Israël: les prix des produits d'hygiène féminine s'envolent

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: les prix des produits d'hygiène féminine s'envolent

Le Ministère de l'économie continue sa présentation des écarts de prix dans les produits de toilette de marque, qui sont chers en Israël par rapport à d'autres pays.

Aujourd'hui, le ministère publie les écarts de prix dans les produits d'hygiène féminine, qui, selon son examen, sont 14% plus chers que dans le monde. Dans la catégorie des tampons,  Israël est plus cher de 27% en moyenne, dans la catégorie des protège-slips, Israël est18% plus cher, et en ce qui concerne les serviettes hygiéniques, 9%. Les prix ont été comparés hors TVA.

Les pays dans lesquels les prix ont été comparés sont l'Italie, la France, la Grande-Bretagne, la Grèce, le Canada, la Belgique, les États-Unis et l'Allemagne, avec l’accent mis sur les grandes marques (OB, Tampax,Kotex ).

Les données publiées par le ministère, basées sur les données de Nielsen, montrent que le volume des ventes de produits d'hygiène féminine en Israël s'élève à 309 millions de NIS par an.

Dans la catégorie des serviettes hygiéniques, où dominent deux acteurs majeurs (Always avec 61% et Kotex avec 19%), l'écart moyen par rapport au monde était de 9%, tandis que pour Kotex, il y avait même un écart de 15% en faveur des prix en Israël par rapport aux prix mondiaux.

L’examen du ministère montre une baisse de 9% des prix des serviettes hygiéniques en Israël de décembre 2014 à aujourd'hui (de 0,64 NIS par unité sans TVA à 0,58 NIS par unité). L'entreprise souligne également une légère amélioration de la concentration des catégories en Israël au cours des trois dernières années, la part de marché de la marque «Always» ayant chuté de 4%.

Dans la catégorie des tampons, dont la consommation annuelle est de 34,5 millions de NIS, on constate que les prix en Israël sont en moyenne 27% plus élevés que les prix des produits dans les pays étudiés. La marque Tampax, par exemple, qui détient une part de 32% en Israël, reflète un écart de 25% par rapport aux prix mondiaux; La marque Ob, dont la part de marché est identique, soit 32%, reflète un écart de 14% par rapport aux prix mondiaux. Et la marque Kotex, qui détient 25%, reflète un écart relativement modeste de 8%.

Ca coûte cher d’être une femme en Israël

Ca coûte cher d’être une femme en Israël

Dans le test du prix des produits, des écarts encore plus importants ont été constatés: par exemple, pour le Tampon Ob Pro confort mini, l'écart était de 61%; Les tampons Kotex en boite de 32 unités reflètent un écart de 45%.

Dans le secteur des protèges-slips, dont le volume s'élève à 133 millions de shekels par an, la marque est dominée par Always, 56%, suivie de la marque Care free, qui détient 12% de la catégorie, suivie de Kotex avec aussi une part de 12%. Cette catégorie est en moyenne 18% plus chère par rapport aux prix dans les pays étudiés. Environ les deux tiers des produits consommés en Israël sont importés.

L’étude montre que Protal & Gamble (Tampax) détient la part la plus importante: 32% sur le marché des tampons, 61% sur les serviettes hygiéniques et 56% sur les protèges slips. Johnson & Johnson (Ob) détient une participation de 32% dans les tampons et 17% dans les protèges slips et Kimberly-Clark (KOTEX) détient 25% du marché des tampons, 33% du marché des serviettes hygiéniques et 20% de la gamme des protège-slips. Ensuite viennent des marques supplémentaires, y compris Super-Pharm et Shufersal avec des marques privées comme Flatex, Ania et Diplomat.

Le ministre de l'Economie, Eli Cohen, a fait référence aux différences de prix dans les chaînes de distribution en Israël par rapport au reste du monde, notant que "des facteurs économiques sur le marché israélien augmentent les prix, sans se préoccuper d’être compétitifs".

Selon lui, "les importateurs exclusifs profitent de l'exclusivité pour représenter les marques internationales et facturent des prix excessifs au consommateur. Le moment est venu de mettre un terme à cette importante défaillance du marché. Nous prenons différentes mesures pour lutter contre le coût de la vie et le vol des marques aux importateurs ".

Au cours des derniers mois, les importateurs sont à nouveau venus se pencher sur les différences de prix dans les produits d'hygiène féminine.

Le ministère de l'Économie et de l'Industrie souligne qu'il s'agit d'une enquête économique conçue pour diagnostiquer l'existence d'écarts de prix significatifs et, bien qu'elle ne soit pas statistiquement significative, elle indique sans équivoque la différence de prix par rapport aux autres pays.

Source : globes.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi