a reçus, l'étudiant n'a pas pu se tenir debout "et il avait besoin d'être porté par deux qui l'ont ramené chez lui".

Dans un autre cas d'abus, similaire au premier cas, Ruffler a suspecté un étudiant qui avait menti sur le besoin de lunettes. «Suite à cela, l'accusé et les autres enseignants ont convoqué les élèves de l'école communautaire et leur ont dit qu'il y avait un élève parmi eux qui mentait et qu'il devait l'avouer, mais aucun des enfants n'a répondu», déclare l'acte d'accusation. «Le plaignant S. a ensuite été dépouillé de ses vêtements de façon à ne plus avoir qu'un pantalon et une chemise, et posé sur une table pour subir le même châtiment."

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi