E.I : Et si le pire restait à venir ?Apprentis-djihadistes en culottes courtes

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Billet de Claudine, Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Apprentis-djihadistes l'armée de l'EI d'aujourd'hui

Qui pourrait effectivement se méfier d'un enfant, qui pourrait être le nôtre, joli minois encadré de boucles brunes qui se faufile où il veut, quand il veut, sans avoir à craindre d'être suspecté, que ce soit à l'entrée des grands magasins, de surcroit dans les écoles, nos écoles ?!?

Voici ce qui semble être la nouvelle "école" de l'EI, le renforcement de sécurité est telle , qu'ils ont déjà assuré la relève afin que leurs actions soient toujours aussi efficaces et sanglantes.

Des vidéos , des images surtout, déferlent déjà sur le net montrant un jeune enfant âgé d'environ neuf ans avec une arme à la main prêt à abattre deux "mécréants"voir article du parisien 

Ces entraînements ne sont pas à prendre à la légère, ils seront l'armée de demain, une puissance dont nous ne pourrons pas nous méfier, d'une incroyable perversité, certes, mais totalement à la hauteur de leurs ambitions en vue de ce qu'ils ont été déjà capables de faire.

Aucune preuve ? certes, en revanche ce qui se passe déjà dans nos écoles semblent être les prémices ,de sacrées bonnes graines de terroristes en puissance  si l'éducation nationale n'y mets pas fin , immédiatement.

Claudine Douillet

Apprentis-djihadistes en culottes courte de Philippe Randa

(31 janvier 2015)
S’il fut un temps où, selon Corneille, « aux âmes bien nées, la valeur n’attendait point le nombre des années », il en est un autre, contemporain, où le djihad n’attend point non plus le poil où on pense… Pour preuves, les interpellations d’apprentis-djihadistes en herbe, la semaine passée : 8 et 9 ans à leurs compteurs respectifs !

Le premier a gravement menacé la République, ses ors et ses œuvres, en affirmant que les journalistes de Charly Hebdo n’avaient eu que ce qu’ils avaient cherchés : « Parce qu’ils ont caricaturé le prophète. Moi, je suis avec les terroristes. »

Le second, parce qu’il « aurait » dit « Allah akbar, vive le Coran ! » entre escalope de dinde frites et flamby dans une cantine municipale… Dénoncé par un autre élève, une des cantinières, n’écoutant que son courage citoyen et bravant l’inévitable menace de fatwa future, s’est empressée d’alerter la gendarmerie de Villers-Cotterêts (Aisne) ; les Cruchot locaux accoururent aussitôt pour appréhender le dangereux personnage, pas encore barbu et en pleine digestion.
Audition faite de celui-ci, il n’aurait rien dit du tout et aucun témoin n’a d’ailleurs pu corroborer les faits.

Les bottins à fin d’interrogatoires instructifs n’étant plus en vigueur depuis la prolifération de l’informatique, les pandores n’ont pu obtenir d’aveux significatifs et le père de l’enfant, mauvais joueur, n’a pas manqué de déposer plainte le 23 janvier pour dénonciation calomnieuse et diffamation.

Penaud, le procureur a alors admis un « emballement inutile » et préconisé que la leçon serve pour l’avenir afin d’éviter toute récidive dans un tel ridicule.

La France est donc passé en quelques années de « l’enfant-roi » à « l’enfant-suspect », non pour des actes répréhensibles avérés, mais donc pour de simples paroles, parfois simplement supposées…

Paroles qui, rappelons-le, n’ont d’ailleurs rien de menaçantes dans le cas précis de Villers-Coterets, « Allah akbar » signifiant simplement « Dieu est (le) plus Grand »… Quant à « Vive le Coran ! », on en pense ce qu’on veut, mais reconnaissons tout de même qu’il y a des exclamations plus menaçantes.

Doit-on s’attendre désormais à des vagues d’arrestations pour menaces (« Tar’ ta gueule à la récré »), mendicité (« Tu m’donnes un bonbon ? »), diffamation (« C’est celui qui le dit qui l’est »), discrimination (« J’veux pas jouer pas avec toi ! »), harcèlement sexuel (« Tu m’fais un bisou ? »)…
Wladimir Poutine avait promis de buter les terroristes « jusque dans les chiottes » ; nos forces de l’ordre anticipent en étant déjà pour l’heure à les traquer jusque dans les cours d’école !

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi